L’Annafest, un vrai festival de la bière en Bavière

La planète entière semble croire dur comme fer que l’Oktoberfest est l’ultime célébration de la bière. Après tout, des centaines de milliers de visiteurs envahissent chaque année le centre de Munich pour la plus gargantuesque des fêtes au monde.

Toutefois, un amateur de bière en quête de qualité n’y trouvera peut-être pas son compte. C’est que les festivals mettant en valeur la bière régionale de Bavière se retrouvent aujourd’hui dans les villages. Et l’Annafest, à Forchheim, dans le nord de la Bavière, est peut-être l’exemple le plus saillant de cette culture enivrante.

Sur une colline boisée située à quelques kilomètres du centre de la bourgade, 18 kellers (celliers, en allemand) se côtoient, tous possédant des tables de pique-nique partagées par amis et étrangers. On l’appelle la Kellerwald cette colline, ou la «forêt des celliers». À ces kellers, on retrouve évidemment de la boustifaille du coin, telles saucisses et charcuteries, mais surtout des bières brassées spécialement pour le festival. En effet, 11 petites brasseries de la région de Forchheim sont représentées au festival et toutes, sans exception, servent une Festbier, c’est-à-dire une lager qu’elles ont conçue pour l’évènement. Des lagers, en passant, que l’on peut seulement consommer dans un format d’un litre… Inutile de dire qu’il faut travailler en équipe et partager nos énormes chopes si on veut goûter à toutes les bières du Annafest.

Comme des cabanes à sucre à ciel ouvert

Il faut savoir qu’originalement, un keller était un endroit frais où l’on entreposait la bière qui devait être gardée au froid pendant les chaudes semaines de l’été. La Franconie étant sertie de petites collines parsemées ici et là sur tout son territoire, les brasseurs ont rapidement compris que des celliers pouvaient être creusés à même ces buttes afin d’y mettre la bière en grand besoin de température fraîche l’été. Lorsque le brasseur jugeait sa bière prête à être bue, il la sortait du keller et l’apportait à son pub. Rapidement, les gens des centaines de villages de la Franconie ont décidé d’apporter des tables à la sortie de ces celliers rocheux afin d’y boire la bière à sa fraîcheur optimale. Le nombre de tables a de toute évidence pris de l’expansion dans les centaines de brasseries de la région et les kellers, comme on les connaît aujourd’hui, sont nés.

Côté atmosphère, imaginez une cabane à sucre, à ciel ouvert, où les étrangers et les familles se parlent, les enfants courent partout et de généreuses portions de porc sont servies sous plusieurs formes. Imaginez aussi qu’à chaque keller on sert une bière mûrie dans des barils de bois, gazéifiée de façon naturelle (donc sans utilisation de bonbonne de gaz carbonique) et servie par gravité à même le baril. Placez maintenant 18 de ces kellers côte à côte sur une énorme colline, rajoutez des jeux gonflables pour les enfants, des musiciens ici et là et une dizaine de bières brassées uniquement pour l’évènement. Voilà la formule du Annafest, située sur la Kellerwald, à Forchheim.

Comme si cela ne suffisait pas, les bières brassées pour l’évènement se démarquent des classiques allemands; c’est la marque de commerce des brasseurs de la région, appelée Franconie. Premièrement, les corps sont moelleux, jamais minces, mais jamais gras non plus. Les saveurs des malts sont bien exprimées et les houblons herbacés. Ces derniers poussent au sud de la Bavière dans la majorité des cas, et équilibrent les légers sucres résiduels des malts jusqu’à l’arrière-goût des plus plaisants. Que ce soit la petite Löwenbräu du village de Buttenheim au sud de Bamberg, ou une des Festbiers des 4 brasseries de Forchheim (Neder, Hebendanz, Greif ou Eichhorn), toutes se laissent boire bien facilement, développant leurs saveurs élégantes au fil des gorgées. Difficile de trouver de meilleures bières paysannes…

Annafest 3, Oktoberfest 0

Au lieu d’être une gigantesque débauche comme l’Oktoberfest de Munich, l’Annafest peut se vanter d’être l’une des plus grandes fêtes familiales de la Bavière. On y retrouve des bières des plus grandes brasseries d’Allemagne, comme c’est le cas à l’Oktoberfest, mais avec un plus grand respect des brasseries villageoises des alentours, dont plusieurs sont à l’œuvre depuis plusieurs siècles. Comme si ce n’était pas assez, les bières servies au Annafest sont toutes brassées spécialement pour l’occasion, contrairement aux marques phares qui coulent à flot à l’Oktoberfest. Qui plus est, ce festival convivial a lieu exactement dans nos vacances estivales québécoises : la dernière semaine de juillet. Pour toutes ces raisons, je déclare l’Annafest grand gagnant des événements brassicoles à ne pas manquer!