La Nuit des Temps des BDT

Ma bière se marrie aux ombres qui dansent dans la microbrasserie Les Brasseurs du Temps. Spectre nocturne éclairée à la chandelle, au son des standards du jazz, elle prends des airs de Herbie Hancock.

La pluie m’emporte aux BDT par hasard ce soir, et le vibe de l’endroit trahit le calendrier qui indique un dimanche. Ça fourmille et ça hoche la tête au son du piano.

La nuit des temps dans mon verre, comme d’habitude.

Sa robe obsidienne est chapeautée d’une mousse dense aux allures de pain au blé entier. Traçante et collante, elle dévoile un bouquet de rôties, de biscuits à la mélasse et de crêpes.

Une stout qui envoute avec ses saveurs riches et son corps mince mais athlétique.

La torréfaction se mélange au sucre d’orge en finale et offre un mordant de café persistant, comme une jolie célibataire qui cherche son Francois.

Cette bière est un plaisir à boire. Son bouquet évoque des souvenirs de déjeuners en compagnie de mes grand-parents où le plaisir triomphait et on y perdait le sens du raisonnable avec nos assiettes débordantes de tous ces mets dont l’odeur se retrouve ce soir par miracle dans mon verre.

Chapeau aux BDT pour prouver avec la nuit des temps qu’une stout peut crier sans posséder la mention impériale et ses 10% d’alcool!

Santé!

20111002-082954.jpg