Central Waters – Illumination Double IPA

J’étais persuadé que j’avais bu la dernière bière de ma soirée, mais en parcourant le cellier, j’ai tombé sur cette impériale IPA qu’on m’avait généreusement offert cet été, et dont j’avais oublié l’existence.

Central Waters Brewing Company
http://www.centralwaters.com/

C’est ma première bière de la brasserie, et donc l’impression me restera. Pour éviter les surprises, je fait un tour sur www.ratebeer.com pour voir leur réputation. Pas pire! Issue du Wisconsin (habitat naturel des New Glarus de ce monde), la brasserie compte 9 bières cotant plus de 95%, la Illumination Double IPA atteignant 98%.

Double IPA de 108 IBU, tirant 9% alc./vol. – elle n’est pas timide. D’ailleurs elle se classe parmi les 25 meilleures bières de l’état.

Ce soir, elle se robe d’une belle couleur cuivrée dans mon verre de format tulipe miniature. Mousse fugace, mais laissant dernière elle un dentelle des plus complexes, trahissant sa teneur en lupuline.

Au nez, je perçoit des parfums savonneux de lilas, lavende, et de lactose. Très floral comme bouquet. Digne d’une boutique ou d’une caisse de vieux tricots de grand-maman.

En bouche c’est très lourd; la carbonatation plutôt faible laisse peu de place à l’amertume de s’échapper, et par conséquent, elle s’exprime de toute sa grâce, sous un voile de sucres aux souvenirs de pamplemousse, de citron, et de rhubarbe.

Les saveurs explosent en bouche, et persistent pour ce qui semble être l’infini. Un houblonnage atypique pour une IPA américaine, et ça fait du bien! Après une été inondée d’amarillo, de centennial et de cascade, une rondeur crémeuse de houblons floraux permet de couper la tradition, et rafraîchit les sens.

Moi qui a mangé des côtelettes de porc pour souper! Cette double IPA aurait été splendide avec celles-là. Des saveurs dominant le palais, tranchant tout sur son passage. Le nettoyage permet de mieux apprécier des saveurs fortes, puisqu’à chaque bouchée, on croit y gouter pour la première fois!

Un brassin de spécialité créé en mars 2011, cette IPA n’est peut-être pas à son meilleur, ses propriétés houblonnés s’étant probablement estompées depuis son embouteillage, mais une introduction tout de même phénoménale à une nouvelle brasserie que je m’efforcerai de revisiter. D’ailleurs, je crois avoir vu leur Brewhouse Coffee stout dans le fond du frigo… nah, je la garde pour un autre soir celle-là!

Santé!

Central Waters Illumination Double IPA