Brouhaha Spécial B

Quand la vie m’emporte vers Montréal, j’essaie toujours de me garder un petit 15-20 minutes pour aller magasiner pour des bières dont le réseau de distribution n’inclut pas l’Outaouais.

C’est ainsi que je me suis ramassé au dépanneur Péluso ce dimanche dernier, pour acheter des bières du Brouhaha, Dieu du Ciel, et Trou du Diable.

J’ai été incapable de résister à la grosse bouteille de 750ml de Spécial B du Brouhaha, surtout après la Soirée Des Brasseurs 2012, ou j’ai eu la chance d’y gouter en cask, vieillie en fût de chêne. J’en ai encore la chaire de poule rien qu’à m’en rappeler.

La version en bouteille, offerte à prix très raisonnable (9.99$ au Délices du Terroir), est un exemple fantastique du style ABT, qui met au premier plan les gros malts sucrés et le candi.

Si on se fie au nom, la bière tirerais sa couleur foncée du malt de spécialité belge “Spécial B”. C’est un malt qui confère des notes sucrées en résiduel, une couleur foncée tirant sur le brun, et des saveurs de noisettes, de prunes, et de raisin à la bière dans laquelle il est utilisé.

La bière du Brouhaha a définitivement des arômes de dattes, de prunes sucrées, avec une petite pointe carbonique, minérale.

En bouche, c’est riche, c’est somptueux, c’est cochon! Une très fine amertume viens rehausser et prolonger des sucres de petit fruits qui varient tout au long de la bouteille.

Un vrai délice, et une superbe surprise de pouvoir m’en procurer quelques bouteilles. J’en ai ramené quelques unes de plus pour partager avec les bièrophiles de l’Outaouais, mais après y avoir gouté, pas certain que j’aurai l’altruisme nécessaire pour m’en départir.

Un trésor québécois, issu d’une brasserie méritant le même titre.