Les Groupes de Dégustation

Au Québec et en Ontario, on retrouve une confrérie brassicole d’une bonté et d’une chaleur sans équivoque, mais l’esprit de communauté entourant le monde de la bière n’est pas chose nouvelle. La bière tire ses racines au travers des maisons publiques du Royaume Uni. Ces lieux réconfortants ou après une longue journée de travail, on pouvait se retrouver parmi ses pairs à diluer ses soucis dans une pinte de bière.

Quand on succombe à la fièvre du chope-trotteur, on parcourt le monde à la recherche de nouvelles saveurs, de  nouveaux arômes, et de cette célèbre bière rarissime  qui nous échappe. Voyager à travers le monde à la recherche de la bouteille, ou de l’événement prisé, disponible qu’en quantité limitée, devient rapidement un exercice frustrant pour le plus téméraire des biérophiles.

Si vous vous reconnaissez dans cette description, pourtant, vous n’êtes pas seul. Le monde entier est parsemé de gens comme vous, qui entendent parler de la verdure du gazon du voisin, et qui, sans accès aux bières des contrées éloignées, sont contraints à y rêver, en lisant les blogues, ou articles, ou notes de dégustation de leurs confrères et consoeurs qui jouissent de la proximité d’une micro-brasserie ou d’un broue-pub à la réputation mondiale.

Nous sommes quand même choyés au Québec. Depuis quelques années, rares sont ceux qui puissent affirmer se situer à plus de 200km d’un établissement brassicole de classe mondiale. La carte géographique de la province est parsemée de trésors qu’on se fait le plus grand des plaisirs de découvrir, une vacance à la fois.

Pourtant, à trois portes de chez vous, sans le savoir, se cache un voisin qui, chope à la main, profite de ses voyages d’affaires pour s’approvisionner de bières d’une région particulière, qui rêve à un jour pouvoir déguster quelque chose qui se retrouve dans votre collection.

Cette année, j’ai pris comme résolution de tenter de réunir un groupe de biérophiles de ma région dans le but de découvrir, et faire découvrir des trésors brassicoles.  Depuis quelques lunes, je visite des sites web d’amateurs comme www.clubdesbieres.com, http://www.bieropholie.com/ et dernièrement, http://www.bartowel.com/. Dernièrement, j’ai opté de lancer l’invitation à mes collègues anglophones de se rencontrer dans un bistro à bières d’Ottawa dans le but de se connaître, et de fonder une groupe de dégustation de bières d’exception.

Une bonne dizaine de personnes m’ont rejoint cette soirée là, accoudés à ce bar, à discuter de bière, de voyage, et de toutes les expériences qui les entourent.

Depuis, au moins une fois par mois, on se rencontre chez un hôte différent, à déguster des bières dont je n’aurais que rêver de goûter, ne serait-ce qu’un membre de notre groupe ait eu la bonne fortune de passer dans un coin de pays au bon moment pour pouvoir s’en procurer une bouteille, et ait eu l’esprit suffisamment charitable pour emporter cette bouteille à une de nos dégustations.

C’est au travers de ce groupe de dégustation qu’on a eu l’idée de lancer une méga-dégustation de stouts impériales, et le hasard en a voulu, de nous la servir en plein coeur de l’été.

Aujourd’hui, le BBQ parfume le patio d’arômes de fumée, de sucre caramélisé, et de diverses viandes qui n’arriveront même pas à percer l’émail des grosses stouts que nous avons décidés de se servir.

Apogée de la soirée – une dégustation verticale de 5 différent millésimes de la rare Three Floyds Dark Lord (2008, 2009, 2010, 2011, 2012) est au menu. Dégustation qui nous aurait été fort difficile d’accomplir en solo, mais lorsque nous unissons nos forces pour réunir une telle collection, ça deviens possible!

Au courant de la soirée, j’ai pris quelques photos, et des notes de dégustation que je vous partage ce soir, mais le point principal de mon article, ce n’est pas la dégustation de ce soir, mais des belles surprises, et étonnantes connaissances qu’on peut faire en se lançant dans l’arène sociale du milieu de la bière. Vous notez un amateur déguster un bon cru en prenant des notes, accoudé au bar du coin? Approchez-le! Même s’il viens d’ailleurs, de belles discussions durant la soirée mènera peut-être à une amitié longue distance, maintenue par des sites sociaux comme www.ratebeer.com, ou www.beeradvocate.com.

Dégustation de grosses stouts du 21 Mai 2012

Surprenante constance entre les différents millésimes (2008-2012) de ce produit. Les années plus vieilles ont tendance à proposer des saveurs plus rondes, moins agressives en alcool, et les plus jeunes, des notes un peu végétales (céleri?) sans pour autant cacher ses vapeurs d’alcool.

On a décidé de faire un grand cru, et mélanger les restants des 5 Dark Lords pour vivre l’expérience. Résultat: Très bien!

Des produits d’une puissance inouïe. Rien de moins que 15 % pour la Dark Lord, 18.3% pour la Black Tuesday, et bien au delà du 20% + pour la Double-Black.

Drôle de variance de couleur dans les reflets de ces stouts au soleil. Des lueurs d’arc-en-ciel les couronnent, comme une flaque d’essence! Ca doit être assez fort ça!