La troisième édition du Festibière: un succès sur toute la ligne.

La Microbrasserie Trou du Diable n'a pas eu d'autres choix que de fermer son kiosque le Dimanche faute de bière. Les brasseurs ont écoulés plus de stock que prévu.
La Microbrasserie Trou du Diable n’a pas eu d’autres choix que de fermer son kiosque le Dimanche faute de bière. Les brasseurs ont écoulés plus de stock que prévu.

Pendant quatre jours, sur l’espace 400e à Québec, se tenait la troisième édition du Festibière de la capitale provinciale. Cette troisième édition a été un succès sur toute la ligne. Félicitations aux organisateurs d’avoir livré un festival plaisant et très bien organisé.

Plusieurs exposants sont restés surpris de l’affluence présente sur 4 jours. Un véritable ras de marée s’est présenté devant leurs kiosques et les clients ont dévalisé les stocks de bières. Il n’était pas rare de voir des bières rayées sur les menus le dernier jour, pourtant bien garnis en début de festival.

Trou du Diable et La Voie Maltée ont fermé leur kiosque le dimanche, faute de stock. Les 3 Brasseurs ont dû se ravitailler auprès d’une de leurs brasseries pour continuer à offrir leur gamme de produits. Dieu du Ciel a demandé un ravitaillement express auprès de la brasserie à Saint-Jérôme et ont écoulés plus de 80 fûts de bière, Frampton brasse à enfûté dans la nuit… la liste est longue. Il semble que plusieurs festivaliers aient appréciés les brasseries sur place.

Un festival qui a pris sa place.

Dans le monde de la bière, le dossier de l’heure dans la catégorie « événementielle » est sans aucun doute le nombre de festivals en période estivale et les différentes formules présentées aux exposants. Les brasseurs doivent choisir et se concentrer sur certains festivals en tenant compte de stratégies comme le développement de marché, la publicité, la rentabilité et j’en passe…

Québec vient se positionner, en trois ans, dans le Top 3 des festivals à considérer en offrant un événement urbain qui est un incontournable sur le calendrier de la ville de Québec. L’accueil du public y est pour beaucoup. La quatrième édition sera, fort probablement, du même calibre que cette dernière.

Quelques coups de cœur

En quatre jours, j’ai eu l’occasion de goûter plusieurs produits intéressants et (re)découvrir des brasseries qui se démarquent. Voici cinq brasseries qui se sont démarquées ou qui m’ont agréablement surpris au Festibière:

– Frampton Brasse, Frampton

Cette brasserie a soufflé sa première bougie le 15 août 2012 en nous offrant quelques bières très bien brassées par Gilbert, jeune brasseur plein de talent. La Sieur de Léry, la pilsner était particulièrement en forme sur son biscuit de malt croquant et son amertume sèche. Que dire de la Nuit d’Automne, une double superbement bien balancée entre l’alcool, le sucre et ses notes de mélasse.

– Les Trois Brasseurs, Québec

Blondes, blanches, brunes et ambrées sont les bières habituelles des Trois Brasseurs et leur marque de commerce. Mais saviez-vous que les brasseurs s’amusent également à brasser quelques produits saisonniers disponibles dans certaines succursales. Une bière aux 7 épices, une bière à la framboise bien relevée pour ne nommer que celles-là. Il n’y a pas que de la couleur chez Les Trois Brasseurs.

– Microbrasserie des Beaux-Prés, St-Anne des Beaux-Prés

Luc et Joanne sont les heureux propriétaires d’une brasserie sur le bord de la 138 en direction de Charlevoix. Ils en étaient à leur premier festival en tant que brasseurs-propriétaires et ce fut un réel succès. Il faut dire que Luc n’en est pas à ses premières armes, il a été un des membres cofondateur de la brasserie Dieu du Ciel de St-Jérôme et travaille dans le monde de la bière depuis plusieurs années. Ses bières sont rafraichissantes et stylisées.

– La Barberie, Québec

Le Nelson Sauvin est un houblon néo-zélandais aux propriétés amérisantes assez marquées. La Barberie l’a utilisé pour en faire une Pale Ale entièrement houblonnée au Nelson Sauvin; une bière idéale pour présenter les caractéristiques de ce houblon que je n’ai pas hésité à utiliser dans plusieurs de mes conférences sur la découverte de la bière. Elle est encore disponible en fût à la brasserie. À vous d’y gouter.

– Brasseurs illimités, St-Eustache

Avez-vous entendu parler du projet « Beta » de Brasseurs illimités ? Trois bières au nom aussi étrange que Beta 5, Beta 6 et Beta 6b étaient disponibles au cours de la dernière année. La brasserie proposait de participer à la plus grande initiative de recherche et développement dans le domaine brassicole au Québec: consommer une bière « Beta » et proposer ses commentaires en fonction de diverses questions.

Le but avoué de cette campagne R ET D: recevoir des commentaires constructifs sur l’utilisation de malts québécois dans la fabrication des bières. Le malt ayant été préparé par la brasserie elle-même. Un dossier à suivre…