32 feuilles d’herbes !

Quand on parle de l’Italie, on pense indéniablement à sa gastronomie, le football (soccer) ou bien à la mode, voire pour la génération 90′ en France à “Lilicub – Voyage en Italie/1996”. Les clichés réciproques entre voisins latins transalpins sont tenaces mais de bonne guerre. Mais quand on parle bière, on ne rigole plus.
On m’a parlé de Baladin, de Del Borgo, et de plus 400 brasseries artisanales à travers tout le pays. Pour bien faire et lier l’utile à l’agréable, j’ai décidé de partir quatre jours pour aller voir de plus près ce qui s’y brasse.
Direction Treviso et plus précisément Pederobba aux pieds des Dolomites, au 32 via dei Birrai (32 rue des Brasseurs).

Ne cherchez pas sur une carte, ne vous énervez pas sur votre système guidé par satellite car cette rue n’existe pas. 32 via dei Birrai est une jeune brasserie (6 ans) mais qui n’a pas à rougir de sa jeunesse.
La première question que l’on se pose est: Pourquoi 32 ?! Ça aurait pu être à cause de l’indice téléphonique de la Belgique car le maître brasseur est belgo-italien, ou parce que l’ensemble des bières sont d’inspiration belge. En fait, 32 est le numéro de classe où se trouve la bière dans la classification internationale des produits et des services par l’arrangement de Nice.

La brasserie 32 se veut garante d’une qualité artisanale quasi parfaite de ses bières. Sa manière de créer et de produire est à l’image de ses 3 fondateurs passionnés. Là où des brasseries essayent d’arranger des recettes au plus simple tout en essayant de garder une qualité stable et satisfaisante, 32 joue subtilement avec les matières premières et transforme son matériel au fur et à mesure des avancées technologiques qu’elle-même initie. La brasserie 32 via dei Birrai ne se limite pas à des bières d’inspiration belge de qualité, elle ose aussi le design. Comme certaines de ses grandes soeurs, 32 élève la bière au royaume de la gastronomie et du luxe, où la bière, la bouteille voire les cartons d’emballage deviennent objets de collection.
La gamme des produits permet d’avoir une petite palette d’arômes, d’effluves et de couleurs pour marier un large choix de mets. C’est le choix qu’a fait la brasserie, de truster les places aux menus des cartes de restaurants gastronomiques.

L’Audace est une bière dorée à la mousse dense. Le nez est plein de fraîcheur avec des senteurs d’écorce d’orange et de melon. En bouche, l’acidité vient vous cueillir avec finesse. Peu amère, cette bière est dans un premier temps douce avec des notes de frangipane et en fin de bouche des touches de pommes surettes amènent une sécheresse prononcée.

L’Admiral qui tient son nom du houblon est une bière ambrée chapeautée d’une mousse blanche cassée. Au nez, on retrouve des saveurs de confitures où se mêlent groseilles et framboises, accordées avec une pointe de caramel. En bouche, cette bière est puissante, une légère astringence est présente coordonnée avec le caramel et l’amertume sur les 2/3 de langue.

L’Atra est une bière saisonnière hivernale. Sa robe est brune intense et sa coiffe est dense noisette. Au nez, les effluves de chocolat sont enivrants complétés par de subtils arômes de fruits secs et une légère essence de café. En bouche, sa fine gazéification pourrait nous faire penser à une stout, mais cette bière est très équilibrée entre la douce amertume du café et le chocolat.

Il faut que je l’admette, les découvertes de ce marketing brossé, ces verres à bière de dégustation aux allures de verres à vin sont loin de mon quotidien belge. C’est après ces premiers pas dans cet univers brassicole que j’ai rencontré, grâce à la complicité de Fabiano Toffoli, fondateur et maître brasseur de 32, plusieurs autres brasseries artisanales. J’ai constaté qu’il y a toujours ce même rituel de service en deux fois lors des dégustations afin de créer un effet de chapeau bavarois avec la mousse. La proximité avec l’Autriche et des pays de l’Est européen m’a fait aussi comprendre que les bières dans cette région du Nord Est de l’Italie sont le plus souvent des Lagers. Mais coincée dans ce décor éblouissant des Dolomites, la brasserie Foglie d’erba (Feuille d’herbe) est l’une de celles qui s’essayent avec succès aux styles belges, anglais et américains.

Pour l’anecdote, Gino Perissutti, le gérant et maître brasseur del birrificio Foglie D’erba (dans le texte) a été élu en 2011, brasseur de l’année en Italie. Mais pour lui, le plus important est la qualité de ses bières. Cette brasserie n’a pas choisi de style défini, mais une chose est commune à toutes les bières, elles sont houblonnées. De la Pilsner à 40 IBU, en passant par une Imperial IPA (70), Black IPA (50), et sa Pale Ale (40), les bières sont très bien travaillées. Ajoutez à cette gamme régulière des bières saisonnières comme une blanche d’inspiration belge très parfumée ou une imperial Stout et vous y êtes !

Une des surprises de cette visite, c’est qu’en fin de journée Gino se transforme en pizzaïolo et le brewpub se transforme pizzeria. Si vous tombez un soir de match de Série A (l’élite du soccer italien), l’ambiance est garantie. Vous comprendrez mon enthousiasme de Biertrotter © à vous faire découvrir cet endroit atypique. Ce lieu est surement un des plus parfait pour les beer trips car au-dessus du brewpub-pizzeria, se trouve un hôtel. La rencontre aurait pu s’arrêter là mais quand le bonhomme sort des grands crus italiens comme une Xyauyù 2008 OAK aged Laphroaig 1998 de la brasserie Baladin , on se dit que la soirée va finir tard.

Ces quatre jours m’ont réconcilié avec les italiens et m’ont permis de découvrir un autre monde brassicole. Je vous avouerai que j’avais un certain regret à être à 50 km de Venise et de pas pouvoir aller lui rendre visite. Mais après ces quatre jours, Venise, la Tour de Pise ou bien la Place Saint Pierre attendront, il y a encore beaucoup de bijoux brassicoles à découvrir dans la grande botte.

http://www.32viadeibirrai.com/
http://www.birrificiofogliederba.it/

(Crédits photos, logos et étiquettes – 32viadeibirrai / birrificiofogliederba)