Hopfenstark, une brasserie à l’avant-garde

Lorsqu’en 2006, Frédérick Cormier et Hugues Dumontier créent la brasserie Hopfenstark à L’Assomption, c’est dans l’idée de brasser des bières différentes, se rapprochant le plus possible des styles historiques. Six ans plus tard, Hugues s’étant retiré de la brasserie, Frédérick a réussi sa mission première : exploiter une brasserie reconnue pour l’exactitude historique de ses styles et le maintien de la qualité.

Hopfenstark a, au cours de sa jeune existence, toujours anticipé les tendances des consommateurs et le développement de produits originaux. Même si la définition de Hopfenstark en allemand signifie « houblon puissant », les bières s’étant démarquées au fil des années sont des bières plus subtiles que la moyenne. L’utilisation de techniques de brassage empiriques (« surissement » du moût, vieillissement en fût de chêne, utilisation de malts fumés dans des bières pâles, etc.) ont fait d’Hopfenstark une véritable ambassadrice du talent des brasseurs québécois.

Saisons et inspiration germanique

Spécialiste des Saisons, Frédérick est le meilleur brasseur québécois de ce style. Je me souviens de mon premier contact avec la Saison Station 55, une bière brassée dans le plus pur style « Saison » avec des notes de houblons américains. Une bière au caractère propre des saisons rehaussée par les arômes moins subtils des houblons américains. J’avais un pied en Belgique et un autre sur la côte ouest américaine. Un grand écart pour mes papilles. Mentionnons également la Saison Station 10, aux notes acides rappelant fort probablement les saisons qui étaient bues dans les champs pendant la période estivale. La Saison Station 7, aux différentes herbes. La Saison Station 16, une bière de seigle et la Saison du Repos, une saison aux inspirations américano-belge; indescriptible en peu de mots.

Pour Frédérick, la qualité des matières premières influence grandement la qualité des bières. On reconnaitra l’adage d’un bon artisan. Je ne connais pas de boulanger, charcutier ou cuisinier ayant l’amour de son métier ne pas me dire la même chose. Frédérick aime transformer ses matières premières en bière pour le plaisir de tous et surtout l’étonnement. La Boson de Higgs, au nom de cette particule élémentaire, est le reflet du talent de Frédérick : une bière de blé et de malt fumé au bois de hêtre, fermentée avec une levure de saison et fort probablement surie. Indescriptible sensation dès les premières gorgées.

Mais Hopfenstark propose également des produits plus « conventionnels », vous découvrirez la gamme Ostalgia Blonde et Ostalgia Rousse, deux bières de style germanique, et disponibles dans vos points de vente favoris. Le petit bonhomme vert sur l’Ostalgia Blonde et le rouge sur l’Ostalgia Rousse s’appelle un Ampelmann. Il était utilisé avant la chute du mur de Berlin comme signal visuel sur les feux de circulation dans Berlin-Est. Les autorités avaient l’intention de l’enlever après la chute du mur de Berlin, mais se sont confrontées à la colère des gens de l’Est.

Frédérick ne brasse pas que des styles belges et allemands. Je vous invite à découvrir sa Postcolonial IPA, sa Black Francis Stout, sa Hooligan Bitter et son Baltic Porter de l’Ancrier. Un voyage pour les papilles.

Une reconnaissance mondiale

Véritable ambassadeur du savoir-faire québécois, Frédérick aime se balader dans le monde pour y faire découvrir ses bières et son talent. Les différentes médailles gagnées dans des concours internationaux l’ont considérablement aidé à exporter ses produits aux États-Unis, par exemple. Que nous réserve-t-il pour les prochaines années? Assurément le même souci de qualité et une augmentation de production. Voilà une nouvelle qui plaira aux nombreux amateurs qui n’ont pu goûter à tous les produits, faute de disponibilité.