Microbrasserie des Beaux Prés. La réponse aux prières des pèlerins assoiffés

13_MBPC’est en 2010 que Luc Boivin se risque finalement à poser la question tant attendue à Johanne Guindon, sa douce moitié : veux-tu déménager à Sainte-Anne-de-Beaux-Prés pour y ouvrir notre brasserie? Johanne réalisa probablement un des plus grands bonheurs de Luc en répondant : Oui!

C’est aussi à l’été 2010 que Luc fut séduit par les paysages de la route 138 entre Québec et Baie-Saint-Paul alors qu’il venait d’assister à la première édition du Festibière de Québec. Il avait été agréablement surpris par l’enthousiasme des gens pour le festival et a tout de suite compris qu’il y avait un besoin pour de nouvelles brasseries dans la région.

Mais avant de se lancer dans un tel projet, un plan d’affaires des plus sérieux s’impose, surtout dans une région un peu plus éloignée comme celle-là. Après une journée passée assise à compter les quelque 25 000 voitures qui dévalent la 138 entre Québec et Baie-Saint-Paul au quotidien, il est convaincu! Au diable le plan d’affaires…

Il faut dire qu’avec 20 ans d’expérience dans le domaine brassicole, Luc savait ce dans quoi il s’embarquait. Après environ 15 ans chez les Brasseurs du Nord, il s’est joint à Dieu du Ciel! où il a participé à la création de la microbrasserie de Saint-Jérôme. Il était venu pour lui le temps de voler de ses propres ailes, de migrer vers l’Ouest, sur la Côte-de-Beaupré.

Johanne n’a pas d’expérience dans le domaine, mais elle accepte le pari et réoriente sa carrière d’archiviste pour devenir présidente de la Microbrasserie des Beaux Prés. Elle tombe rapidement sous le charme de la région et fonde une belle équipe dirigée par son bras droit, Patrick.

Après quelques échanges avec la municipalité, le projet se définit avec l’achat des locaux de l’ancienne Fromagerie Côte-de-Beaupré qui donnent à l’arrière sur les battures du Fleuve Saint-Laurent exhibant une splendide vue sur l’île d’Orléans. L’aménagement d’une superbe terrasse est rapidement envisagé, puis tout le reste prend forme.

Seulement un an et pourtant…

Le 9 février 2013, la microbrasserie fêtait sa première année d’activités. Elle a en réalité ouvert ses portes le 22 décembre 2011, mais comme Luc et Johanne l’expliquent, la brasserie n’a pas commencé à brasser dès le départ, ils ont donc choisi de retarder la date officielle.

Même si elle est plutôt jeune, la brasserie n’a pas tardé à se faire un nom. Deux des bières de Luc se sont vues qualifiées de grand cru par les Coureurs des Boires, soit la délicieuse Oie Blanche, une Hefeweizen aux notes d’agrumes, de fleurs et de bananes, ainsi que la St-Joachim, une Weizenbock aux parfums de clou de girofle, de fraises, de bananes flambées et de raisins secs. Décidément, le blé lui va à merveille!

La Croix Noire, un Stout bien crémeux, et la Mestachibo – signifiant « Rivière qui coule » en langue huronne – une American Pale Ale, sont également à découvrir, tout comme plusieurs produits plus récents, notamment l’Aventurine, une blonde belge forte, et la Route 138, une Double IPA fort agréable.

Halte routière sur la 138

La Microbrasserie des Beaux Prés propose également un menu bistro qui, combiné à la bière et la terrasse, en fait de loin la meilleure halte routière de la 138, voire de la province. Et ce, sans les dinosaures géants! Un filon auquel le Ministère des Transports devrait peut-être s’attarder…

Chili à la bière, nachos, pizza libanaise, assiettes de fromages et de terrines, sandwichs, salades, fougasse provençale, gratin dauphinois, croustillant de canard confit, samossas de caille…; bref, assez de choix pour accompagner votre pinte et reprendre la route en douceur, ou, pour vous convaincre d’annuler le voyage, d’y passer le reste de la journée et de louer une chambre au B&B d’à côté.

Malgré tout ce qu’on pourra vous proposer au menu, aucune pinte ne saura trouver meilleur partenaire que la vue offerte par la terrasse aux abords du Saint-Laurent. Prenez le temps d’aller y faire un tour, mais méfiez-vous, à la contempler trop longtemps, vous pourriez vous aussi avoir une envie soudaine de tout laisser tomber et de venir vous y installer. Santé!