Dégustation Spéciale: Boulevard Brewing Co.

D’habitude, soit qu’une brasserie atteint notre région par son réseau de distribution, ou soit qu’on a jamais la chance de déguster un de leurs produits. À moins d’avoir la chance de voyager le globe à la recherche des bières des contrées étrangères, certains nom de brasseries demeurent légende urbaine pour la plupart des amateurs de bière. Je me rappelle qu’à ma première lecture des 500 bières à déguster de Michael Jackson – des noms mythiques tels que Alaskan, New Belgium, New Glarus, Bridgeport, et Russian River avaient beau m’attirer l’oeil, il aura fallu plusieurs années à lire les nouvelles de leurs exploits sur internet avant qu’une bouteille de ces brasseries ne me passe sous la dent.

Le problème avec désirer si longtemps, c’est qu’on se bâtit tranquillement des attentes irréalistes, qu’on en ressort souvent déçus d’avoir languit si longtemps.

image

Boulevard Brewing Company est une de ces brasseries qui semble se contenter d’une distribution plutôt timide, visant principalement l’Ouest et le Centre des États-Unis. Sans avoir la chance de visiter le Missouri, il est bien difficile de savoir si la réputation impeccable de cette brasserie se compare avec celle de nos micro-brasseries québécoises préférées. Ce soir, je me laisse gâter par un copain d’Ottawa, qui a eu cette chance, et qui a eu la grande générosité de me garder quelques bouteilles de cette fameuse brasserie, pour contribuer à mon éducation sur ces grandes marques américaines qui savent si bien m’échapper au cours des années.

Dark Truth Stout (Imperial Stout, 9.7%, ratebeer)

Cette stout impériale ne cache pas du tout sa teneur en alcool. Dès l’ouverture de la bouteille, des effluves chaudes émanent du goulot.Versée dans une grand verre, elle laisse pousser une belle mousse brunâtre qui tiens bien sa forme, et qui laisse quelques traces de sucre d’orge sur les parois du verre. u nez, on dénote des arômes plutôt fruitées; canneberges, cerises noires, et anis dansent légèrement sur des vagues d’alcool.

En bouche, elle s’avère honnête. Pain de sucre, cerises sûres et caramel font de leur mieux pour camoufler de petites notes de café et de grain torréfiés. D’ailleurs, aucunes saveurs de chocolat, et juste une petit note acide de café dans cette bière – une surprise et étonnante découverte. Ca fait du bien de boire une stout qui ne se laisse pas bercer par ces saveurs si communes, et honnêtement, si faciles à produire. Un petit goût végétal (café bouillit?) en fin de gorgée viens faire sourciller, mais sans trop débrayer l’expérience. Conclusion: Stout intéressante, démontrant de belles qualités hors des sentiers battus.

imageSixth Glass Quadruple Ale (Quadrupel, 10.5%, ratebeer)

Une autre bière fortement fière de son 10% d’alcool; elle ne fait aucun effort pour dissimuler une force en évaporant se chaudes arômes d’alcool dès l’ouverture de la bouteille. Au verre, elle tombe énergiquement tout en dévoilant une robe écarlate aux reflets ambrés digne des tapis rouges de Cannes. La photo ci-jointe témoigne de sa belle mousse beige qui culbute dans le verre au fur et  mesure qu’on la déguste.

Au nez, les esters tropicaux et phénoliques de la levure belge s’entrelacent avec des sucres à la fois simples (candi ambré) et plus complexes aux soupirs de noisette, amande, et semblent produire des arômes de menthe lorsqu’elles ont un peu réchauffées.

Titillant la langue avec une belle carbonatation, cette bière englouti la langue d’un liquide sucré, aux nuances d’orge et de gruau, et se transforme assez rapidement en chaleur alcoolisée. Elle garde une emprise sucrée, et s’étale dans la simplicité exquise de sa proposition. Timides, les houblons sont à peine perceptibles, et donnent des nuances de paille et de gazon (E.K. Goldings?) lorsqu’ils réussissent à traverser l’abîme de bonbon.

En finale, elle est beaucoup trop mince pour une bière de cette teneur en alcool. Si je compare avec une bière du style de sol Québécois, la Spécial B de Brouhaha emporte haut la main, en proposant un corps beaucoup plus riche, capable de soutenir ces sucres. Conclusion: Bonne, mais content de ne pas avoir de 750ml de cette bière. Manque de corps, mais pas de saveurs. Trop atténuée pour une bière du style.