Couleur ou Style ?

Dans mon dernier éditorial, j’invitais tous les consommateurs à s’unir pour valoriser la bière, peu importe leur bière préférée. J’y indiquais également qu’une ligne virtuelle existait entre consommateur de produits des grandes brasseries et consommateurs de micro brasseries. Cette ligne, infranchissable pour certains, est le symbole d’une friction dans le dialogue entre les deux catégories de consommateurs et j’insistais sur le fait que dans les deux camps, on consomme de la bière!

Plusieurs cas précis se présentent chaque semaine dans des événements de dégustation ou sur les réseaux sociaux, et vu les échanges parfois peu civilisés entre les deux camps (peut-on vraiment parler de dualité ?), la ligne est loin d’être balayée.

Et pourtant, il est si facile de se comprendre

Êtes-vous plutôt blonde, rousse ou brune? Ou peut-être pilsner, red ale ou double? Êtes vous plutôt couleur ou style? Tout dépend de l’intérêt que vous portez à la bière.

Plusieurs d’entre nous, la grande majorité en fait, consomment de la bière dans un cadre social, sans se soucier du style, mais se fiant principalement à la marque, au prix et à la couleur. Le résultat d’un marketing judicieux qui a fait ses preuves depuis plusieurs années. On les appellera les consommateurs

Plusieurs d’entre nous, de plus en plus nombreux, consomment de la bière dans un cadre social en se souciant du style, de la couleur, des saveurs et des goûts. Le résultat d’une tendance de plus en plus marquée: l’achat local et artisanal. On les appellera également les consommateurs.

Pour les consommateurs, la bière est avant tout une question de couleur. On consomme de la blonde. Pour les autres consommateurs, la bière est avant tout une question de style, les consommateurs ne comprenant pas les autres consommateurs et les autres consommateurs ne voulant pas écouter les consommateurs. Vous suivez? Moi non plus… Mais ils consomment de la bière.

En clair, chacun consomme sa bière en vivant une expérience différente. Chaque expérience est avant tout un choix personnel. Peut-on remettre en question le choix d’un consommateur si celui-ci y trouve son bonheur? Nous sommes tous consommateurs, non?

Orienter le consommateur

Saviez-vous qu’en parlant de couleur, le consommateur s’attend à avoir un profil de saveurs auquel il est habitué? Il n’a pas tout à fait tort mais vit parfois quelques surprises.

Saviez-vous qu’en parlant de style, le consommateur s’attend à avoir un profil de saveurs associées au style? Il a raison, mais vit parfois quelques surprises également.

Lorsqu’on nomme la couleur, on nomme celle du grain. Sans être le principal facteur de saveurs et de goûts, il influence cependant le goût de la bière et définit le profil de celle-ci. Par exemple, un grain pâle aura tendance à offrir des saveurs de céréale et de pain, tandis qu’un malt plus foncé proposera des saveurs plus prononcées de caramel :

  • Blonde – Peut développer des notes légères de pain et de céréales;
  • Blanche – Peut développer des notes de céréales et de pain;
  • Ambrée – Peut développer des notes légères de caramel et de céréales grillées;
  • Rousse – Peut développer des notes moyennes à forte de caramel et de céréales grillées;
  • Brune – Peut développer des notes de chocolat, de céréales rôties, de sucre candi ou de mélasse;
  • Noire – Peut développer des notes de torréfaction, de café ou de céréales rôties;
  • Fruitée – Est liée aux saveurs et arômes des fruits utilisés. Dépend de la couleur du ou des fruit(s).

Il est très rare de boire une blonde aux saveurs de café et de torréfaction. Le profil est donc important et la couleur permet au consommateur d’orienter sa dégustation et ses attentes vers un profil apprécié. Saviez-vous qu’il faut très peu de malt noir pour brasser un Stout? Les saveurs sont également influencées par d’autres paramètres tels que le houblon, les épices, la levure, la fermentation ou les méthodes de brassage par exemple, le tout étant le plus souvent catalogué dans un savoir faire empirique que l’on appelle : les styles.

En tenant compte des éléments ci-dessus, on arrive à la conclusion que la bière est une couleur avec du goût, des saveurs et des sensations. Que cette couleur influence le goût de la bière et que les saveurs de la bière ne sont pas forcément attachées à sa couleur, mais à d’autres paramètres cités plus haut. On peut donc boire une bière blonde, brune, rousse, noire qui sera douce, acidulée ou amère, par exemple.

Un dialogue commun

Comment se parler? En parlant de couleurs et de sensations. Les consommateurs désirant en découvrir plus seront ravis d’apprendre qu’une blonde n’est pas uniquement douce et les consommateurs désirant éduquer seront ravis d’enseigner qu’une blonde légèrement acidulée peut s’appeler Saison.

Quand aux saveurs de la bière, la tendance se dirige vers un classement ordonné et pertinent qui ouvre de nouveaux cadres de références, et nous sommes actuellement en train de réfléchir à un système à utiliser dans notre publication. Profitons-en pour souligner les travaux de Martin Thibault et David Levesque Gendron qui sortiront Les Saveurs Gastronomiques de la Bière cet automne, fort probablement un prochain sujet de discussion.