Micro du Lac St-Jean – Houblon Libre

Mea Culpa: j’ai tendance à passer par dessus les bières embouteillées en ce format 500ml lorsque je magasine pour de nouvelles saveurs. Au début des années 2000, je me suis trop fait mordre par des bières dans ce format. Pourtant, depuis quelques années, de très bons crus sont disponible dans des bouteilles de cette taille, et pourtant,  à les savourer dans des festivals, je devrais être plus ouvert.

Celle-çi n’y aura pas fait exception, jusqu’à ce que mon bon copain Vlad m’offre la bouteille que je me suis ouvert ce soir. Et si je me fie à mes notes de dégustation, oh! que j’ai passé près de manquer quelque chose!

1016633_10151745288771081_325100203_nHoublon Libre – Micro du Lac St-Jean (Black IPA, 7.7% alc./vol, Ratebeer: 92)

Elle tombe au verre et rapidement forme un superbe collet de mousse de couleur sâble qui persiste tout au long de la dégustation. Cette mousse surplombe une bière obsidienne d’une opacité quasi-totale.

Le bouquet de parfums qui s’échappent de ce collet est des plus intrigants; café crème, feuille de primtemps, chocolat au lait et vieille boiseries. C’est à ce moment que je remarque sur la bouteille qu’on a affaire à une black IPA fermentée en baril! Ces quelques semaines passées en tonneau lui confère un nez de bois, mais subtil, juste assez pour la complexifier, sans nuire aux subtilités des grains, et de la fraicheur verte des houblons.

En bouche, sa rondeur est la première chose remarquée. Petit pétillement de carbonatation faible qui rehausse un caractère acide de la torréfaction des grains. Ca se poursuit, d’une amertume bien équilibrée qui chevauche l’amertume des grains rôtis et l’amertume des presque douzaine de houblons qui y sont infusés. En finale, l’impression d’avoir bu cette dernière gorgée d’un café rempli de granules au fond de la tasse mal filtrée donnent définitivement l’impression d’une black IPA lorsque voguent les douces et complexes arrières-gout des houblons… orange, pamplemousse, paillé, un peu terreux. Il y en a pour tous les palais, à condition de bien aimer le café noir!

En conclusion, je ne me cache pas de mon impression de savourer un très grand cru québécois. En cette fête de la St-Jean (quoiqu’un peu orageuse ici), je souris de la fierté des talents indéniables de nos brasseurs provinciaux, superbement présentés dans cette bière, même dans cette foutue 500ml!

Santé, et longue vie aux brasseurs fous du Québec! Viva el Houblon Libre!