Ça et là sur la route 138

138J’arrive d’un petit périple d’un peu moins de 2500 kilomètres, et j’ai constaté encore une fois que nos microbrasseries ne sont pas toujours bien représentées en région.   Lorsque je vais à Havre-St-Pierre, je fais deux valises.   Une pour les vêtements et une pour la bière.   Ce n’est même pas une blague.   De trois bars il y a quelques années, il n’en reste maintenant qu’un seul, L’Écoutille.  Ce petit bar/salle de spectacle, bien qu’il soit fort animé et avec un staff plus qu’agréable, n’a que de la Rickard’s sur les lignes, et d’autres produits faits par/contrôlés par Molson au frigo.  Seule exception, j’ai enfin réussi à goûter à la 3 Capitaines de Brasseurs Du Monde, brassée pour le groupe Bodh’aktan.  Je n’ai pas osé demander comment c’était possible.   Il y a pourtant des amateurs de microbrasseries là-bas, mais ils doivent se rabattre sur ce qu’il y a en épicerie et SAQ (L’Alchimiste, Unibroue et Boréale) ou bien faire deux heures de route pour faire des provisions à Sept-Iles (Merci La Trésorie!)  pour la boire chez eux.   Si on veut sortir au bar, on boit avant d’y aller ou bien on boit autre chose!  Les gens de Natasquan sont plus gâtés de ce côté.  Il existe un petit restaurant très sympathique qui s’appelle L’Échouerie.  La bouffe est bien, il y a souvent des spectacles, la terrasse donne directement sur le Golfe du St-Laurent et on y trouve une bonne sélection de bières de micros… C’est vraiment un bel endroit pour en siroter une et je le recommande chaudement si jamais vous passez dans le coin!   Après le repas, allez marcher sur la plage et voir les Galets, vous allez adorer.

Le 6 juillet, sur le chemin du retour, je me suis arrêtée à Baie-St-Paul pour jeter un coup d’œil aux célébrations du 15ème anniversaire de la MicroBrasserie Charlevoix.  Le chapiteau était monté, et plus de 35 bières (dont plusieurs bières invitées) étaient disponibles pour les deux jours de festivités.  En plus de la nourriture servie au Saint-Pub,  il y avait un BBQ à l’extérieur.   Il faisait beau et chaud, et l’atmosphère en était une de vacances.   Les gens se promenaient, allaient sous le chapiteau chercher une bière et ressortaient pour se mêler à la foule.   Plusieurs brasseurs de la province s’étaient déplacés pour aller souligner l’événement, il y avait des sourires partout.   Le soir venu, les choses ont changé… Du petit rythme tranquille des vacances, ça s’est transformé en party!  Lorsque Radio Radio est arrivé sur la scène du chapiteau, la foule s’y est installée et la température a monté!  À la deuxième chanson, les chandails des gars étaient détrempés!  Ces chandails sont d’ailleurs devenus optionnels plus tard.  Je leur lève mon chapeau parce que malgré la chaleur, ils ont livré une bonne performance, et la foule compacte sous la tente dansait, s’amusait et profitait des bières à proximité.   Lors de la chanson Enfant Spécial, ils ont fait monter un enfant qui s’est retrouvé sur les épaules de Jacques Alphonse Doucet, un des membres du groupe.   Vous voyez le genre de fête?  C’était une superbe soirée et ça m’a fait penser que je ne vais pas assez souvent dans Charlevoix.   Il y a tant à faire, à voir, à goûter!   Bravo à l’équipe qui a organisé ces deux jours de fête!

Le lendemain, direction Montréal, je suis arrêtée au Domaine De La Vallée du Bras pour aller déguster….. du vin de tomate!!!  Pascal Miche, un belge installé au Québec depuis plusieurs années, a décidé de recréer la boisson qu’Omer, son arrière-grand-père, fabriquait.  Les tomates utilisées dans la fabrication de ce vin apéritif sont des tomates parfaitement adaptées au climat de Baie-St-Paul.  On retrouve ce vin apéritif en version Omerto Sec, excellent avec du saumon fumé ou du sushi, et en version Omerto Moelleux, un délice avec des terrines ou du foie gras.  Si vous ne pouvez faire la route pour aller à Baie-St-Paul, passez au Marché Des Saveurs Du Québec, au Marché Jean-Talon, ou bien achetez en ligne sur www.domainevb.ca .   Allez-y, osez!

Si je peux me permettre, par contre, faites donc la route pour y aller.   Là, ou bien ailleurs en province.   Nos brasseurs et autres producteurs artisanaux valent bien qu’on aille à leur rencontre…

Santé!