Réactions à l’entrevue de Philippe Duval, PDG de la SAQ sur les ondes du 98.5 FM

Dans le cadre de l’émission de Paul Arcand sur les ondes du 98.5 FM à Montréal, Philippe Duval, président directeur général de la Société des alcools du Québec, a réalisé une entrevue pour répondre aux différents articles d’opinions et au refus d’un recours collectif contre la SAQ. Je vous invite à vous référer aux différents articles disponibles sur la toile pour mieux comprendre le débat.

J’ai apprécié cette entrevue car, pour une rare fois, Philippe Duval a fait preuve d’une transparence plus flagrante pour répondre aux questions de Paul Arcand. Une transparence directe qui vous invite, vous citoyen, à discuter directement avec son actionnaire principal, l’état québécois, pour toutes question sur le changement du statut de la SAQ.

Cependant, alors qu’il maîtrise parfaitement bien les chiffres et statistiques liées aux ventes d’alcool au Québec et dans le reste du Canada, il a démontré indirectement sa méconnaissance du marché de la bière, la catégorie qui nous intéresse le plus.

Voici quelques remarques, suite à ses propos.

“Le marché de l’Ontario est principalement celui du spiritueux et le marché du Québec, principalement celui du vin”.

Duval appuie ses propos en citant des chiffres: 80% vins et 20 % spiritueux pour le Québec et 70% spiritueux et 30% vins pour la LCBO. Je viens d’aller consulter le dernier rapport annuel de la LCBO pour remarquer une légère différence entre le vin et le spiritueux et un talonnage de la bière. Pourquoi ne parle t’il pas des parts de vente de la bière dans son exemple ? On ne vends pas de bière à la SAQ ni à la LCBO ? Avec un marché proche de 1 milliard en Ontario, on est bien loin d’un marché marginal.

“Le consommateur au Québec aime découvrir des produits différents”

Je suis allé consulter la liste des produits disponibles sur le site de la SAQ, incluant les formats et produits différents.

  • 11094 vins
  • 1590 spiritueux
  • 100 bières

Soit un rapport de 0.78% pour la bière. Est ce normal qu’une société d’état dont le mandat principal est de vendre de l’alcool au Québec offre un choix d’une catégorie de produits de l’ordre de 0.78 % ? La question mérite d’être posée.

“Ce n’est pas la SAQ qui choisit ce que le consommateur va boire (vin californien ou argentin)”

C’est cependant la SAQ qui décide de ce que les consommateurs vont découvrir. Alors qu’il est vrai d’affirmer que les chroniqueurs et blogueurs jouent un rôle important dans le choix des produits présentés aux consommateurs, ils doivent cependant se limiter à ce que la SAQ offre. Dans le monde de la bière, la liste est bien trop courte.

“La bière est moins chère au Québec”

OUI, dans un marché libre des épiceries et dépanneurs
NON, si on compare les tarifs de la SAQ et de la LCBO

Chimay Bleu – 300 ml
SAQ: 4.10 LCBO: 3.25

Aventinus
SAQ: 3.30 LCBO: 3.05

Abbaye des Rocs:
SAQ 3.40 LCBO: 3.10

Aecht
SAQ 3.80 LCBO 3.25

etc….

Même si la différence des prix est minime, elle accompagne les nombreux arguments qui dénoncent les prix plus élevés à la SAQ.

“On est principalement une destination vin”

Vous avez entièrement raison Mr Duval, pourquoi ne pas libéraliser la bière, une fois pour toute.