Brassage | Comment limiter vos dépenses

brewPlusieurs d’entre nous le savent et le vivent chaque jour; la vie coûte de plus en plus cher et nous ne pouvons pas toujours laisser libre cours à toutes nos passions ou pulsions lorsque vient le temps de faire des projets. Bien sûr, y’a toujours moyen de moyenner…

Combien de gens avez-vous rencontrés, qui avancent que brasser de la bière peut s’avérer dispendieux si on souhaite bien s’équiper? Pourtant, plusieurs se sont mis au brassage maison justement à cause de leur situation financière précaire… À travers cet article, vous verrez que se monter un kit de brassage tout grain n’est pas si onéreux qu’on le croit quand on se fout un peu des apparences.

Évidemment, si on veut avoir un système de brassage hyper sophistiqué avec des fermenteurs coniques et des contrôleurs thermiques, ça commence à faire un tantinet cher. D’autant plus que la bière n’en sera pas meilleure. Je dis toujours que pour faire du bon café, ça prend du bon café. On peut avoir une machine espresso à 2000$, mais si vous achetez du mauvais café, ça restera toujours du mauvais café. C’est la même chose pour la bière. Ce n’est pas la qualité de votre système qui fera que le produit final sera bon ou pas, mais bien votre expérience et votre rigueur.

La vraie question est de savoir si vous êtes amateur de ladite boisson et du brassage ou de l’équipement lui-même. Comme disent certains : « Un méchant beau kit toé chose! » Je suis comme tous les brasseurs maison qui rêvent un jour de posséder un kit Brasse-Camarade élaboré par Les Spécialistes de l’Acier Inoxidable à Blainville ou encore d’avoir un jour mon propre brewpub, mais je suis davantage impatient de brasser ma propre bière. Un petit kit à la bonne franquette répond parfaitement à cet objectif personnel.

Cuve d’empâtage

Je suis moi-même demeuré assez surpris lorsque j’ai vu le kit de brassage de Charlie Papazian, le pionnier du brassage maison. Mon kit de départ pour le tout grain était en fait le système de Papazian, le « Zapap Bucket ». Pour la cuve d’empâtage, on utilise deux seaux en plastique grade alimentaire. Un est troué comme une passoire faite avec une perceuse électrique, et dans l’autre, on y appose une valve en plastique ou un tube en plastique avec lequel on contrôle le débit. Vous pourrez trouver un peu d’équipement chez vos fournisseurs de brassage. Ensuite, prenez les deux seaux qui vous auront sans doute été donnés ou que vous aurez trouvés dans une vente de garage, et insérez-les un dans l’autre pour créer votre « Zapap Bucket ».

Sinon, beaucoup de gens utilisent une vieille glacière Gatorade ronde. Ils installent un faux fond avec une valve et ils obtiennent un mashtun efficace qui est en plus bien isolé. On peut même en faire un avec une glacière rectangulaire.

Cuve d’ébullition

Ma première cuve d’ébullition était en fait un chaudron en aluminium bon marché et pour ceux qui ont des doutes sur l’aluminium, je ne suis jamais devenu aveugle… Pas plus qu’avec toutes ces boissons consommées provenant de canne du même métal. Mes premiers brassins étaient faits sur la cuisinière; d’autres brasseurs utilisent des brûleurs au propane ou encore un seau en plastique dans lequel on appose un élément de cuve à eau chaude. Et voilà, le tour est joué.

Fermenteur

Pour la fermentation, le fermenteur conique n’est pas donné. Vous pouvez donc vous tourner vers le plastique grade alimentaire ou des touries en verre. Pour le gros volume, vous pouvez même utiliser des poubelles « Brute » de la compagnie Rubbermaid, elles sont de grade alimentaire et très solides. D’autres utilisent un vieux baril de bière. Assurez-vous toujours, par contre, de travailler dans la propreté et dans un milieu très aseptisé.

Il n’y a pas qu’une seule façon de faire de la bonne bière. C’est pourquoi personne n’a exactement le même kit. Pour ma part, je brasse depuis des années dans des barils de bière modifiés que nous avons améliorés au fil du temps. Je ne possède aucune pompe et travaille uniquement par gravité.

Si vous n’êtes pas pressés de brasser et plus patients que moi, vous pourrez toujours dénicher la perle rare avec les petites annonces, les ventes de garages, le vieux mon’oncle qui faisait du vin et qui se défait de son vieux kit… Tel que mentionné plus haut, votre fournisseur pour la matière de base pourra aussi vous vendre les pièces qui sont plus difficiles à trouver. De plus, si vous ne voulez pas investir dans un moulin pour votre grain, la plupart des commerçants se feront un plaisir de moudre le grain pour votre recette, et ce, pour peu de frais supplémentaires.

Demande spéciale

Avis aux intéressés, je suis curieux de voir les différents kits que vous possédez. Si vous vouliez donc nous partager des images sur le web, je pense que ce serait plus qu’intéressant de voir comment certains peuvent être ingénieux avec peu de moyens.

Allez également voir sur le web des images du kit de Charlie Papazian, c’est très « rustique », voire extrêmement rudimentaire. Vous en serez déconcertés. Mais je paierai cher pour goûter une de ses bières en sa compagnie!

Santé!