Les Cuvées de Noël

Traditionnellement, la période des Fêtes est le moment de l’année où l’on en profite pour gâter nos proches et les gens qui nous tiennent à coeur. Pour les brasseurs, cette période se veut le prétexte idéal pour offrir une cuvée toute spéciale, concoctée précisément pour faire plaisir. Costaude, chaleureuse et savoureuse, voilà la bière que l’on se souhaite pour cette période festive.

Non, ce n’est pas un style. Et puis, après? Durant le temps des Fêtes, il faut se faire plaisir. Et si l’on compte prendre quelques kilos, il nous faudra une boisson bien charpentée, bien alcoolisée et aux parfums évoquant nos plus beaux souvenirs d’enfance. C’est bête, mais c’est un peu ce qui explique la création des « Cuvées de Noël ». Ça et un contexte d’approvisionnement en ingrédients légèrement différent.

Il est impossible de retracer l’origine exacte de ces brassins spécialement conçus pour le temps des Fêtes.  À certaines périodes de l’année, les ingrédients étaient plus abondants alors qu’à d’autres, pratiquement introuvables. De même, l’absence de la technologie forçait les brasseurs à tenir compte du climat pour l’élaboration de leurs brassins. La Harvest Ale, la Saison et la Bière de Mars découlent de ces mêmes réalités.

Ainsi, à l’automne, c’est à partir de leurs réserves d’orge et de houblon que les brasseurs concoctaient leurs bières. Celles-ci passaient un certain temps à s’affiner avant de pouvoir être consommées au début du mois de décembre, quelques semaines avant Noël. Plus rondes et plus alcoolisées, elles étaient réconfortantes et chaleureuses, de quoi compenser pour la température devenue plus froide, et surtout, de quoi faire plaisir aux fidèles clients de la brasserie. Au fil du temps, les brasseurs commencèrent à y intégrer les épices typiques du temps des Fêtes : cannelle, girofle, cardamome, gingembre, poivre, muscade et anis étoilé.

En Belgique et en France, on prit l’habitude de les nommer « Bières de Noël » alors qu’en Angleterre, on parle davantage de « Winter Warmer » que l’on associe à la saison hivernale plutôt qu’au temps des Fêtes. Dans certains cas, les brasseries proposent simplement un produit régulier, généralement un de leur plus costaud, légèrement rehaussé et épicé à souhait. Dans d’autres cas, ce sont des brassins spéciaux uniques soigneusement concoctés pour l’occasion.

Caractéristiques communes

À l’oeil, ces bières sont généralement brun foncé, mais quelques fois ambrées. Les versions pâles tendent à être plus claires alors que les foncées seront opaques. Lorsque servies fraîches, elles se coiffent d’une onctueuse mousse blanche ou moka. Au nez, outre les épices rappelant le pain d’épices et le « plum-pudding », les arômes dominants sont ceux des malts. La présence de l’alcool est également attendue, mais celle-ci ne devrait jamais dominer.

En bouche, elles sont habituellement assez rondes; une chaleur d’alcool est souvent présente et lui confère un caractère plus chaleureux. De riches flaveurs de malt sucré sont présentes et souvent accompagnées de note de caramel, de rôti, de noix ou de chocolat. On retrouve souvent la présence de fruits secs, notamment raisins, prunes, figues et pelures d’orange. On remarque quelques fois des flaveurs de conifère provenant des houblons, mais elles sont la plupart du temps éclipsées par les épices. Il en va de même pour les notes d’alcool. En finale, c’est surtout les épices qui persisteront ainsi qu’une réconfortante chaleur d’alcool.

Notre dégustation

Comme plusieurs cuvées de Noël ne font leur apparition qu’au début décembre, nous avons dû, pour vous présenter cette dégustation, prévoir le coup et conserver les produits sortis pour les Fêtes de 2012. Oui, nous sommes patients. Voici donc une dégustation des bières de 2012 vieillies pendant environ un an. Ne vous inquiétez pas, elles seront toutes de retour cette année.

La Noël 2012 de Frères Houblon est la moins forte en alcool du lot. Les épices sont toujours présentes, mais le corps est mince et des notes de madère ont fait leur apparition. Ça reste épicé et fruité, mais n’attendez pas pour boire la version 2013. La Grivoise de Noël propose quant à elle un nez des plus invitants. À 7,5% d’alcool, elle semble avoir tenu la route et nous laisse même sentir une petite douceur alcoolisée qui n’est pas vilaine du tout. En bouche, les arômes ne sont pas aussi intenses que le laisse entrevoir le nez.

La Messe de Minuit propose d’emblée des parfums d’épices, notamment l’anis qui domine. En bouche, elle tient promesse et est très goûteuse, nous laissant reconnaître les saveurs d’un gâteau pain d’épices. Elle est chaleureuse et réconfortante. La Yule semble aussi avoir très bien vieilli, développant des arômes de caramel, cassonade et mélasse qui s’agencent à merveille avec de petites pointes de malt rôti, voire torréfié. Une belle présence d’alcool nous accompagne également, rendant l’expérience des plus chaleureuse. À mesure qu’elle se réchauffe, ses arômes se transforment et s’intensifient. À savourer tranquillement.

La Réserve de Noël est simplement spectaculaire. Au nez, les parfums de caramel sucré nous invitent à y plonger les lèvres pour découvrir une texture somptueuse, réconfortante et chaleureuse comme la veille de Noël aux abords du foyer crépitant. Le réveillon se poursuit avec la valse des épices festives qui nous enivrent jusqu’à la dernière gorgée. Du vrai bonbon!


15_ReserveNoel
Réserve de Noël

 Présentation

Lager rousse à 11,3% d’alcool, brassée par les Trois Mousquetaires à Brossard depuis 2012. Une version 2013 est disponible,  un peu moins forte, légèrement plus amère, avec une présence de copeaux de chêne plus marquée et houblonnée à froid au… Polaris!

Description

Orangée aux reflets rougeâtres, elle est chapeautée d’un mince col de mousse blanche. Au nez, le malt caramel rappelle le sucre candi au milieu du bouquet d’épices et de notes vanillées. En bouche, elle est étonnamment somptueuse, sucrée et chaleureuse, créant un contexte parfait pour laisser les épices parader, de quoi nous émerveiller. L’alcool est dangereusement bien dissimulé.

Suggestion

Dégustez-la en compagnie d’un traditionnel ragoût de pattes de cochon question d’en faire un moment magique du temps des Fêtes. Prolongez le tout avec des truffes au chocolat au besoin.

 

15_Messe

Messe de Minuit

Présentation

Brune aux épices à 9% d’alcool, brassée par les Brasseurs du Temps à Gatineau depuis 2009. À la création, l’objectif du brasseur était de créer un gâteau au pain d’épices liquide. Lorsqu’on le connaît, gourmand comme il est, on n’est pas vraiment surpris.

Description

Brune foncée aux reflets acajou intense, elle se coiffe d’une somptueuse mousse beige. Au nez, d’envoûtants arômes d’anis et des notes alcoolisées volent la vedette. En bouche, elle est moyennement ronde, l’alcool se fait sentir parmi une multitude d’épices qui jaillissent de partout. Ces dernières demeurent jusqu’en finale où une fine amertume vient se pointer le bout du nez.

Suggestion

Nous l’avons appréciée avec une fondue parmesan; le brasseur vous suggère quant à lui de l’essayer chaude, servie dans un verre à cognac.

15_Grivoise

 

Grivoise de Noël

Présentation

Double belge à 7,5% d’alcool, brassée par Le Trou du Diable à Shawinigan depuis 2008. À sa sortie en 2008, elle titrait un imposant 9,5% d’alcool. Elle s’est assagie depuis et a remporté plusieurs distinctions internationales en 2010, 2011, 2012 et 2013.

Description

Brune aux reflets tire d’érable, elle se coiffe d’une fine mousse blanche. Au nez, les arômes de Noël (girofle, muscade, cannelle et cardamome) se mélangent aux esters de levure belge et au bonbon caramel. En bouche, une chaleur d’alcool accompagne les notes de petits fruits et de caramel jusqu’en finale où les épices s’effacent tranquillement.

Suggestion

Elle s’agencera assez bien aux desserts fruités du temps des Fêtes, mais nous l’avons particulièrement appréciée en compagnie d’un confit d’oignon aux bleuets sur terrine.

 

15_Noel2012

Noël 2012

Présentation

Ambrée belge à 5,9% d’alcool, brassée par Frères Houblon à Trois-Rivières en 2012. La brasserie avait sorti en 2011 une recette complètement différente baptisée Noël 2011. Frères Houblon a d’ailleurs l’habitude d’offrir différents produits pour la période des Fêtes.

Description

Ambrée aux reflets orangés et caramel, elle est surmontée d’une mince mousse fuyante. Au nez, des pointes d’épices, de sucres et de madère nous indiquent qu’elle n’est plus jeune. En bouche, elle est mince, un peu fruitée, épicée et caramel. Les épices de Noël sont toujours présentes et dominantes. En finale, l’amertume est tout de même tenace.

Suggestion

Relativement légère pour une cuvée de Noël, elle pourra accompagner un plateau de figue et de dattes en milieu d’après-midi sans hypothéquer le réveillon à venir.

 

15_Yule

Yule

Présentation

Brune aux épices à 8% d’alcool, brassée par Hopfenstark à L’Assomption depuis 2008. Nommée selon la fête de Yule (Solstice d’hiver) qui était pour les païens la fête du renouveau puisque le soleil se fait de plus en plus présent à partir de cette nuit.

Description

Brune foncée, presque noire, elle est couronnée d’une onctueuse mousse moka. Au nez, des notes de malts sucrées, de caramel brûlé et d’épices se font invitantes. En bouche, elle est moyennement ronde et une légère chaleur d’alcool rehausse les flaveurs de cassonade, de mélasse et de pain grillé. Une fine amertume est présente jusqu’à la fin.

Suggestion

Plusieurs suggèrent de la boire chaude; nous vous proposons pour notre part de la déguster avec un rouleau aux dattes et noix de coco pour une explosion de saveurs