Une bière, une histoire: La Berlinoise

Berlinoise

Je suis originaire de Salaberry-de-Valleyfield, une ville d’environ 40 000 habitants située à 45 minutes au sud-ouest de Montréal, ville reconnue  pour ses Régates et ses grillades. Adolescent, à une époque où la plupart découvre les propriétés enivrantes de la bière, je me rabats plus souvent qu’autrement sur des produits avec un excellent rapport « état d’ébriété/prix ». En fait, il n’existe pas d’autres alternatives puisque les bières de microbrasseries ne se sont pas encore rendues jusque dans mon patelin. Mis à part quelques  Unibroue, que je trouvais trop dispendieuses,  ma bourse étant principalement constituée des maigres revenus entérinés par le Ministère de l’Éducation. Il n’y avait donc rien de bien intéressant, même les gammes Belle Gueule ou Boréale n’étant pas sur les tablettes.

J’ai, en décembre 2005, quitté le berceau familial pour m’installer à Verdun, lieu de sécheresse absolue en matière d’endroits où s’abreuver de bonnes bières. Je chérissais l’espoir de faire de grandes découvertes brassicoles. Malheureusement pour moi,  à l’exception du bar adjacent au restaurant le Nouveau-Verdun, il n’y avait aucun autre débit de boissons dans cet arrondissement de la Métropole. J’ai donc dû me résigner à y mettre les pieds plus souvent que je l’aurais voulu en réalité. J’ai ainsi eu le grand honneur de côtoyer toute la faune louche du quartier en regardant les matchs de hockey avec mes amis sur l’écran géant. Des histoires cocasses issues de nos visites au Nouveau-Verdun, il y en a eu à la tonne, mais ma soif de déguster de bonnes bières n’a jamais été assouvie.

Je n’habite plus  à Verdun depuis des lunes, mais j’ai eu une vive émotion de nostalgie et de fierté lorsque j’ai appris que le Bénélux ouvrait une toute nouvelle succursale là-bas, en mai dernier.

Le bar du Bénélux
Le bar du Bénélux

Pour faire une histoire courte, le « régime sec » a débuté en 1875 lorsque le conseil municipal de Verdun vote un règlement restreignant la vente et l’exposition de vins et de spiritueux de toutes sortes. Règlement qui s’est prolongé jusqu’aux fusions municipales en 2002.  Profitant du bourgeonnement commercial sans cesse croissant de la promenade Wellington, les propriétaires du Bénélux ont capitalisé sur une opportunité en or de donner à Verdun sa première brasserie artisanale, même si ce ne fut certainement pas sans embûches.

Évidemment, il était impératif que j’aille y faire mon tour, tâche que j’accomplie l’été dernier. En pénétrant dans ce vieux bâtiment historique, faisant également office de banque, je fus émerveillé  par la modernité de l’endroit : c’est beau, c’est vaste, c’est neuf, c’est magnifique. La mezzanine à l’étage et la grandeur du bar du Bénélux m’ont frappé en premier, mais je n’avais encore rien vu …

Déclaration choc : la terrasse arrière du Bénélux est la plus belle terrasse  du grand Montréal, surpassant même celle du  Sainte-Élizabeth, qui fut longtemps ma favorite. Les clôtures de bambou, les foyers et la grande capacité en sont les principaux attraits.

La Terrasse du Bénélux
La Terrasse du Bénélux

Installé  bien confortablement à l’extérieur, je commande  une pinte de la Berlinoise; qui est, comme son nom le sous-entend, une bière de type Berliner Weisse. Ces bières de blé d’origine allemande sont reconnues pour être très rafraîchissantes, légèrement acidulées et dégageant des saveurs franches d’agrumes, notamment de citron. La Berlinoise est une excellente reproduction du style, avec son faible  taux d’alcool et son aspect sauvage que procure la levure utilisée.

De nombreuses autres bières sont en rotation à l’ardoise; et il est important de préciser qu’elles sont complètement différentes de celles offertes dans leur autre établissement qui fait pignon sur la rue Sherbrooke. Peu importe votre préférence ou votre localisation, vous trouverez certainement chaussure à vos pieds dans l’un des deux Bénélux, car leur carte de bières couvre une panoplie de genres différents.

Oh et pour ceux et celles qui se le demandent : ma ville d’origine est maintenant au diapason de la révolution microbrassicole actuelle. Enfin! Certains dépanneurs et épiceries ont des produits de nos microbrasseries québécoises sur leurs tablettes et en plus, la microbrasserie Maltéus a ouvert ses portes l’an dernier, au plus grand plaisir des amateurs de bière campivallensiens.

[divider]La Berlinoise[/divider]

Œil :Jaune blanchâtre, trouble,  mince col de mousse
Nez :Céréales, agrumes, levure
Bouche :Citron, légèrement sucrée, pétillante et acidulée

[divider]BENELUX – Brasserie Artisanale[/divider]


4026 Rue Wellington
Montréal, QC H4G 1V3

Site Web

brasseriebenelux.com

(514)508-5592