L’amère à boire – Redécouvrez les classiques européens

L'amère à boire

Le Quartier latin de Montréal est connu pour ses multiples bars qui offrent de la bière de grande qualité. À quelques minutes de marche l’un de l’autre, se trouvent le Cheval Blanc, le St-Bock et un 3 Brasseurs. Mais il ne faudrait surtout pas oublier L’Amère à Boire, bistro remarquable de la rue St-Denis. Ouvert depuis 1996, l’endroit offre ses propres bières, brassées sur place, et un menu relevé pour les accompagner.

 

Avant même de poser pied à l’intérieur de L’Amère à Boire, les intentions des brasseurs vous sont clairement annoncées. Juste à côté de la porte d’entrée, on précise sur un écriteau qu’ici, on se spécialise dans les bières de traditions britanniques, allemandes et tchèques, et vous pouvez être assurés qu’on le fait avec sérieux. Les copropriétaires Grégoire Roussel et René Guindon ont visité ces pays européens pour s’abreuver de ces traditions et utilisent des ingrédients importés pour s’assurer de respecter les caractéristiques du type de bière brassé. En fait, on pourrait croire à des importations en provenance du Vieux Continent.

 

Des adaptations impeccables

Ne vous y méprenez pas, ce sont bel et bien des bières de chez nous, des adaptations bien personnelles de grands classiques. Au Québec, on croise de plus en plus de bières d’inspiration britannique ou allemande, mais la filière tchèque est rarement exploitée. C’est peut-être pourquoi la Cerná Hora, une lager d’inspiration tchèque de type pilsner, est le plus grand succès de la brasserie. Mais n’oubliez pas de jeter un coup d’œil à leurs bières d’inspiration allemande comme leur Hefe Weizen et leur Bockbier. Elles se comparent admirablement bien à celles que l’on peut trouver en terre germanique.

Mais ce ne sont que quelques exemples. Lors de votre visite, vous pourrez choisir entre 10 à 12 bières en fût, et vous aurez intérêt à y retourner puisque le choix offert n’est pas le même de mois en mois. « On fait mettons une vingtaine de bières différentes dans l’année, précise Grégoire Roussel. Et une fois par année ou une fois aux deux ans on va rajouter une nouvelle bière ».

D’ailleurs, vous ne trouverez jamais ces bières ailleurs puisqu’elles ne sont pas embouteillées pour être distribuées et que le projet n’intéresse pas Grégoire Roussel. Voilà une raison de plus pour vous déplacer !

Étant donné la qualité de la bière, l’endroit attire les amateurs sérieux, c’est certain. Le bistro est aussi une place de choix pour beaucoup d’étudiants de l’UQAM, souvent gauchisants, venus profiter de bonnes choses de la vie. L’ambiance est décontractée, chaleureuse et c’est bruyant juste comme il le faut.

 

La nourriture

Pour accompagner votre bière, L’Amère à Boire offre un choix de tapas, de burgers et de plats recherchés. En voici quelques exemples : pilons de canards laqués, bricks d’agneau à la marocaine, burger de lapin des Bois-Francs mariné au genièvre, assiette de saucisses à la coriandre et orange à la Hefe Weizen… C’est appétissant, non ?

D’ailleurs, si vous voulez y boire et y manger en groupe de plus de 15 personnes, vous pouvez louer une salle privée au dernier étage.

 

Les autres destinations bières du secteur

Tant qu’à être dans le secteur, tel que mentionné plus haut, vous pouvez vous concocter un bel itinéraire. Le St-Bock se trouve juste un peu plus bas, au sud de la rue Ontario, et son choix de bières importées en bouteille est toujours aussi impressionnant. Presque en face du St-Bock se trouve le restaurant des 3 Brasseurs, le plus vieux de la chaîne au Canada et dont la popularité ne se dément pas. N’oubliez pas le fameux Cheval Blanc un peu plus à l’est sur la rue Ontario. Ce pionnier de la bière au Québec peut encore vous surprendre.

Si les expressions et patois ont tendance à se propager facilement, le mot « flacatoune » a quant à lui réussi à transmettre cette contagion à la bière qu’il désigne. L’épidémie s’est tranquillement propagée dans la région de Charlevoix avant de se répandre quelques années plus tard dans la métropole, puis dans la province au grand complet.

[divider]L’amère à boire[/divider]