La Cuvée 2e édition : Comment ne pas se faire prier pour aller à l’église!

La Cuvée
Crédit photos : MaggieBoucherPhoto

Un joueur de hockey qui connaît une saison recrue au-delà des attentes. Une artiste qui lance un premier album qui, sans crier gare, se hisse au sommet des palmarès. Un évènement brassicole qui revient après une première édition couronnée de succès. Tous ces éléments ont un point en commun : la fameuse guigne de la deuxième fois, la satanée épée de Damoclès qui n’attend que le moment opportun pour foutre le bordel.

Suite au triomphe de l’an dernier, La Cuvée revenait en force le weekend  dernier, dans le cadre du festival Montréal en Lumière. Encore une fois, la grande messe brassicole se déroulait à l’Église Saint-Enfant-Jésus, dans le Mile-End.

La formule de la Cuvée est demeurée presque intacte comparativement au dernier rendez-vous, mais les quelques nouveautés ont  su charmer les fanatiques de nos magnifiques produits du terroir.

Une journée supplémentaire entièrement dédiée aux alcools fins!

Les fines bouches en matière de whiskys et autres liqueurs divines en avaient pour leur argent lors de la journée d’ouverture de La Cuvée, jeudi. Différents exposants chevronnés, dont mon collègue Jean-François Pilon de Whisky Montréal, ont su transmettre leur passion aux curieux (euses) qui se sont laissés (es) enivrer par la gamme variée de produits offerts. Vous n’y étiez pas? Salivez en lisant l’article de Jean-François qui énumère une liste exhaustive de ce que vous avez manqué. Gageons que vous ne commettrez pas la même erreur l’an prochain!

Un bar à IPA!

Avide de délicieux nectars houblonnés? Vous n’êtes pas les seuls! Les meilleures IPA au Québec en ce moment ont dégouliné abondamment d’un tonneau qui abritait moult lignes de fût. Plusieurs pompes étaient branchées, pour la plus grande satisfaction de la horde de gens qui s’est pointée à ce bar. D’ailleurs, mon coup de cœur de la soirée, la InsPirAtion de la microbrasserie Siboire, basée à Sherbrooke, y était très en demande.

Pour ce qui est du reste, nous avons eu le privilège de goûter à des bières extraordinaires, scrupuleusement sélectionnées par la chef d’orchestre de la Cuvée, Caroline Leclerc. Son armée de bénévoles a su servir et conseiller adéquatement tous et chacun. Ces mêmes bénévoles, malgré la fatigue évidente, avaient le cœur à l’ouvrage et le sourire fendu jusqu’aux oreilles; et c’était très beau à voir et ils ont accompli un travail monumental. Tout ça, bien sûr, dans une ambiance explosive et décontractée où l’abondance pullulait tant au niveau des bières que de la nourriture servie. D’ailleurs, je bave encore juste à la pensée du succulent sandwich au porc effiloché de Pas d’Cochon Dans Mon Salon! Un délice décadent!

La menace de guigne étant maintenant reléguée aux oubliettes, nous pouvons déjà affirmer avec assurance que La Cuvée sera un évènement sempiternel et un incontournable dans le paysage brassicole québécois.

Crédit photos : MaggieBoucherPhoto