Derrière L’Autre Œil

Autre Oeil
Lignes de fûts à l'Autre Oeil

Quatre heures avant l’ouverture, direction L’Autre Œil, je voulais voir ce mythique pub autrement. Connaissez-vous ce temple de la bière qu’est devenu le modeste bistro de Daniel Lagacé ? Laissez-moi m’inspirer de la mission de L’Autre Œil et vous faire voir le projet sous un nouvel angle. Un modeste bistro qui a su évoluer au fil des gorgées des âmes qui y sont passées.

Derrière la bière, la gestion

Il est 11 heures. Toute l’équipe s’affaire à la réception de nouveaux produits que l’on stockera au sous-sol, un véritable labyrinthe. On ouvre et classe des caisses de bière dans la grande chambre froide sous le bar. Dan Lagacé le sait, le stockage de la bière doit se faire au frais et le roulement doit être constant pour éviter la madérisation accélérée du produit.

Un contretemps vient déranger la routine de livraison, un fût de bière est endommagé, il a cédé sous la pression; les anges ont été gourmands ce matin, la part est grande ! Opération de nettoyage d’urgence en cours.

Peu importe les défis rencontrés, ce que j’aime de L’Autre Œil, c’est son ambiance toujours relaxante et le calme de son équipe, une des clés de l’offre que propose le pub depuis son ouverture qui n’a pas toujours été un bar spécialisé en bière. « Il y a 16 ans, on croyait à un projet du style café- pâtisserie avec de la bière. Une ambiance relaxante où il faisait bon jaser, autant entre amis, qu’avec le personnel », lance Daniel en s’appuyant avec dextérité sur ses dizaines de fûts au sous-sol. « Mission accomplie », annonce-t-il fièrement; en 16 ans, il n’y a jamais eu d’échauffourées ! Un contraste avec l’ambiance qui régnait dans le centre-ville de Hull à l’époque où les heures de fermeture n’étaient pas identiques entre Ottawa et l’Outaouais.

Au début, L’Autre Œil servait 23 sortes de biè­res différentes, principalement douces et grand public. « On ne s’identifiait pas comme un bar à bières, souligne Daniel. C’est notre clientèle qui en a décidé ainsi. » La stratégie pour assurer une lon­gue vie au pub était de constamment être à l’écoute de sa clientèle. À l’époque, 23 biè­res au menu, c’était suffisant pour attirer les amateurs à venir prendre un verre dans l’établissement.

« Ces gens avaient voyagé en Belgique, en Allemagne, aux États-Unis, et avaient autant soif pour ce genre de bières que de nous les faire découvrir. C’est alors qu’on a commencé à ajouter au menu des bières du portefeuille de la SAQ. Dans les médias, on a commencé à nous qualifier de bar à bières, on a décidé de faire le saut vers la micro, on s’est lancé de plein fouet dans la bière », renchérit Daniel.

L’Autre Œil, paradis de l’amateur de bière

Aujourd’hui, la carte de L’Autre Œil compte plus de 550 bières. Ce que j’aime de L’Autre Œil, c’est la connaissance générale de l’équipe qui permet d’offrir de l’information pertinente à chaque client. La clé du succès ? Avoir essayé toutes les bières du menu en présence des serveurs. Le menu a ainsi évolué, un produit à la fois, en se forgeant une opinion sur chacun.

Selon Daniel, c’est important que les serveurs soient de fins représentants de la carte de bières. Les serveurs obtiennent le respect des clients en leur montrant qu’ils maitrisent l’art du service de la bière. Les clients n’hésitent donc pas à faire confiance à leur serveur pour découvrir de nouvelles saveurs.

En 16 ans, la carte des bières a su évoluer, offrant des produits du monde entier et plusieurs exclusivités. Que vous soyez un amateur averti ou un consommateur qui préfère un produit grand public, vous ne serez pas déçu. Daniel et son équipe sont toujours à l’affût de nouveautés. Ils prévoient d’ailleurs aller visiter le Great American Beer Festival à Denver, Colorado avec un permis d’importateur en poche. Plusieurs surprises sont donc à prévoir. L’Autre Œil veut également continuer à suivre les tendances et les demandes de ses clients, une offre de plus en plus grande de whiskeys et une cuisine de type bistro sont dans les plans.

Que vous soyez amateur averti à la recherche de produits rares ou consommateur curieux, la bière est à l’honneur à L’Autre Œil, je vous invite à découvrir le secret le mieux gardé du Québec brassicole. Surtout, ne manquez pas la chance de boire une bonne Cantillon Vigneronne, parce qu’à 21 $, c’est une aubaine que vous ne retrouverez jamais ailleurs !