L’Ordre du Dragon

Der Drachenorder

La Der Drachenorden, signifiant l’Ordre du Dragon, est l’oeuvre de la Brasserie Kruhnen et de son sympathique brasseur Ovi Bercan qui nous raconte à travers ses bières quelques bribes d’histoire de son pays natal adoré, la Transylvanie.

La Der Drachenorden est une bière ambrée forte et houblonnée qui est apparue sur nos tablettes suite au succès de la première bière de la brasserie, la TPA, une Transylvanian Pale Ale. Si vous ignorez ce qu’est une Transylvanian Pale Ale, c’est que vous n’avez pas fait vos devoirs !

Il s’agit bien entendu d’une bière s’apparentant à une India Pale Ale, mais le tout comportant une touche typique de la Transylvanie : l’épice secrète. Le brasseur en ajoute ici et là dans ses recettes, de quoi laisser sa signature et faire jaser.

Alors qu’il brassait une bière s’apparentant à une IPA, il souhaitait la baptiser autrement, car, de toute évidence, l’Inde n’avait rien à voir dans sa con­ception. Il a ainsi choisi de rem­­placer l’Inde par la Transy­lvanie d’où il est originaire; la Transylvanian Pale Ale, TPA pour les intimes, prenait vie.

Secrètement épicée elle aussi, sa création suivante, l’ambrée Der Drachenorden, n’est que le chapitre suivant d’une lointaine histoire sanguinaire.

Le Comte Dracula

Quoi de mieux pour illustrer la Transylvanie que le célèbre château du Comte Dracula ? C’est exactement ce qu’a pensé Ovi le temps venu d’habiller la bouteille de sa TPA. Après tout, tout le monde connait Dracula, mais très peu savent qu’il a réellement existé…

La Transylvanie est située en Europe de l’Est et est séparée du reste de la Roumanie par les Carpates, la partie orientale de la chaîne de montagnes située au centre de l’Europe. La partie occidentale nous est plus familière, il s’agit des Alpes.

Dans les années 1200, le territoire actuel de l’Europe était sous la menace des invasions ottoma­nes. La menace était telle que s’il n’y avait pas eu les Carpates, l’Europe serait peut-être entièrement musulmane aujourd’hui.

Les Saxons ont éventuellement colonisé la Transyl­vanie et ils y ont créé plusieurs villes fortifiées et de nombreux châteaux dans les montagnes. Parmi ceux-ci, le Château de Bran, celui de Dracula, fut bâti par les chevaliers de l’Ordre teutonique afin de protéger un passage dans les montagnes. Il agissait également comme poste douanier afin de contrôler le commerce entre les régions.

Dracula et l’Ordre du Dragon

Dracula était en réalité connu sous le sobriquet non plus sympathique de Vlad L’Empaleur. Son père était chargé de protéger une partie du territoire de la Transylvanie dans son Château de Bran. Il faisait partie de l’Ordre du Dragon, un ordre de chevalerie créé en 1408 par le roi de Hongrie afin de protéger le territoire actuel de l’Europe et de repousser les éventuelles menaces d’invasion.

En guise de symbole, l’ordre avait choisi un dragon avec la queue enroulée autour du cou qui représente la bête de l’Apocalypse et la croix de saint Georges sur un drap d’argent qui représente la victoire du Christ sur les forces du mal.

En 1431, lorsque l’ordre s’étend, de nombreux nobles influents sont invités à en faire partie, notamment Vlad Dracul, le père de Vlad l’Empaleur. Étrangement, si en latin « Draco » signifie « dragon », en roumain, « Dracul » signifie plutôt « diable ». C’est d’ailleurs suite à l’investiture du père que le surnom Vlad Dracul lui est attribué.

C’est toutefois le fils de Vlad Dracul qui allait écrire la légende de Dracula avec son surnom réellement mérité de Vlad L’Empaleur. Afin de poursuivre la mission de son père et d’éloigner les troupes ottomanes, Dracula faisait empaler les soldats ennemis dans la forêt avoisinante afin de terrifier ses adversaires et de les inciter à rebrousser chemin.

À savoir si la tactique fut fructueuse, dites-vous que la légende de Dracula est encore bien connue aujourd’hui et que les Ottomanes n’ont jamais mis la main sur le territoire convoité. Selon certains, cette stratégie barbare était pour Dracula une façon de se venger des supplices qu’il avait connus dans sa jeunesse alors qu’il aurait été sodomisé lorsque fait prisonnier par les Turcs… La vengeance est douce au coeur… du Transylvanien !