Je suis une BROUEPIE!

Annie la BROUPIE!

Vous aimez la bière? Moi aussi et ce, depuis une vingtaine d’années. Elle est pour moi source de plaisir, réconfort, et elle me passionne. Je n’ai malheureusement pas le bonheur de pouvoir en vivre. Dans la vie de tous les jours, je suis enseignante au secondaire. La bière pour moi, c’est comme la musique. C’est un exutoire, quelque chose que je prends plaisir à explorer, découvrir, parfois seule, souvent pour partager avec tout le monde. Il y en a de tous les styles, pour aller avec toutes mes activités et toutes mes humeurs.

Comme plusieurs d’entre vous, mon histoire d’amour avec la bière a débuté avec l’arrivée d’Unibroue au début des années 90. Depuis, j’en ai fait du chemin! J’ai suivi quelques formations, assisté à des conférences, voyagé aux États-Unis et en Allemagne pour visiter des brasseries et aller à des festivals de bières, suis devenue conseillère en bières pour le Mondial De La Bière, ai lu PLUSIEURS LIVRES sur le sujet (J’en ai encore commandé 8 chez Indigo il y a un mois… au secours), je cuisine avec la bière… Alors pour le commun des mortels, j’en sais un peu beaucoup, je suis au courant. Ce qui m’amène au cœur du sujet de ce texte : Les différentes étiquettes, les appellations, les catégories de « fans » de bière que l’on voit ici et là dans les écrits spécialisés sur la bière et dans les médias sociaux … J’avoue que je me cherche un peu là-dedans…

Des collègues à moi m’appellent leur Beer guru et viennent me voir pour me poser des questions avant de partir en voyage, d’acheter en épicerie ou dépanneur, des amis et membres de ma famille me disent experte et me demandent souvent des conseils, mon frère me traite de snob, d’autres de geeks… Savez-vous quoi? Aucune de ces descriptions ne me convient, et cette manie qu’ont les humains de vouloir mettre des étiquettes partout, ça m’énerve un peu. Chez le disquaire et le libraire, c’est pratique, je l’avoue. Pour catégoriser les gens? J’aime moins. Mais puisque ça semble être un besoin universel, je vais au moins trouver le mot qui reflète bien qui je suis.

Premièrement, je ne suis pas une experte. JA-MAIS. Je n’ai jamais brassé et selon moi, il faut beaucoup plus qu’une connaissance théorique avant d’avoir le droit de se déclarer expert dans un domaine, quel qu’il soit. Alors non, ce n’est pas pour moi, et je ne suis pas du tout à l’aise avec ce terme.

Mais quoi alors? Beer snob? Jamais de la vie! S’il est vrai que je vais préférer l’eau du robinet à une bière produite massivement, à base de maïs ou de riz, à l’appellation light, JAMAIS je ne m’abaisserai à descendre ceux qui en boivent. Je suis d’avis que chaque bière a sa place et son public cible. Si tu veux boire de la bière avec des microbulles, à partir d’une canette ventilée, c’est ton affaire. Je ne vais jamais te dire que t’es un pas bon, que ce que tu bois est de la m… ou autre insulte du style. Ce n’est pas mon genre, mais alors là, pas du tout. Oh, bien sûr que je vais par tous les moyens essayer de te faire gouter à autre chose que ça, mais, tout comme on le fait (faisait?) avec un album de musique, c’est pour que tu aies la chance de tripper autant que moi et avec moi, pour que tu puisses découvrir le merveilleux monde qu’est celui de la bière de microbrasseries, d’ici et d’ailleurs.

Malgré mon acharnement, si tu persistes à boire ce que tu bois et que tu es heureux dans tes choix, c’est ça qui est important non? TU as le droit de boire ce que TU veux. Je n’ai pas la prétention d’être mieux que toi. Prends ta bière pis viens t’assoir avec moi, on va parler et on va rire ensemble. Oui, je peux être vue à tes côtés, n’en déplaise à certaines personnes.

Beer geek alors? Non plus. Je sais, je lis beaucoup sur la bière, je cours les évènements, je m’informe sur ce qui sort, je prends souvent des notes de dégustations (chez moi, pas dans un pub!) Lors de mes rares sorties, j’aime bien prendre le temps d’observer et apprécier le pub, l’ambiance, le service, et évidemment, ma bière, que j’observe, que je sens et ressens, que je déguste et que j’apprécie, en l’observant évoluer au fur et à mesure qu’elle se réchauffe, de la première à la dernière gorgée. Quand je sors, je veux boire, jaser et rire avec les gens qui m’accompagnent. Évidemment, je peux parler bière longtemps, mais je peux aussi facilement aborder d’autres sujets. Je ne tiens pas de blogue parce que je ne me considère pas assez intéressante pour en avoir un, et ma job d’enseignante prend beaucoup de mon temps, alors mon blog serait quelque peu inintéressant et ne serait pas trop actif. Je laisse ça à ceux qui ont le temps et le talent pour faire du bon travail. Bien sûr, je les lis ☺

Conseillère? Meh. Ça non plus je n’aime pas. Dans la vie, il y a pas mal plus de choses que je ne sais pas sur la bière que de choses que je sais et je ne me gêne pas pour le dire. Si tu me demandes conseil, à savoir quoi apporter dans un party, rapporter de voyage ou bien quoi boire avec tel ou tel plat, il est fort probable que je te donne quatre, voire cinq options et que je te suggère d’explorer et de m’en donner des nouvelles plus tard. Toute une conseillère! Tu es encore pris pour faire ton propre choix!

Non, aucune des expressions ne fait mon bonheur. Ma relation avec la bière est la suivante. Je l’aime. Elle me fascine. J’ai le plus grand des respects pour les brasseurs qui, non seulement brassent d’excellentes bières mais qui en plus, réussissent à les refaire sans faille, pour notre plus grand bonheur. J’aime qu’ils soient capables de réinterpréter les styles les plus classiques, d’en inventer des nouveaux, de créer des hybrides, de faire des variations sur une même bière… La bière est pour moi l’ultime rencontre entre l’art et la science. L’imagination, le talent et la discipline des brasseurs m’impressionnent comme ce n’est pas possible. Je profite d’ailleurs de la tribune qui m’est offerte pour les remercier de partager leur talent avec nous. Sans eux, nos vies ne seraient pas aussi riches. Tout comme avec les musiciens, écrivains, chanteurs, auteurs et autres artistes qui nous entourent, j’ai mes préférés, ceux dont je suis l’actualité, les dernières nouveautés, les éditions spéciales, ceux avec qui je vais discuter lors d’évènements, ceux à qui je demande de signer les livres quand c’est possible.

Eh bien voilà. C’est tout simple. Je suis une fan. Au fond, je suis un peu comme une groupie qui achète des disques, lit sur ses idoles, va à des concerts pour les voir live et achète les t-shirts de la tournée. S’il me faut absolument tomber dans une catégorie, ce sera la suivante : JE SUIS UNE BROUEPIE. En plus, ça se dit aussi bien en français qu’en anglais, c’est parfait. Vive la vie, et vive la bière partagée entre amis.