Pale Ale anglaise, un style qui n’est certes pas anglais

La English Pale Ale est un style de bière inventé par les amateurs de bières nord-américains afin de distinguer ces Pale Ales plus équilibrées entre malt et amertume des Pale Ales américaines au houblonnage aromatique dominant. D’ailleurs, l’appellation est pratiquement uniquement utilisée par des brasseries n’étant pas anglaises…

Les Anglais brassent depuis longtemps des Pale Ales. Le nom a d’ailleurs souvent été utilisé par les brasseurs sur leurs produits embouteillés dans le but non pas de les identifier à un style de renom, mais plutôt pour les distinguer des autres styles de bières plus foncés brassés à l’époque.

En fait, la catégorisation faite des English Pale Ale en Amérique correspond davantage à ce que les Anglais appellent des Extra Special Bitter ou Strong Bitter. Les ingrédients utilisés sont ainsi d’origine anglaise, quoiqu’on tolère de plus en plus l’utilisation de houblons américains.

Au nez, on s’attend ainsi avant tout à retrouver des arômes feuillus, traces de houblons anglais, notamment le East Kent Golding ou le Fuggles, ainsi que des notes mielleuses, grillées et caramélisées de malts. En bouche, elle est d’abord ronde puis nous laisse sur une finale sèche et amère.

Les Anglais seront davantage tolérants sur le spec­tre de couleur que peuvent afficher les ESB. En con­trepartie, les Nord-américains considèrent généralement la ESB comme étant plus foncée que la English Pale Ale.

La Pale Ale de la célèbre Bass Brewery, fondée en 1777 à Burton-upon-Trent, est rapidement devenue une grande favorite en Angleterre. Plusieurs considèrent ainsi aujourd’hui la Bass Pale Ale comme l’English Pale Ale de référence.

Un peu d’histoire…

Dans la ville de Burton-upon-Trent, reconnue pour son eau naturellement riche en minéraux, les bières offertes dans les brasseries étaient plus claires et le goût du houblon et de son amertume plus accentué que les autres bières brassées dans les environs. Avec le temps, cette distinction a permis à la région de se forger une imposante réputation alors que les Pale Ales de Burton étaient considérées comme les meilleures du pays.

Un chimiste a éventuellement découvert que l’eau de Burton-upon-Trent pouvait être reproduite en ajoutant des minéraux à l’eau utilisée pour le brassage. Cet ajustement permet ainsi aux brasseurs de régions éloignées d’obtenir des résultats semblables. Bien sûr, le tout complexifie la tâche de l’artisan, mais offre tout de même une possibilité.

La Bitter s’est quant à elle répandue lorsque les brasseurs ont commencé à être en mesure de « Burtoniser » leur eau pour créer des Pale Ales comme celles de la région de Burton-upon-Trent et à utiliser des malts crystal pour accentuer la rondeur en bouche.
Remarquant une différence entre ces bières plus amères et les autres Pale Ales, certains consommateurs ont commencé à faire une distinction entre Pale Ale et Bitter, et à considérer cette dernière appellation comme une Pale Ale de meilleure qualité.

Bitter et variantes

La Bitter se définit aujourd’hui par sa basse densité, sa faible teneur en alcool, sa faible effervescence, son amertume et surtout, sa facilité déconcertante à être bue. Traditionnellement, elle est servie par gravité directement d’un cask; les versions embouteillées ne peuvent ainsi que trahir le style original.

C’est aussi pourquoi ces versions embouteillées et légèrement plus relevées sont qualifiées de Spécial, Best ou Premium. Elles se distinguent par des arômes de malt plus dominants, mais sans jamais camoufler l’amertume des houblons.

On retrouve aussi les Extra Special Bitter (ESB) ou Strong Bitters qui peuvent être considérées comme des Spécial ou Best Bitter à plus haute densité et offrant un taux d’alcool plus élevé. Les arômes de malt et de houblons sont également plus prononcés.

Si en Amérique les ESB sont pratiquement toujours ambrées et bien maltées à l’image de la Fuller’s ESB, on retrouve en Angleterre des Strong Bitter plus pâles et plus fruitées, même quelques versions blondes, celles-ci souvent appelées Golden ou Summer Bitter.

Notre dégustation

Avec un style aussi mitigé, nous n’avons pas été trop surpris de retrouver des bières assez différentes. La Galère est l’une des plus pâles du groupe, elle est très accessible, mais tout de même savoureuse. Facile à boi­re, elle est bien sèche et agréablement rafraichissante.

La English Bay Pale Ale nous a étonnés par son équilibre. Elle propose d’agréables arômes fruités, une tou­che de caramel et une texture intéressante. L’amertume est plus discrète que celle des autres concurrentes. La Golding proposait quant à elle des arômes légèrement fruités et épicés ainsi que quelques notes alcoolisées, une pointe de caramel et une finale légèrement amère.

La Honey Pale Ale s’est tout de suite démarquée par ses houblons américains qui volent définitivement la vedette au style recherché. Tout de même, l’apport du miel et l’amertume étaient tous deux très agréables.

Notre gagnante s’est avérée la Boddington Pub Ale, avantagée par sa texture crémeuse, avouons-le, mais qui s’est tout de même démarquée par ses arômes fruités qui s’agençaient harmonieusement aux notes de céréales.

[divider]La bière du mois[/divider]

Boddingtons Pub Ale

Présentation

Cream Golden Pale Ale, à 4,6 % d’alcool, brassée par AB InBev à Samlesbury en Angleterre. Son nom provient de Henry Boddington qui avait racheté la Strangeways Brewery à Manchester en 1853.

Description

À l’ouverture, l’azote contenu dans son widget créé un nuage de bière qui laisse tranquillement place à sa robe blonde ambrée surmontée d’une couche de sa célèbre « crème de Manchester ». Le nez est fruité et parsemé de pointes maltées et d’un soupçon de caramel. En bouche, la texture est évidemment onctueuse et crémeuse.

Suggestion

Il est recommandé de la déguster avec des plats épicés de fruits de mer; nous l’avons appréciée en compagnie de beignes maison parsemés de sucre en poudre.

La Galère

Présentation

Pale Ale, à 4,9 % d’alcool, brassée par Corsaire microbrasserie à Lévis. Elle fut parmi les premiers produits de la brasserie à voir le jour en canette.

Description

Ale dorée aux reflets ambrés, elle se présente sous une mince mousse qui fuit. Elle propose un nez frais de céréales et quelques subtiles pointes houblonnées. En bouche, le malt british s’exprime laissant toutefois place à des notes florales et feuillues de houblons. Elle se laisse boire à merveille, l’amertume étant présente pour une finale bien sèche.

Suggestion

Belle bière rafraîchissante, elle a fait notre bonheur en compagnie de craquelins multi- grains et d’un pâté de campagne aux poires.

English Bay Pale Ale

Présentation

English Pale Ale, à 5 % d’alcool, brassée par Granville Island Brewing à Vancouver en Colombie- Britannique. En 2009, la brasserie fut achetée par Creemore Springs, propriété de Molson Coors.

Description

Ambrée foncée, elle se présente sous une fine mousse. Au nez, des arômes fruités prennent le dessus. En bouche, elle est peu effervescente et propose une belle onctuosité. Elle est bien équilibrée avec ses notes caramélisées de malt et la légère amertume de ses houblons. Sa finale est sèche aux pointes grillées.

Suggestion

On recommande de l’accompagner de grillades, filet mignon ou hamburgers. Nous l’avons apprécié avec des bâtonnets de fromage frits et de la sauce tomate ainsi qu’un bleu gorgonzola.

McCoy Honey Pale Ale

Présentation

Honey Pale Ale irlandai­se, à 5,3 %, elle est brassée par McCoy Brewery & Co à New York. La brasserie est la propriété du Groupe Geloso.

Description

Blonde aux reflets orangés, elle est chapeautée d’une mince mousse blanche. Au nez, elle présente des arômes de malt accompagnés de pointes fraîches et citronnées de houblons. En bouche, elle est rafraichissante et tout de même effervescente. Bel équilibre qui nous laisse sur une agréable amertume. Un plaisant sucre mielleux apparaît en rétroolfaction.

Suggestion

L’apport de fraîcheur de ses hou­blons s’agence à merveille avec une salade estivale aux olives Kalamata et une vinaigrette à l’origan. Elle fut également concluante avec un croque-monsieur.

Simple Malt Golding Pale Ale

Présentation

Pale Ale britanni­que, à 5,2 % d’alcool, brassée par Brasseurs Illimités à St-Eustache. Elle est probablement l’évolution de la Golding, une India Pale Ale jadis brassée sous l’étiquette Biéropholie.

Description

Ambrée aux reflets orangés, elle se coiffe d’une mince mousse blanche. Au nez, elle laisse s’échapper quelques notes minérales et terreuses. En bouche, on retrouve des pointes houblonnées feuillues et fruitées ainsi qu’une légère trace de caramel qui nous conduit vers une finale sèche et amère.

Suggestion

Elle conviendra à plusieurs mets, mais nous l’avons particulièrement appréciée en compagnie de pâtes carbonara.