Un esprit nouveau à Neuville

L’Esprit de Clochers

Avec une devanture et un nom qui pourrait le suggérer, la nouvelle microbrasserie L’Esprit de Clochers de Neuville n’a pourtant pas élu domicile dans une ancienne église… Dès juin, le projet amorce une ouverture en force, avec une dizaine de fûts qui couleront au bar tandis que des bouteilles de 500 ml se feront déjà attribuer une étiquette avec un nom soigneusement choisi pour chaque style brassé.

Pour les propriétaires-brasseurs, Nathalie Simard et Éric Blouin, le nom attribué à leur nouvelle micro-brasserie est lourd de sens. « L’Esprit de Clochers » évoque le sentiment d’appartenance à la région, parle de solidarité et de l’importance de rallier les gens du terroir autour de projets d’entraide afin d’assurer le développement économique. « De l’esprit de clocher à l’esprit de terroir… Il évoque aussi l’enthousiasme qui anime le cercle de personnes et qui nous encourage à façonner ce lieu rassembleur », explique Mme Simard.

La microbrasserie postée à l’entrée du village offrira une dizaine de bières en fût au pub, dont quelques bières de saison, en plus d’une sélection embouteillée à être distribuée prochainement chez les détaillants régionaux. D’ailleurs, pour faire honneur au terroir du coin, reconnu pour la qualité de son blé d’Inde, les copropriétaires ont minutieusement élaboré « la Soif à mourir », une bière de maïs, douce et désaltérante, déjà bien appréciée des Neuvillois. Sinon, on retrouve parmi les autres recettes en cuves : une Pale Ale, une IPA, une Rousse irlandaise, une Noire à l’avoine, une Pilsner, une Blanche orange-coriandre, une cuivrée Vienna Lager, une Scotch Ale et un vin d’orge.

Les installations de près de 3000 pi2 de surface de travail renferment une terrasse couverte avec vue privilégiée sur le fleuve, un salon de dégustation sur deux étages et une aire de production de 1600 pi2. Côté cour, le terrain promet d’être magnifique pour accueillir les nombreux cyclistes et promeneurs avides d’agrotourisme, qui pourront d’ailleurs profiter des activités d’interprétation que le couple épicurien prévoit organiser en collaboration avec des commerces avoisinants.

À table, les convives pourront se mettre sous la dent de quoi satisfaire une petite ou une grosse faim. Le menu promet d’être évolutif au cours des premières semaines avec pour règle d’or : pas de friture. « On préfère en offrir moins au début afin de bien contrôler la qualité et le débit de notre offre. Graduellement, tous les items du menu seront disponibles », termine Mme Simard.

Découvrez L’Esprit de Clochers au 287, des Érables à Neuville. facebook.com/espritdeclocher.ca