ChuckAlek : une céréale dans la grappe

ChulAlek

 

Il se passe vraiment quelque chose de particulier avec les microbrasseries reculées dans leurs terres, loin des grands centres. Leur charme rustique est souvent combiné à un souci de la qualité hors du commun. La route pour s’y rendre ouvre à coup sûr la porte à l’évasion et plus souvent qu’autrement, une vague de fierté énergise la region touchée. L’effervescence est rien de moins que mondiale et pour trouver des exemples près de nous, on n’a qu’à ratisser le vaste territoire nord-Américain avec un oeil sur Hill Farmstead, DeGarde, Oxbow, Logsdon ou plusieurs brasseries du Québec.

Dans le sud de la Californie, ces brasseries ont pour nom Alpine, Kern River, Firestone Walker Barrelworks ou nouvellement Nickel Beer pour ne nommer que les plus rayonnantes. Ces joyaux en exode sont, d’une certaine façon, l’équivalent moderne de ces brasseries familiales de la vieille Europe qui abreuvaient chaque comté pendant des générations.

À travers une ligne d’horizon principalement abrasive et résineuse, pointe cependant une brasserie aux aspirations bien différentes. Située à 45 minutes du coeur de San Diego, son amalgame d’élégance créatrice et d’authenticité archéologique en font une délicieuse alternative. Cette découverte a eu lieu au Urge Gastropub, qui peut se vanter d’avoir la meilleur sélection 6 jours sur 7, alors que ChuckAlek Independent Brewers envahissait les lignes avec sa série Archives.

Mon inconscient assoiffé de la vieille Europe a sauté sur l’occasion de tester une brasserie moins facilement accessible et franchement intrigante. J’ai rapidement compris que je me trouvais devant une nouvelle corde assez solide pour s’attacher à l’impressionnant arc de San Diego. Chaque porter/stout était plus étoffé que le précédent, rarement ai-je été aussi facile à conquérir. De la 1848 IBST (Imperial Brown Stout) à la deux fois plus petite 1849 (East India Porter), l’équilibre buvabilité vs complexité était impeccable.

Cap sur Ramona

La porte était maintenant grande ouverte pour aller découvrir la brasserie chez elle à Ramona. Un tricot hypnotisant de courbes rocailleuses au beau milieu d’une région où se superposent vignobles et étourdissants vallons, une route qui arrête le temps, tout simplement. Si la série Archives m’a rapidement séduit, je peux au moins en dire autant de la raclée allemande qui m’a accueillie à ma première visite. Leur Flycaster Helles, bière phare, Landbier et Berliner Weisse sont nivelées avec les mêmes standards qu’en Allemagne profonde. Même chose pour la polonaise Hussar Grätzer et les deux anglaises, Pale Ale et ESB poussées à l’azote.

Juste avant d’écrire ces lignes, j’ai eu la chance de revivre, le temps d’une pinte, les forts moments de Franconie avec la Bamberka, un élégant Bock fumé. Quand on est en présence de ces fins liquides, on oublie rapidement qu’on se trouve dans un mini-mail sur la rue principale de Ramona. La qualité des ingrédients et le paradis aride environnant dominent aisément nos pensées.

Impeccable en tout point !

La générosité des brasseurs est quelque chose de généralement tangible et facilement observable. Grant Fraley et Marta Jankowska ne sont pas l’exception qui confirme la règle, ils incarnent la règle. La générosité de Grant, propriétaire-brasseur, s’est manifesté de plusieurs façons déjà et il a même accepté que je l’assiste dans une brasse sans même m’avoir rencontré au préalable. Son équipement de brassage est spectaculairement modeste et n’intimiderait pas beaucoup de brasseurs maison. Des nano-brasseries de ce genre peinent souvent à maintenir la qualité de brassins en brassins et les exemples de manquent pas. En l’espace de quelques semaines dans une autre nano à la portée semblable à Chuck-Alek Indepedant Brewers, j’ai déjà bu une formidable Kölsh qui s’est transformé en cauchemar la cuvée suivante. Tout ça pour dire que de maintenir une telle cadence de constance avec des bières aussi fragiles que délicates, ça tient du tour de force.

Je ne connais pas la suite pour Grant et Marta mais je sens que le bouche à oreille va porter ses fruits plus tôt que tard et que l’élan de créativité va se poursuivre. Pour moi comme pour plusieurs, ChuckAlek Independent Brewers est maintenant la référence dans le sud de la Californie dans ce registre bien précis. Je peux maintenant mieux gérer ma déchirante distance avec L’Albion et L’Amère à Boire.