Juge au Mondial de la bière 2015

On m’a demandé d’être juge au Mondial de la bière de 2015. Je vous fais part de mon expérience.

Dès que vous avez accepté de faire partie du jury, le Mondial de la bière vous envoie de l’information concernant le concours. Le premier document que j’ai ouvert concernait l’horaire. Les évènements obligatoires sont bien entendus les séances de dégustation mais aussi le déjeuner d’accueil où l’on fait la connaissance des autres juges. Bien qu’il ne soit pas nécessaire d’être présent à la remise des prix, l’organisation apprécie grandement que les juges y soient présents. Il en va de même pour le brasseurs, surtout ceux qui ont soumis des bières au concours, qui veulent voir qui étaient les juges.

Un autre document important est celui du Concours MBière Greg Noonan (le nom officiel du concours). On y trouve une section sur la présentation, une sur l’éligibilité et l’évaluation, une sur le jury international, une sur les modalités d’inscription, une sur le coût d’inscription, une sur l’énoncé de politique, une sur la grille d’évaluation et finalement une portant sur le formulaire d’inscription.

Cette année le jury était composé de six hommes et deux femmes, en plus d’un juge substitut qui serait amené à remplacer un juge dans l’éventualité où celui-ci ne peut s’acquitter de ses tâches. Le jury était formée de brasseurs, de chroniqueurs, de sommeliers et d’un docteur en science du brassage. Les juges provenait de l’Allemagne, de la Belgique, du Canada (Colombie-Britannique et Québec), de la France et des Pays-Bas.

Le format de ce concours diffère de la plupart des autres puisque le juge doit identifier le style de bière qui lui est proposé puis noter la bière selon ce style. Les juges ne peuvent échanger entre eux ce qui est aussi une particularité du concours. Ce format étant inhabituel, il est déstabilisant pour la plupart des juges qui y participent.

Une fois le déjeuner terminé, le responsable du concours nous amène à la pièce où se tiendront les séances de dégustation.

Que se passe-t-il derrière les portes closes?

Premièrement, le responsable nous souhaite la bienvenue puis nous explique la façon dont se déroulera une session. Chaque session se déroule par ronde. Le nombre de rondes dans une session tient compte du nombre de bières qui doivent être évaluées. À chaque ronde, de deux à quatre bières sont servies. La norme est de trois bières par ronde. Chaque ronde est minutée. Vous pouvez donc consacrer 90 % du temps à une bière et 10 % du temps restant aux deux autres bières. C’est le juge qui gère son temps. Ayant déjà participé à de tels concours, le chronomètre de mon téléphone est très utile puisqu’il permet de bien diviser le temps à accorder à chaque bière.

À notre disposition se trouve des grilles d’évaluation, des crayons et un calepin. Sur la table se trouve aussi de l’eau, du pain et des grains de café. Ces derniers sont utilisés, comme le pain pour les papilles, pour se remettre le nez à zéro.

Une fois le style identifié, la bière est jugée en fonction de ce style selon ses arômes, son goût en bouche, son étalement et son appréciation globale. Dans ce concours, les quatre catégories ont le même poids. La grille suit plus ou moins la façon dont j’évalue les bières que je savoure ce qui me facilite la tâche.

Les bénévoles amènent à la table les bières qui seront jugées par chaque membre du jury. Les bières qui me sont servies ne sont pas nécessairement les mêmes que celles servies au juge à mes côtés. Ce n’est donc pas une bonne idée de copier sur le voisin!

Les bières sont servies dans des verres fumés ce qui rend la détection de la couleur plus difficile. L’idée derrière l’utilisation de tel verre est de diminuer l’impact que le visuel de la bière amène et de juger la bière en fonction de ses arômes et saveurs.

Un autre challenge pour le juge est de gérer les bières qui lui sont servies. En effet, des bières de styles totalement différents peuvent être servies dans une même ronde. Humer chaque bière et en prendre une petite gorgée permet de les classer de la plus douce à la plus forte et de les noter dans l’ordre approprié. L’eau, le pain et les grains de café, et même la manche de votre chandail, deviennent des outils précieux dans un tel contexte.

En plus du format hors norme, la première ronde nous apprend que le temps passe pas mal vite quand on doit juger trois bières et les noter équitablement. Une pause bienvenue est placée avant la deuxième ronde. Il y a des pauses entre chaque ronde.

Une fois cette première ronde passée, le processus est le même pour les rondes subséquentes.

La hantise d’un juge est d’être totalement désarçonné par une bière. Ceci se traduit par une difficulté à identifier le style, et encore pire, à se trouver devant une bière dont on a de la difficulté à identifier les arômes ou saveurs ou les deux. Dans un tel cas, on sortira tous les trucs qu’on a appris au cours des années afin de trouver un élément auquel se raccrocher puis à partir de celui-ci on bâtira autour afin de produire notre évaluation.

Comme pour d’autres concours, il est assez surprenant que des bières ayant des défauts majeurs soient soumises au jury. Peut-être est-ce un test de la part des brasseurs?

Avoir la chance d’être juge au Concours professionnel de dégustation de bières MBière Greg Noonan est assurément une belle expérience. Elle est aussi unique puisqu’on ne peut y être juge qu’une seule fois.