Pizza Port : quand l’aura a soif

Pizza Port

Avec une aura aussi mythique qu’aveuglante et une soif insatiable de nouveauté et de « haute goûture », le Sud de la Californie continue de rayonner, souvent même assez fort pour se faire de l’ombre. La sélection naturelle dans ce coin du globe est très sévère, disons que si on parlait de vies humaines, ça serait un sujet plus délicat. Heureusement, on parle seulement de bière artisanale et c’est le consommateur qui en profite le plus.

Cette aura justement, où s’abreuve-t-elle ? Pour être plus précis, où s’abreuverait-elle si on la transposait dans un corps déambulant nonchalamment avec le gosier un peu sec ? Elle déposerait probablement sa planche de surf sur la terrasse du Pizza Port Ocean Beach en attendant quelques secondes que Micaela tourne sa clé. Une fois ses pieds nus débarrassés du sable, elle partirait sur une envolée sincère pendant qu’une pinte de la toute dernière IPA, branchée le matin même, envahirait la brasserie de son franc et distinct arôme. Quand l’aura a soif, elle va chez Pizza Port.

Pizza Port San Clemente

L’oncle sophistiqué qui refuse d’aller à la retraite après une vie pavée de succès. Il est un peu à l’écart, physiquement et socialement, des autres Pizza Port. Ça se sent dans la qualité de l’air, la qualité de vie et l’ambiance plus soignée et radieuse qui y règne. Le seul avec deux bars à l’intérieur, des bières sans gluten en fût et un stationnement sur la toiture. Cet oncle, on le croise plus rarement mais on est toujours content de le voir.

Joyaux avalés au passage : Pales houblonnées (Lab Chimp Pale, Beer Monkey IPA, Rye India Pale Lager, Moron-a-thon XPA et The New Guy) et Dusk Till Dawn, un porter impérial au café qui rappelle à plusieurs niveaux la Péché Mortel. Elle s’agence parfaitement à un coucher de soleil.

Pizza Port Carlsbad

Le sympathique voyou qui ne dort jamais. Ici c’est la fête, toujours et partout. Spécialement à l’arrière, sur la terrasse délimitée par les fruits de la passion grimpants et son bar dégourdi. Vous risquez fort de croiser aussi la boutique de bouteilles un brin bric-à-brac, mais remplie de trouvailles potentielles. À l’intérieur c’est une belle grande jungle, la plus vaste de la petite famille, et l’ambiance survoltée qui y règne continue de me surprendre à chaque fois.

Joyaux avalés au passage : Keep it Dankster (une collaboration exceptionnelle avec Alpine) et autres pales houblonnées (Locals Only Nitro IPA, Stratosphere IPA et Han Shot 1st IPA). Côté décadence, il y la mémorable Suavecito avec son lactose et café Portola. Mention honorable également pour Beeramisu, lancée au 4e anniversaire du Bottlecraft.

Pizza Port Bressi Ranch

C’est le corpo, le brasseur sérieux et le cartésien, parce que ça en prend un, surtout quand tes cannettes se retrouvent partout, même dans les Costco. Après avoir subi le choc devant la grandeur de la brasserie, la froideur de son restaurant est plus facilement acceptable. On s’entend, c’est glacial si on compare aux autres et même si c’est votre seule chance de visiter un Pizza Port, sautez sur l’occasion. Malgré tout, j’y ai probablement bu la pinte la plus chaude de tout San Diego, Swabanero… en cask seulement. Pour un soupçon de folie, prenez le temps d’admirer le fermenteur converti en aquarium à l’entrée.

Joyaux avalés au passage : Pick Six Pilsner, Ponto Session IPA, Swami’s IPA et Kook DIPA tout droit sorties de l’encanneuse. En fût ? 2 Step 2nd Anniversary IPA, Lunch Pale et Pier Bier, une Zwickel bien ficelée.

Pizza Port Solana Beach

La matriarche rude et tapageuse dans sa fin vingtaine, la plus vieille et pourtant la moins sage. Elle ne veut pas vieillir et en a vu passer depuis ses premières pintes servies en 1992. En fait, une grande partie de la vague de bières, qui déferle sur le monde encore aujourd’hui, est née de ce modeste kit 7 bbl. Si ce n’est pas encore suffisant pour avoir la chair de poule, vous n’avez qu’à lire ce que Greg Koch et Tomme Arthur ont à dire là-dessus.

Joyaux avalés au passage : Trois brassins m’ont particulièrement marqué récemment. La Solana Beach IPA (une San Diego IPA céréalière avec accents très chlorophylle), Ryed’n Dirty (un porter de seigle en collaboration avec Alpine) et la Oats (stout à l’avoine).

Pizza Port Ocean Beach

C’est la commune invitante, sans malice. La succursale à l’abri des touristes parce que quiconque s’y trouve devient inévitablement un organe du quartier. Vous pouvez être certain d’avoir une discussion dans la file du bar, de palper une camaraderie unique à Ocean Beach, un petit quelque chose qu’on ne retrouve nulle part ailleurs sur les 1350 km de côte. J’avoue que ma soif peine à cacher son affection, rien de moins, pour ce temple douillet. D’ailleurs, il est fort possible que j’y sois encore pendant que vous lisez ces lignes.

Joyaux avalés au passage : Sans surprise, des Pales houblonnées (T-Rex DIPA, Bronx Bomber et Newbreak Pale Ale). Plusieurs brassins ont également visité des barriques (Eukaryst Sinister Stout, Santa’s Swill, Z Man Stout et le superbe hommage à Michael Jackson, la Beer Hunter Saison).

Ai-je mentionné que, à part Bressi Ranch, toutes ces légendaires microbrasseries sont accessibles à pieds (nus) de la plage ?

Ah oui. Et ils font de la très bonne pizza.