Tenir tête aux colons anglais

Tête carrée

Les noms de bières proviennent souvent de mythes, de légendes ou d’histoires qui n’ont ni queue ni tête. Dans quelques cas toutefois, ils témoignent d’anecdotes et de faits marquants de notre culture; plaisants ou non, polis ou pas. Avec la bière choisie cette fois-ci, c’est notre héritage anglais qui en est la tête de Turc; la Tête Carrée de Tête d’Allumette.

La microbrasserie Tête d’allumette s’est rapidement démarquée dans le paysage brassicole québécois grâce à son audacieuse façon de brasser ses bières. C’est en sachant pertinemment qu’il allait devoir se casser la tête fréquemment que Martin Desautels a choisi de brasser ses bières sur une bouilloire chauffée au feu de bois. Son projet initial, la Camarine, s’est terminé abruptement alors que l’établissement a été la proie des flammes…

« Je suis allé en Europe avec un ami brasseur à la recherche d’idées pour mon projet suivant. Lors de visites de brasserie en Belgique, nous sommes tombés sur la Brasserie Caracole qui brasse sur feu de bois depuis très longtemps; tout de suite, j’ai voulu faire ça », raconte Martin.

Plus tard, après avoir longtemps cherché un nom, « Tête d’Allumette » lui vient justement en tête. Tous les membres impliqués dans le projet, notamment Élodie Fortin, l’adoptèrent sur le champ. Le temps venu de nommer ses bières, l’équipe choisit pour plusieurs d’exploiter le filon; Gasket de Tête, un Stout; Tête de Houblon, une IPA; Tête de Pioche, une Saison; Tête Première, une ESB; et, bien sûr, Tête Carrée, une Bitter anglaise.

« Notre eau est très minérale et c’est parfait pour une Bitter authentique avec en prime l’aspect feu de bois qui lui donne un petit côté rustique. C’est une bière ambrée, à 4,1 % d’alcool et 28 IBU ce qui en fait une version un peu plus amère. L’utilisation du houblon américain lui donne aussi un petit kick moderne », indique Martin.

Le houblon anglais utilisé lui confère des notes terreuses classiques, le malt anglais Maris Otter, la légère carbonatation, et la levure anglaise expressive se chargent de compléter la donne et de lui donner des notes de céréales et de pins, ainsi que des arômes fruités rappelant l’abricot.

« Le feu de bois s’agence bien avec le profil des bières anglaises, j’ai l’impression que ça leur donne un côté tourbé et caramélisé. Pourtant, ma Saison semble bien normale donc c’est dur dévaluer l’impact des vortex de température de la cuve sur le produit final », ajoute le brasseur.

Qu’est-ce qu’une tête carrée ?

L’expression est bien connue au Québec et encore couramment utilisée, principalement dans les régions où anglophones et francophones se sentent quelque peu forcés de cohabiter. L’origine de l’expression varie en fonction des sources, mais chose certaine, elle n’a jamais été flatteuse.

L’une des versions les plus populaires veut que l’insulte provienne des maisons carrées que les Anglais ont bâties à leur arrivée en Nouvelle-France. Celles-ci avaient notamment des toits à quatre pans alors que celles des Français en avaient habituellement deux; cela amplifiait davantage l’impression d’une construction carrée. De même, les terres des colons anglais étaient divisées en carrés plutôt qu’en rectangle comme le faisaient les Français.

Évidemment, si l’expression à la base n’est pas forcément haineuse et plutôt issue d’une observation, elle était surtout utilisée pour insulter et en est éventuellement venue à qualifier l’entêtement des Anglais.

Selon une autre version, l’expression ferait allusion au bloc sur lequel les hommes rangeaient leur perruque afin qu’elle garde forme. Ironiquement, on raconte aussi que les Anglais qualifiaient eux-mêmes les Allemands de squared head German en raison des traits plus francs de leur mâchoire…

Quoi qu’il en soit, l’intention de Tête d’Allumette en brassant la Tête Carrée n’était certes pas de ranimer la flamme entre francophones et anglophones, car la bière s’avère plutôt un délicieux hommage aux Bitters, un style traditionnellement anglais. Elle se marie d’ailleurs à merveille à des cuisses de grenouille…