Beyond the Pale

Charmante et sympathique

Beyond the pale
Photo Catherine Schlager

 

Il y a quelque chose de profondément sympathique dans le fait de visiter les installations d’une microbrasserie, essayer quelques échantillons gracieusement offerts au salon de dégustation, discuter avec le brasseur, le propriétaire ainsi que les habitués de la place et repartir avec ses coups de cœur en canette, growler ou bouteille sous le bras.

C’est ce que propose depuis novembre 2012 Beyond the Pale (BTP), sise dans le charmant quartier Hintonburg d’Ottawa. Cette microbrasserie a complètement révolutionné la scène brassicole de la capitale canadienne auparavant inintéressante. Il aura fallu l’arrivée de BTP pour que d’autres microbrasseries joignent les rangs et fassent d’Ottawa une véritable destination bière.

Simple et chaleureux

Beyond the Pale, c’est avant tout un minuscule salon de dégustation qui ne paie pas de mine. À peine quelques dollars ont été investis dans ce « décor » où les barriques au sol constituent les plus beaux éléments décoratifs. On n’y trouve que quelques tabourets alignés derrière le bar où s’activait sans relâche la souriante jeune employée lors de notre visite en janvier. L’ambiance est propice à la discussion et aux échanges avec le voisin d’à-côté. Car tous communient à la même passion : la bière.

Des dizaines de clients s’y succèdent, dont plusieurs habitués qui ramènent leurs cruchons vides. Ils dégustent quelques offrandes en format dégustation de deux ou trois onces et repartent, heureux, avec leurs brassins préférés.

L’efficacité est au rendez-vous puisque les growlers sont remplis à l’avance. Ceux qui ont patienté en ligne durant des heures chez Hill Farmstead au Vermont adoreront cette façon de fonctionner.

Des bières de tous styles

Les 14 bières inscrites à l’ardoise sont disponibles en growler de 1 ou 2 L, en canette ou en bouteille. Le style dicte le format. Les clients peuvent également goûter toutes les bières, sauf les brassins spéciaux. Très utile lorsque vient le temps de faire un choix.

Lors de notre visite, nous avons jeté notre dévolu sur la Pink Fuzz (offerte depuis peu à la LCBO), une bière de blé au pamplemousse. Notre coup de cœur. On y ajoute de la pulpe et du zeste pour un résultat délicieusement fruité et aromatique à souhait. La Big Bang, une double IPA, mérite également d’être dégustée, ne serait-ce  que pour sa puissante amertume (80 IBU) issue des houblons TNT et Galaxy. Et que dire de l’Aromatherapy, une IPA de style vermontoise qui porte bien son nom avec ses arômes de fruits tropicaux et d’agrumes. Bien facile à boire. Trois autres IPA, une IPA impériale, une Bitter, un Stout, un Porter, un Stout impérial, deux bières de session et une Sour Ale vieillie deux ans en baril (la Angry Orchid) complètent la liste.

Si l’endroit ne convient pas aux gens qui souhaitent flâner pendant des heures, exiguïté oblige, le caractère intime de l’endroit recèle un charme certain. Il faudra voir à quoi ressemblera la nouvelle brasserie construite dans le quartier City Centre où la production a déjà débuté. On affirme qu’elle pourra accueillir un restaurant et un salon de dégustation. La date d’ouverture officielle reste à confirmer. À suivre.