Une bière d’inspiration anglaise qui a le malt du pays

Brown Ale

Brown Ale

En Amérique, les Brown Ale d’inspiration anglaise sont plutôt méconnues et pour cause; les arômes houblonnés y sont relégués au second rang et la catégorie en tant que telle vise un peu trop large. Elle regroupe une gamme de produits parfois bien distincts. Somme toute, ce sont des bières brunes, mettant les saveurs du malt en vedette et demeurant agréablement drinkable.

Pour plusieurs amateurs de biè-res, les Brown Ale n’ont rien à envier. Pas étonnant qu’on en retrouve si peu sur les tablettes au Québec. Même aux États-Unis, les Brown Ale se sont américanisées afin de gagner en popularité. Sans surprise, l’apport des puissants houblons américains a complètement modifié le style, raison pour laquelle on distingue aujourd’hui les American Brown Ale des autres Brown Ale à l’anglaise. Mais encore…

Les Brown Ale anglaises devraient être divisées en deux grandes catégories bien distinc-tes, les Northern Brown Ale et les Southern Brown Ale. C’est la différence assez flagrante entre ces deux interprétations, et tout se qui figure entre les deux, qui fait de la Brown Ale anglaise une catégorie de bières plutôt vaste. Quoi qu’il en soit, elles ont en commun la couleur – du brun léger au très foncé – et les arômes dominants qui tendent vers le malt.

La version nordique, Northern Brown Ale, est sans doute la plus commune et est généralement moins foncée, plus sèche, et propose des arômes évoquant davantage la noix plutôt que le caramel. On y réfère d’ailleurs souvent en tant que Nut Brown Ale et, à quelques rares exceptions près, elle ne contient jamais de noix.

D’ailleurs, à l’origine, le mot « Nut » faisait plutôt référence à la couleur et non aux flaveurs de la bière. Les critiques biérologues s’en sont par la suite sans doute inspirés. Si l’amertume des houblons est présente dans la Northern Brown Ale, principalement dans sa finale sèche, ses arômes sont quelques fois perceptibles au nez, mais plus rarement en bouche. Encore une fois, l’avantage est au malt.

La version du sud, la Southern Brown Ale, est quant à elle beaucoup moins commune, particulièrement à l’extérieur de l’Angleterre. Elle est plus foncée, plus sucrée, généralement moins forte en alcool et exploite les arômes évoquant le caramel et quelques fois des notes de malt grillé, voire torréfié. L’amertume des houblons est très discrète; le malt domine nettement, même en finale. De même, les arômes de houblons sont pratiquement inexistants.

Un peu d’histoire

C’est quelque part entre le 16e et 17e siècle que les brasseurs de Londres commencent à utiliser le terme Brown Ale pour designer leurs bières brassées presque exclusivement avec du malt brun. Les taux d’alcool sont bien variables et les bières sont plutôt légèrement houblonnées; le malt est mis en vedette. Pour des raisons principalement économiques, les brasseurs se mettent par la suite à utiliser davantage de malt pâle, si bien qu’au 18e siècle, la Brown Ale avait perdu bien de ses plumes.

Vers la fin du 19e siècle, la Brown Ale refait surface notamment avec la Mann’s Brown Ale qui s’avère une brune très foncée et sucrée. D’autres Dark Brown Ale du genre apparaissent également dans les environs, au sud de l’Angleterre, leur profil n’étant pas sans rappeler le Stout. Dans les années 1920, c’est toutefois la Newcastle Brown Ale qui propulse dans le nord la popularité de l’appellation avec sa version beaucoup plus pâle, un peu fruitée et plus sèche.

Depuis, bien des Brown Ale sont brassées entre ces deux extrêmes, dont celle de Samuel Smith qui personnifie à merveille la Nut Brown Ale. Côté américain, on dit que c’est la Pete’s Wicked Ale, lancée en 1986, qui aurait été la pionnière en matière de American Brown Ale.

Notre dégustation à l’aveugle

On comprend rapidement pourquoi la Newcas-tle Brown Ale réussit bien avec le grand public; elle offre de beaux arômes, elle est très peu amère et surtout très facile à boire. La Lion’s Pride est aussi une brune fort accessible. Les effluves boisés, sucrés, caramel et légèrement noisette sont perceptibles et l’amertume n’est présente que pour amplifier la sècheresse en finale.

La 26 est également une Brown Ale typique de pub. Son profil s’apparente beaucoup aux deux précédentes, soit avant tout une bière facile à boi-re, mais offrant d’agréables saveurs, notamment des arômes grillés, fruités et de noisette.

L’Écurieux se démarque en plusieurs points; ses saveurs maltées et grillées sont beaucoup plus prononcées, de même que sa robe plutôt foncée pour une Brown Ale. Elle demeure agréable à boire, mais est plus chaleureuse et moins délicate que les versions précédentes.

Aussi inspirée d’une Northern Brown Ale, la Bru-ne au miel annonce son caractère par sa robe brun foncé couverte d’un beau collet. Au nez, les arômes grillés et le miel de sarrasin nous laissent entrevoir la suite où le malt est merveilleusement mis en valeur par des notes mielleuses et une texture onctueuse. À la fois goûteuse, envoûtante et facile à boire; elle remporte la palme.

Outre les bières dégustées, la Samuel Smith’s Nut Brown Ale, disponible à la SAQ, est un incontournable du style. La British d’À la Fût et la Brune au Miel du Lièvre sont aussi à découvrir. Surveillez également la sortie prochaine, sur les tablettes, de La Dorchester de Frampton Brasse.

La bière du mois – Brune au Miel

Présentation

Brown Ale au miel, à 7 % d’alcool, brassée par Archibald à Québec. Créée en 2015, elle a fait sa sortie tout récemment dans une trilogie de produits saisonniers de la brasserie.

Description

Brune foncée aux reflets rougeâtres, elle se présente sous une belle mousse beige de fines bulles s’agrippant aux parois du verre. Au nez, elle dégage des arômes de miel et de malt, ainsi qu’une légère pointe de café. En bouche, elle est onctueuse et un tantinet sucrée alors que le miel et la céréale caramélisée et grillée s’agencent à merveille. La finale est fort agréable.

Suggestion

Étonnamment rafraichissante pour ses 7 %, elle s’est avérée délicieuse avec des brochettes de porc marinées dans une sauce chili, marmelade et sauce piquante. Un pudding au pain nappé d’une sauce au caramel de sel est également une belle option.

L’Écurieux

Présentation

Brown Ale d’inspiration anglaise, à 5,9 % d’alcool, brassée par Brasseurs du Monde à Saint-Hyacinthe. Créée en 2015, elle s’inspire principalement des Nut Brown Ale du nord de l’Angleterre, mais également des Brown Ale du sud.

Description

Brune foncée, presque opaque, elle se coiffe d’une agréable mousse moka qui demeure présente. Au nez, des arômes grillés, des pointes torréfiées et des notes de caramel nous laissent entrevoir son intensité. En bouche, les arômes sont intenses; elle est à la fois grillée, voire torréfiée, sucrée, puis amère jusqu’en finale où les notes grillées s’étendent.

Suggestion

Nous l’avons appréciée avec un pota-ge à la courge musquée. La brasserie propose no-tamment BBQ, saucisse, et viande fumée. Aussi à essayer avec du popcorn au caramel!

Newcastle Brown Ale

Présentation

Brown Ale anglaise, à 4,7 % d’alcool, brassée par John Smith’s Brewery à Tadcaster en Angleterre. Créée par le Colonel Jim Porter en 1920, c’est aujourd’hui l’une des bières les plus connues et vendues en Grande-Bretagne.

Description

Brun caramel aux reflets cuivrés lumineux, elle se coiffe d’une mousse blanche qui s’estompe tranquillement. Au nez, de légers arômes de malts et de fines notes sucrées évoquent le caramel. En bouche, elle est très légère et le malt est toujours en vedette avec des pointes fruitées et une petite touche noisette. La finale est un peu sèche, amplifiant sa buvabilité.

Suggestion

Définitivement une bière de soif, elle fut très agréable accompagnée d’un saucisson séché Whisky et sauce BBQ du Hickman County de Charcuteries Pork Shop.

26

Présentation

Brown Ale d’inspiration britannique, à 4,5 % d’alcool, brassée par Farnham Ale & Lager à Farnham. Créée en 2015; son nom indique son degré d’amertume en International Bitterness Unit (IBU).

Description

Ambrée foncée aux reflets rougeâtres, elle se coiffe d’une mousse qui s’estompe rapidement. Au nez, les arômes de caramel, de fruits, de biscuits et de malt rôti sont peu intenses, mais invitants. En bouche, elle est très légère et parsemée de notes grillées, de noisette, et de malt caramel. La finale est également simple, mais agréable.

Suggestion

Légère et rafraichissante, nous l’avons appréciée avec un fromage à pâte semi-ferme, ainsi qu’un pâté canard et truffe.

Lion’s Pride

Présentation

Brown Ale d’inspiration anglaise, à 4,8 % d’alcool, brassée par le Lion d’Or à Lennoxville. Créée en 1986, elle est la toute première de la brasserie et son porte-étendard depuis 30 ans.

Description

Ambrée aux reflets rougeâtres, elle est chapeautée d’une mousse beige qui s’estompe. Au nez, les malts dominent avec des arômes rôtis et légèrement sucrés, mais quelques notes boisées sont également présentent. En bouche, elle est légère et ses malts lui confèrent une touche de noisette qui laisse place à l’amertume agréable qui s’efface en finale. Grande buvabilité.

Suggestion

Brown Ale de tous les jours, elle s’accorde à plusieurs mets. Nous l’avons appréciée tant avec un fromage à pâte semi-ferme (le Mont-Jacob), un pâté canard et truffe, et un shepherd’s pie.