Cap sur Lagabière

Quand le brassage forme la jeunesse

Lagabière

Lagabière, c’est une ambiance pub des plus conviviales, des bières artisanales bien goûteuses, une variété de produits représentant tant les classiques indémodables que les dernières tendances de l’industrie et un emplacement judicieux aux abords de la rivière Richelieu. Que demander de plus? Des produits pour consommation à domicile évidemment!

Sébastien et Francis Laganière débutent leur carrière comme plusieurs jeunes brasseurs amateurs des années 2000, soit en brassant dans le garage de la maison familiale pour desservir leur bande d’amis. Les deux frères étant de grands passionnés – et les parents sans doute très tolérants –, le garage prend rapidement des allures de brasserie artisanale.

À mesure que les Laganière troquent leurs chaudières de plastique pour des équipements plus spécialisés, leurs processus se perfectionnent et leurs recettes s’améliorent grandement. Les boutiques spécialisées abondent en nouveaux ingrédients et les visites de brasseries avoisinantes permettent aux deux frères de s’inspirer et de prendre du galon.

Même à l’école, les cours en science de la gestion permettent de monter des plans d’affaires ce qui s’avère fort pratique le jour où ils aperçoivent un local à louer sur la rue Richelieu au bord de l’eau, en plein coeur du centre-ville de Saint-Jean-sur–Richelieu. C’est en mars 2012.

« On a rapidement appelé pour s’informer de la possibilité d’obtenir un permis d’alcool pour l’endroit. La ville avait l’air ouverte à l’idée et se penchait justement sur la question des permis d’alcool pour permettre l’ouverture de brasseries artisanales dans le secteur », se remémore Sébastien qui travaillait au Bedondaine et Bedons Ronds à l’époque.

Un bon timing

« Nous savions qu’il y avait trois ou quatre projets de brasseries en développement dans la ville à l’époque. J’en entendais souvent parler chez Bedondaine », poursuit-il. À l’époque, on retrouvait peu de bières artisanales dans le secteur, les bars du coin offraient davantage de grandes bières commerciales ou celles des plus grosses microbrasseries de la province.

Cette rareté de produits de dégustation dans le secteur n’a toutefois pas empêché les offrandes bien houblonnées des Laganière de trouver preneur dès leur arrivée. La brasserie se plaît à exploiter les houblons, particulièrement les grosses bombes aromatiques américaines et elle le fait très bien. Néanmoins, l’ambiance pub de l’endroit se traduit aussi dans ses bières faciles à boire, la majorité titrant autour de 5 %, qui s’enchainent facilement sans pour autant compromettre le goût.

Une ouverture à l’improviste

Plusieurs travaux étaient nécessaires afin de trans-former l’ancien salon de coiffure en brasserie avant l’ouverture officielle de la brasserie qui s’est faite en février 2013. Toutefois, bien avant cette date, Lagabière a commencé à servir les plus curieux amateurs du quartier.

« Un après-midi, un peu par hasard, des clients ont commencé à entrer, car on avait oublié de fermer la porte… C’était vers novembre 2012, les gros travaux étaient terminés, on avait notre permis de bar alors lorsqu’ils ont demandé si on pouvait leur servir à boire, on s’est dit pourquoi pas? », raconte Sébastien. Des produits invités étaient ainsi disponi-bles avant l’arrivée des bières maison.

Ambiance de pub

« Au départ, on voulait garder ça brouepub avec uniquement nos biè-res, mais on a finalement décidé d’offrir des bières invitées à l’occasion, le tout dans une ambiance bien relax comme si on recevait le monde chez nous avec de la musi-que tranquille et une cuisine de pub assez simple et rapide », explique pour sa part Francis.

D’ailleurs, lorsque les effluves de soupe à l’oignon préparée à même le bar envahissent l’endroit, le menu offert est plus qu’apprécié. On y retrouve une belle sélection de sandwichs, une assiette de saumon fumé, une assiette de saucisses, nacho, des fritures, salade du chef, de la poutine à la biè-re, des charcuteries, des fromages et autres peti-tes bouchées.

Si l’automne et l’hiver, la brasserie est principalement fréquentée par des gens du coin et quelques groupes de passionnés de bières qui sont de plus en plus nombreux à venir faire un tour les weekends, la période estivale, elle, apporte son lot de touristes, notamment plusieurs Américains intéressés à découvrir les bières du Québec.

Une usine pour la production bouteille

« On ne voulait pas faire de bouteilles au début, mais maintenant, on a une bonne base et on a beaucoup de demandes de nos clients pour pouvoir boire nos produits ailleurs qu’à la brasserie. On va commencer avec une distribution locale et on va s’étendre par la suite dans les dépanneurs spécialisés principalement », indique Francis.

Même si les Laganière prévoient embaucher un assistant pour travailler au pub, ils poursuivront à brasser aux deux endroits. Pour l’instant, ils comp-tent offrir six produits réguliers en bouteille avec des nouveautés de temps à autre si la production le permet. Les formats exploités devraient être le 341 ml, le 500 ml et le 750 ml.

Les six produits réguliers seront : Ta meilleur, une White IPA; la Bomb’Ale, une IPA américaine; la Houblons et Boulons, une IPL; L’Ordre de Toast, une Brown Ale; la Fumée sans feu, une rousse fumée et l’Apaisante, une blanche à la camomille. Le graphisme des bouteilles est en développement; on misera sur des dessins qui donneront une touche locale au produit. Certains noms pourraient également changer.

Notez que les travaux de rénovation à l’usine vont bon train et que si tout se passe comme prévu, les premiers produits devraient apparaître vers le début juin. Pour les plus optimistes, on dit qu’il reste beaucoup d’espace pour l’ajout de fermenteurs au cas où le besoin se ferait sentir.