La 1908, première d’une série de bières d’époque

Molson 1908
Photos Molson

Afin de célébrer ses 230 ans d’histoire, Molson Coors Canada a récemment lancé sa Pale Ale historique John H.R. Molson & Bros. 1908, une bière de série limitée brassée d’après une recette sortie directement des archives de la brasserie. Vous êtes sceptiques? Vous ne devriez pas.

Précisons d’emblée que la recette originale est celle de la India Pale Ale de Molson, mais qu’elle a été rebaptisée Pale Ale, ce à quoi elle correspond davantage selon les standards d’aujourd’hui. « La bière existe depuis bien avant 1908 chez Molson, mais la recette contenue dans les archives de la brasserie date de cette année-là », précise Keith Armstrong, maître-brasseur chez Molson Coors Canada.

Loin d’un simple coup de marketing, la sortie de cette première de la série des bières d’archives de Molson a nécessité beaucoup de recherche et de travail afin de tenter de recréer le plus fidèlement la recette originale, et surtout, les ingrédients utilisés.

La recréation de recette du passé n’est pas une mince affaire, et peu de brasserie ose s’attaquer à de tels défis. Évidemment, au Québec, la Brasserie Albion de Joliette en a fait sa marque de commerce, et elle réussit d’ailleurs plutôt bien. Parions que la brasserie se réjouit de voir une grande brasserie se lancer dans une telle aventure.

Ingrédients d’époque

Si les archives de Molson s’avèrent assez bien détaillées sur certains aspects des procédures, les informations sur les ingrédients utilisés étaient plutôt restreintes. Afin de recréer la recette dans ses moindres détails, la brasserie a dû utiliser différents malts, des houblons patrimoniaux et des techniques de fermentation centenaires.

Pour le malt utilisé, la recette ne spécifiait que « malt », la brasserie a donc dû contacter plusieurs experts et malteurs plus âgés afin de connaître le malt utilisé durant cette période. « À ses débuts, en 1786, Molson avait rapporté des graines d’orge d’Angleterre qu’il avait données à des fermiers afin qu’ils commencent à le cultiver ici », raconte M. Armstrong.

« À l’époque, les brasseries s’approvisionnaient à proximité et les équipements étaient beaucoup plus rudimentaires; nos recherches ont démontré que le malt de base était plus foncé en raison des récoltes, mais également du processus de maltage. La couleur des grains variait beaucoup à l’intérieur d’un même type de malt », précise le brasseur. Un mélange de quatre malts a finalement été utilisé pour tenter de reproduire les nuances dans le malt de base de l’époque.

La recette ne mentionnait pas non plus la variété des houblons utilisés, mais précisait plutôt leur provenance, un indice crucial pour permettre d’identifier les variétés les plus probables. « Nous avons contacté les familles des producteurs de l’époque et identifié les variétés à utiliser; celles-ci proviennent d’Angleterre, du Canada et du nord-est des États-Unis », précise M. Armstrong. Le Fuggles et le Cluster sont deux d’entre elles.

L’eau provenant du même endroit qu’à l’époque; les ingrédients choisis ont par la suite été mariés avec la levure ancienne de Molson, dérivée de la même souche qu’utilisait John Molson dans les années 1700. Pendant le processus de brassage, les mesures de densité et de température ont été consignées toutes les deux ou trois heures pour assurer la constance.

Le résultat?

« Des arômes épicés de pins et d’herbes qui rappellent les champs; en bouche, les variétés de malts lui donnent une certaine complexité, des notes de malt biscuit et un côté sucré sans toutefois la rendre lourde; la finale est assez sèche et donne envie d’en boire davantage. Elle est facile à boire et bien goûteuse », indique le brasseur qui admet avoir eu beaucoup de plaisir à travailler sur la bière et qui apprécie pouvoir boire une vieille bière.

La Pale Ale historique John H.R. Molson & Bros. 1908 est non filtrée et vendue en bouteilles de 625 et 341 ml. La recette de cette 1908 n’est toutefois qu’un des nombreux documents historiques découverts dans les quelque 400 boîtes d’archives de la brasserie Molson. Parmi les styles qui pourraient voir le jour dans le futur; une bière de table, une bière d’épinette, une Burton Ale, une Stock Ale, une Mild Ale, une Bitter et plusieurs autres.

Confondre les sceptiques

Molson Coors Canada ne s’attend pas à faire exploser ses ventes avec ce produit qui ne s’adresse pas à son public cible habituel, mais si les revenus sont au rendez-vous, il y a fort à parier que la série des archives perdurera dans le temps.

D’une certaine façon, c’est de reconnaître que les brasseries artisanales et microbrasseries du pays ont su défricher et paver une part de marché assez vaste pour qu’un poids lourd comme Molson risque de s’y aventurer pour le plaisir.

Force est d’admettre que mê-me les plus grandes brasseries sont habitées par des brasseurs et employés passionnés par la bière. Après tout, en 1908, la brasserie produisait environ 50 000 hL par année…