Bagby Beer Company : méticuleuse démesure

Bagby

Peu de projets voient le jour avec une telle prédisposition à l’excellence comme celle de Jeff Bagby. Celui qui avait laissé sa marque dans les fondations de la scène brassicole la plus influente en Amérique, a vu les yeux de la planète bière se tourner vers lui, sans cligner, dans l’anticipation d’une naissance colossale. Peu de projets s’élèvent en équilibre sur un aussi gros ballon sans que personne ne craigne le voir se dégonfler petit à petit. Avec maintenant un peu plus d’un an après les premiers brassins, on y respire déjà cette imposante maturité, cette méticuleuse démesure à l’image du nom au dessus de la porte.

Derrière le nom

Comme c’est souvent le cas, les figures les plus rayonnantes dans chaque domaine ont débuté leur parcours sur le plancher d’une entreprise phare. Dans le cas qui nous intéresse, Stone, White Labs et Pizza Port ont été ses premiers terrains d’apprentissage. Difficile de trouver plus formateur pour un petit gars du comté d’Encinitas, 22 km au sud d’Oceanside. Dans un univers où les parcours atypiques le sont moins, celui de Jeff Bagby y cadre parfaitement. Sa première entrevue avec Greg Koch l’a mené à côtoyer un paquet de gens influents du milieu comme Tomme Artur, Lee Chase, Steve Wagner ou Chris White. C’est donc sans surprise que des années plus tard, le nom Bagby s’est trouvé à résonner avec autant de portée que les noms cités au préalable. On avait qu’à se tremper quelques instants dans le bain de foule du Bagby Fest à l’ouverture officielle pour comprendre l’envergure de son influence et magnétisme sur la scène locale.

La brasserie

Quand on parle d’un projet d’envergure pour Bagby, qu’est-ce que ça veut dire exactement? Certainement l’emplacement. À 8 minutes de la pla-ge et directement sur l’effervescente South Coast Hwy. La prestance de l’établissement, sa domination avec panache du boulevard et son grand « B » verdoyant qui monte la garde. Très facile d’effriter une ambiance dans un espace trop vaste, trop ouvert et trop vide mais les choix architecturaux ont offert de spectaculaires options d’intimité. La cour intérieure, californialement lumineuse est ce carrefour des ambiances. Au moins quatre bars, une mezzanine, plusieurs pièces partiellement isolés et un nombre incalculable de différentes places assises font que le moment passé risque d’être passablement différent à chaque visite. Même la salle de brassage, visible de la cour intérieure, ne réussit pas à refroidir quoi que ce soit. À noter que la moyenne d’âge de l’affluence baisse dramatiquement si on compte enfants et animaux.

Liquides

La spécialité de Bagby c’est, spécialement, de ne pas avoir de spécialité. Comme si sa nou-velle autonomie lui avait procuré la rage, la pulsion incontrôlable de vouloir brasser tous les styles. Parfois très bien, souvent impeccable et rarement insipide. Avec les bêtes houblonnées comme Dinkus, Nerd Herd, Dork Squad, Hop Whompus, Hop Crop et Boy Wonder, on se retrouve quelque part entre Pizza Port et Societe dans le profil. Les étancheurs de soif européens sont aussi très bien représentés chez Bagby. Que ce soit Killer Keller, Sweet Ride Bohemian Pilsner, Asphalt Jungle Dry Stout, Wiseacre Wheat Hefeweizen ou Three Beagles Brown, la mise en valeur des céréales est un aspect qui ne fait jamais défaut.

En un peu plus d’un an, la brasserie a vu sur ses lignes une cinquantaine de ses brassins et parmi eux, seulement une poignée de bières fortes comme la Lion’s Pride et la Bruges Cruise. Vous comprendrez que la notion de winter warmer m’aurait paru, au mieux, risible. Il existe toujours une belle sélection de fûts invités également où c’est commun d’y trouver une bière belge accompagnée des Beachwood, Russian River et Monkish de ce monde. Vous pouvez toujours compter sur l’établissement pour offrir aussi des vins en fût, des options sans alcool ou sans gluten. Le menu des victuailles est, à l’image des bières, superbement exécuté. Ne quittez pas les lieux sans avoir goûté à des saveurs locales comme les fish tacos ou la ensalada.

Oceanside

Le vent de renouveau qui souffle sur Oceanside depuis un an a ajouté quelques traits bien appuyés à un visage déjà séduisant. Avec Bagby Beer Co., Stone Company Store, Breakwater Brewing Co., Surf-side Taproom, Local Tap House et l’air salin déjà en place, personne n’aurait crié à l’injustice si c’était resté ainsi. Cependant, l’effet Bagby s’est fait sentir tout le long de South Coast Hwy. Barrel Republic et son système self serve a vite saisi l’opportunité d’y mettre ses pompes. Même chose avec le réputé Urge Gastropub, qui, cette fois-ci, y est allé d’un combo microbrasserie/whiskey bank, lui aussi teinté de démesure. Petite prédiction : Mason Ale Work, fermentorium de Urge, sera consacrée meilleure nouvelle brasserie en 2016. À quelques pas de là, Wrench and Rodent Seabasstropub ont des ambitions aussi nébuleuses que délicieuses.

Carlsbad, San Marcos et Escondido ne sont plus seuls dans les hauteurs de North County San Diego. Oceanside s’y est hissé pendant la nuit et je n’ai entendu personne se plaindre.