Hoogan et Beaufort, la bière servie autrement

RESTAURANT - Chaque édition, Philippe Wouters vous présente un restaurant qui n’est pas reconnu comme établissement « bière », mais qui met l’accent sur celle-ci comme alliée gastronomique. Un prétexte à découvrir des établissements gourmands, partout à travers le Québec.

Hoogan et Beaufort

Nous sommes à Montréal, quartier Rosemont, dans les anciennes installations ferroviaires d’Angus. Le chef Marc-André Jetté et le sommelier William Saulnier ont créé un des secrets les moins en moins bien gardés de la gastronomie à Montréal.

Dès que vous passez un pied dans la porte, l’ambiance étonne de par l’immense volume de cet ancien atelier de construction transformé en restaurant. J’aime le haut de plafond qui laisse respirer, les tables judicieusement bien dispersées et le bar central devant la cuisine ouverte. Une cuisine aidée d’un magnifique plan de cuisson au bois, pièce maîtresse de l’établissement, où s’active l’équipe de Jetté.

C’est au bar que se doit de commencer votre expérience. On vous servira un cocktail tendance, un verre de vin ou une bière de la courte liste présente, mais ô combien pertinente. Quelques plats sont facilement partageables comme le maquereau et agnolotti servis en fraîcheur et une incroyable burrata, betterave qui est servie au naturel, pour le plus grand plaisir des amateurs de ce fromage peu connu au Québec.

À table, s’en viennent les plats principaux. Nous avions décidé de partager quelques spécialités. L’onglet de bœuf de la ferme Eumatimi est proposé en cuisson au feu de bois, un régal. La truite nous est servie accompagnée d’une belle composition de radis. Les strozzapreti au beurre d’oursin sont un plat signature, l’assaisonnement est judicieux. Sans oublier l’agneau du Québec et le tartare de bœuf. On avait devant nous une table bien garnie, aux multiples saveurs et arômes. Le début d’un magnifique rendez-vous pour les gourmets que nous sommes, guidé par la volonté d’un chef de mettre l’accent sur les produits régionaux.

Mention spéciale pour l’utilisation du feu de bois. Les légumes, très présents dans les œuvres de Jetté, sont judicieusement cuits et le bois apporte une légère touche parfumée qui accompagne le plat, sans le dénaturer. C’est un art la cuisson sur bois.

Et la bière dans tout ça?

Si le vin est roi chez Hoogan et Beaufort, la bière est reine. On y attache une attention particulière sans déséquilibrer la carte. Ici, pas de bière pression, que des bouteilles sélectionnées avec soin et très souvent importées. Le sommelier William Saulnier a autant de plaisir à choisir une carte des vins inspirante qu’il en a à nous proposer une carte des bières très bien construite. L’établissement s’était d’ailleurs fait connaître dans la culture bière par un événement gastronomique avec les bières de Hill Farmstead, la brasserie en vogue du Vermont.

Mais ce n’est pas tout d’avoir une belle carte des bières, encore faut-il savoir la conseiller. On nous a proposé une très intéressante Triple française de la brasserie des Voirons, servie avec tact et professionnalisme. L’approche est sensiblement la même qu’un vin, en s’assurant que le client puisse valider son choix avant que celle-ci soit versée dans des verres, adaptés à une approche plus gastronomique que pub. Mission accomplie.

À essayer, sans compromis

L’expérience est agréable, complice, gourmande et pleine de surprises. Hoogan et Beaufort ont réussi à marier le monde du vin et celui de la bière, épaulé par une cuisine tendance, mais loin d’être pompeuse. Un nouveau quartier général pour les gourmets amateurs de bières gastronomiques, bien conseillées.

Découvrez les charmes du Hoogan et Beaufort au 4095, rue Molson à Montréal.

hooganetbeaufort.com