Pas si sauvage le bleuet du Québec!

Bleuets
Photo pixabay.com

Si quand arrive le mois d’août, vous trépignez d’impatience à l’idée de pouvoir acheter votre panier de bleuets sauvages fraîchement cueillis, sachez qu’à l’année, vous pouvez prendre votre mal en patience en dégustant une des nombreuses bières aux bleuets fréquemment disponibles sur les tablettes de vos détaillants de bière. Dans la bière, en porto, frais, cuisiné, en produit de santé naturel… le bleuet mérite bien son surnom de perle bleue.

Origines du bleuet

Espèce indigène du Canada, la petite perle bleue existerait depuis plus de 10 000 ans! Bien avant l’arrivée des premiers colons, les Amérindiens avaient l’habitude de l’utiliser autant pour ses vertus gustatives que pour ses vertus médicinales. Ceux-ci pensaient en effet que c’était le « Grand Esprit » qui leur avait envoyé ce fruit à la fleur étoilée pour palier à la faim de leurs enfants en période de famine. Un thé réalisé avec les rhizomes de la plante était utilisé comme relaxant pendant la grossesse des femmes. Une infusion de ses feuilles aidait à purifier le sang alors que le jus du fruit aidait à soigner la toux.

Entier, il était mangé frais, ajouté dans les ragoûts ou la soupe, bouilli dans de la graisse d’orignal pour assaisonner les viandes. Séché, il était conservé à l’année. Les Hurons le réduisaient en poudre pour le mélanger à du maïs, de l’eau et du miel pour en faire un pouding. Aujourd’hui, on le consomme encore entier, séché, en confiture, en pâte de fruit; on boit son jus frais ou en sirop; on infuse encore ses feuilles. Plus riche en antioxydants que la canneberge, on retrouve des produits de santé naturels à base de pelures de bleuets séchées et réduites en poudre, la peau étant la partie la plus riche en antioxydant du fruit. Avec en moyenne 65 millions de livres de bleuets sauvages, le Québec est encore à ce jour le plus gros producteur du Canada. Au Québec, c’est bien sûr le Saguenay–Lac-St-Jean qui reste le plus important producteur. Cela aura valu aux habitants du Lac le doux surnom de Bleuets ou encore, Beleuets.

À table

Très versatile, le bleuet sait agrémenter vos plats sucrés tout autant que vos plats salés. Il peut en effet être cuisiné à toutes les sauces. Amis des fruits, du sirop d’érable et du chocolat (on pense évidement aux bleuets au chocolat des Pères Trappistes de Dolbeau-Mistassini), les bleuets ont fait leur place dans la confection de desserts depuis de nombreuses années : grand-père, muffin, tartes, croustades, aucun dessert ne peut lui échapper. De plus en plus, la perle bleue trouve sa place dans la confection de plats salés. On l’utilise ainsi dans des vinaigrettes, en sauce, en marinade, etc. Essayez-la en remplacement de l’orange pour la cuisson du canard ou avec du miel et du gingembre dans le jus de cuisson d’un lapin.

Les bons amis du bleuet

Si le bleuet s’entend à merveille avec les autres petites baies, il offre une polyvalence aromatique lui permettant de s’entendre avec bien d’autres ingrédients. Il se plait ainsi avec les carottes, le chou-fleur, les épinards, le maïs, les tomates, la canneberge, la camerise, l’argousier, le sureau, le raisin muscat, la framboise, le gingembre, la vanille, le chocolat, le café, le thé du labrador, le thé vert, le thé noir, le sirop d’agave, le jus d’orange, les viandes rouges, le canard ou le gibier. Une diversité d’ingrédients vous permettant une vaste créativité!

Et dans la bière?

Si le bleuet est un des fruits offrant le plus de difficultés aux brasseurs – ses arômes se diffusant plus difficilement que les autres fruits –, beaucoup de brasseries, particulièrement au Saguenay–Lac-St-Jean, l’utilisent cependant bien volontiers dans leur bière. Ainsi, que se soit à la Microbrasserie du Lac St-Jean avec sa beluette, à Riverbend avec son Porter Choco-Bleuets, à l’HopEra avec sa Pup Tart Bleuet ou sa Saison Bretton Bleuet, au Coureur des Bois avec sa Jaseuse aux bleuets, à la Chouape avec sa bière sûre aux bleuets, à la Voie Maltée avec sa Rabat-Joie, au Lion Bleu avec sa Saison aux bleuets, toute brasserie de la région a sa bière aux bleuets.

Le reste du Québec n’est cependant pas en reste! Les Brasseurs du Temps viennent ainsi dernièrement de proposer à sa clientèle La Folle, une IPA aux bleuets. Unibroue a, quant à elle, livré au début de l’été sa dernière Éphémère Bleuet. Les Brasseurs RJ nous offrent depuis plusieurs années la Folie Douce, une des premières bières aux bleuets disponible régulièrement. La Micro-brasserie du Lièvre nous montre que les Hautes Laurentides aussi offrent des bons bleuets avec sa Blanche aux bleuets sauvages. Attendez la fin de l’été et vous devrez retrouver de nouvelles bières aux bleuets sur les tablettes, une récolte des plus généreuses étant attendue cette année. Hormis en ajoutant du bleuet à même la bière, les arômes subtiles et délicats du bleuet pourront se retrouver dans certains Porter baltiques ou certaines Milk Stout offrant des notes de petits fruits.

Comment les accorder?

Si vous choisissez de cuisiner des desserts dominés par les arômes de bleuet, optez pour des bières blanches de type belge, aux notes d’agrumes ou de coriandre (ex : Dominus Vobiscum Blanche de MicroBrasserie Charlevoix), ou par des IPA dominées par des arômes de pamplemousse (ex : Yakima du Castor), vous serez comblés. Vous préférez cuisiner les bleuets en sauce avec des viandes rouges? Optez pour une bière aux framboises (ex : Saison Framboise de Dunham ou Solstice d’été de Dieu du Ciel!), un Stout cacao ou vanille (ex : Señor Cacao de Ras L’Bock). À l’inverse, ouvrez une Éphémère Bleuet avec un filet de poisson blanc servi avec une sauce hollandaise à l’orange et gingembre. Servez une canette de Rabat-Joie de la Voie Maltée avec de la morue pochée au lait infusé au thé noir et gingembre. Choisissez le Porter Choco-Bleuets pour accompagner des bavettes marinées au cacao, sauce soja, rhum brun, huile de sésame grillé et bleuets frais. À vous de faire du bleuet une perle pas si rare!