Frampton Brasse

La bière, une histoire de famille

Frampton Brasse

Vers la fin 2010 alors que les microbrasseries poussent ici et là dans la province, Québec attend la venue d’une première fabrique de bières artisanales en Beauce où les entrepreneurs abondent. Des brasseries y avaient déjà opéré quelques années auparavant, mais pas depuis la nouvelle vague des années 2000. Saint-Georges, Sainte-Marie, Beauceville, quelle ville se targuera d’avoir la première brasserie beauceronne? Frampton!

D’autant plus surprenant, la brasserie est un projet familial tissé serré, à son image, qui mise sur les créations du jeune brasseur Gilbert Poulin, un autodidacte qui n’a pas hésité à prendre les grands moyens pour perfectionner son art.

Gilbert, fils aîné, complète un cours en aéronautique, son père Paul est en affaires dans les Bois-Francs, sa mère Justine poursuit une carrière d’enseignante alors que sa sœur Virginie est aux études. L’achat d’une maison d’été, et la passion pour le brassage vont bientôt tout changer…

Ce qui devait initialement être la maison de campagne de la famille Poulin devient rapidement la demeure principale du clan. Tranquillement, une entreprise familiale se développe et devient un projet agrotouristique en constante évolution comportant un gîte touristique, La Chanterelle, et éventuellement une microbrasserie.

Ainsi, un peu par hasard, Frampton Brasse prend vie sur l’ancienne ferme en 2010, dans une vieille laiterie et sa salle de pasteurisation laissée à l’abandon à l’arrière de la demeure des Poulin. On procède alors à des travaux de transformation de ce qui deviendra le quartier général de la brasserie. « On a vu une belle opportunité de se lancer dans la bière tout en conservant un cachet ferme brassicole, ce qui nous plaisait bien », indique Justine.

Quelques mois et plusieurs brassins plus tard, la brasserie ouvre ses portes en mai 2011 et est fière de présenter ses premières bières lors de la première édition du Festibière de Québec en aout 2011, une Pilsner blonde et une Ale rousse.

À la fin 2011, Gilbert quitte pour l’Allemagne afin de devenir officiellement maître-brasseur en complétant un cours réputé au VLB Berlin. Durant son absence, c’est son père qui prend le relai au brassage tout en demeurant en contact avec Gilbert qui suit l’évolution de la brasserie à distance.

Le retour de Gilbert est grandement attendu l’été suivant, car la demande pour ses produits ne démord pas. Au début, la famille se charge elle-même de la distribution, de Québec à Gatineau, mais lorsque les points de vente deviennent trop nombreux, on s’en remet à des distributeurs. Ils font actuellement affaires avec deux : Transbroue, ainsi que Distribution RB pour le local.

Produits distinctifs

Dès ses débuts, les créations de Gilbert ont impressionné. D’abord les membres de sa famille, ce qui les a convaincus de se lancer dans une telle aventure, puis les amateurs de bières québécoises qui reconnaissent rapidement la qualité des produits de Frampton Brasse.

La brasserie mise judicieusement sur des styles moins exploités par les autres brasseries de la province ce qui lui permet également de tirer son épingle du jeu. Évidemment, Gilbert brasse des produits sans compromis, par décoction, tel qu’il l’a appris en Allemagne, sans toutefois se concentrer sur les styles allemands. La famille cultive sa propre orge qu’elle fait malter et l’utilise abondamment dans ses recettes.

D’ailleurs, si en cinq ans la brasserie ne compte que 10 produits, c’est qu’elle souhaite offrir des bières de qualité, soigneusement peaufinée et différente de ce qui se brasse en majorité au Québec.

À mesure que les bières gagnent en popularité, l’achalandage au salon de dégustation de la brasserie augmente; gens de la région, passionnés de bières artisanales québécoises et divers groupes y font des passages de temps à autre.

L’endroit est d’ailleurs des plus agréables; l’esprit de la ferme se fait vraiment ressentir dès l’arrivée avec les grands espaces aérés, le paysage typique des terres beauceronnes et l’ambiance familiale contagieuse qui y règne. Le salon est maintenant géré par Virginie, la sœur de Gilbert qui joue également son rôle dans l’entreprise familiale.

Si le gîte jadis opéré par Justine à même la maison a cessé ses opérations, de nouveaux projets sont dans l’air, notamment l’élevage de boeuf qui permettra à moyen terme d’offrir viandes et grillades du terroir pour accompagner sa pinte.

D’ici là, le salon est ouvert à l’automne de 13 h à 18 h, du jeudi au dimanche et propose en tout temps 12 bières en rotation. Il est évidemment possible d’acheter les produits en bouteille sur place. Un détour à la ferme brasserie s’impose assurément. Avec un peu de chance, vous rencontrerez comme nous la famille au grand complet!