Un superaliment, ce houblon?

Les bienfaits du houblon

Houblon

Si le houblon est responsable des principales caractéristiques de la qualité de la bière comme le goût, l’arôme, la formation de la mousse, la couleur et la durée de vie, il est aussi considéré comme une plante médicinale depuis des siècles. En effet, il ne suffit que de taper « houblon » sur Google pour identifier rapidement plusieurs sources qui vantent ses mérites pour la santé.

Tantôt un sédatif efficace pour favoriser l’endormissement, tantôt une substance bénéfique pour soulager les douleurs menstruelles et apaiser les bouffées de chaleur perpétuelles lors de la ménopause, le houblon serait employé pour traiter des problèmes de santé de tout acabit. À vrai dire, les infos pullulent et, à croire tout ce qu’on trouve, cette plante miracle pourrait alléger à peu près tout. À petite échelle, du moins. Or, suivant la suggestion de notre expert agronome Julien Venne, nous concentrerons nos énergies à démontrer les bienfaits qui ressortent du xanthohumol et des proanthocyanidines, deux substances contenues dans le houblon.

Ainsi, pour les besoins de l’article, nous avons tiré la plupart de nos informations d’une thèse de doctorat déposée récemment par une étudiante de l’Université Laval. Plutôt que d’épier l’ensemble de l’étude qui se déploie sur une centaine de pages, nous avons scruté la portion « Effets bénéfiques du houblon sur la santé » issue des recherches menées par Christiana Sarraf et son équipe. Car, bien que le houblon pousse depuis longtemps en Amérique, les recherches scientifiques exhaustives sur le sujet ne pullulent pas pour autant.

Cela dit, en plus de servir le domaine brassicole, le houblon qui est cultivé essentiellement pour ses inflorescences femelles appelées cônes est également utilisé pour des fins nutraceutiques, c’est-à-dire qu’il a un effet physiologique bénéfique. Ainsi, en matière de bienfaits pour la santé humaine, il est résumé dans l’ouvrage que les principaux constituants des cônes sont les acides amers (acides α et β), connus comme agents d’amertume de la bière et ayant des propriétés antimicrobiennes, et le xanthohumol, connu comme agent chimiopréventif du cancer. Qui plus est, les cônes contiennent des composés phénoliques, dont des proanthocyanidines, connus pour leurs propriétés préventives contre les maladies chroniques.

La phytothérapie ou le traitement des maladies par les plantes

D’abord, le houblon en mène large quand vient le temps d’apaiser des difficultés reliées à l’anxiété… nervosité, agitation, insomnie; on ne parle bien entendu pas ici d’ingérer quantité de bière pour mieux dormir, mais bien de recourir au houblon comme plante médicinale à partir de cônes entiers, de capsules d’extraits secs ou sous forme de gélules par exemple. D’ailleurs, dans sa thèse, Mme Sarraf soulève un fait intéressant en citant une étude clinique menée en 2007 qui a prouvé que le houblon agissait en synergie avec la valériane pour diminuer le temps d’endormissement.

Dans cette étude menée par un dénommé Koetter, une quantité équivalant à 500 mg d’extrait de valériane mélangée avec 120 mg d’extrait de houblon serait plus efficace qu’une simple utilisation de l’extrait de valériane à elle seule. L’étude suggère que les composés du houblon possèdent un effet similaire à la mélatonine. Pas surprenant que chez les Belges, une coutume veut que l’on place des cônes de houblons séchés à l’intérieur de l’oreiller pour dormir mieux… Ultimement, les cônes entiers de houblon auraient un effet positif sur le système nerveux central.

Par ailleurs, certains récupèrent les cônes de houblon une fois matures et secs et les plongent dans l’eau chaude pour en faire des tisanes qui purifient le sang et servent d’excellent tonique digestif. Parlant de tonique, on utilise le houblon dans la fabrication de plusieurs produits cosmétiques, car il s’agit d’une substance tonique et nourrissante pour la peau.

Chez la femme d’ailleurs, et ce, grâce à la présence de substances phytoestrogéniques dans la plante, le houblon serait bénéfique pour l’équilibre hormonal; en plus d’atténuer les douleurs menstruelles ou les bouffées de chaleur pendant la ménopause tel que mentionné plus haut, sa consommation aiderait à prévenir l’ostéoporose et favoriserait même les montées de lait quand vient le temps d’assouvir un nourrisson…

Acides α et β, xanthohumol et proanthocyanidines 101

Des études ont démontré que les propriétés thérapeutiques du houblon sont liées à la lupuline qui elle, contient l’huile essentielle appelée xanthohumol. Il s’agit de la substance contenue dans la bière qui, avec les acides α et β, est responsable de l’amertume. Or, grâce à leurs attributs antibactériens et antimicrobiens, ce sont ces composantes qui, à travers le processus de brassage, viennent améliorer la qualité et augmenter la durée de vie de la bière. À titre antibactérien et antiviral d’ailleurs, le xanthohumol s’est avéré être efficace contre le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) en plus d’être reconnu comme un agent pour prévenir le cancer.

Sa propriété antioxydante elle, lui vient des composés phénoliques dont fait partie les proanthocyanidines qui, rappelons-le, sont connus pour leurs propriétés préventives contre les maladies chroniques. Même qu’une étude relevée dans ladite thèse révèle que les composés phénoliques du houblon donneraient lieu à une activité antioxydante plus prolifique que celle des composés phénoliques contenus dans le thé vert… Cela porte à réflexion! Bref, autant de raisons pour consommer des extraits de houblon en plus des bières houblonnées que l’on consomme déjà par simple plaisir gustatif. Toutefois, n’allez pas croire tout ce qu’on vous raconte; vérifiez bien les sources de vos lectures!