Bières et fromages – monastères et abbayes

Bières et fromages d'abaye

À chaque parution, Ian Picard, maître fromager et Philippe Wouters, expert bières, vous invitent à profiter d’une idée plateau « clé en main » pour 4 personnes. Invitez vos proches, la soirée sera gourmande et agréable.

Bières sélectionnées

C’est sous la thématique « bières d’automne » que nous nous sommes réunis pour découvrir quelques accords. La Doppelbock des Trois Mousquetaires est une des bières les plus fortes, inspirée des bières allemandes de fermentation basse. Elle offre des notes de caramel, de mélasse et de prune. La Gros Mollet de la Microbrasserie du Lac Saint-Jean est tout aussi automnale avec ses notes plus minérales et sa finale légèrement moins liquoreuse que ses cousines. Quant à la Nuit d’automne de Frampton Brasse, elle symbolise les bières fortes et généreuses de la Belgique. Son sucre candi et son taux d’alcool en font une bière très chaleureuse.

Curé-Hébert – Fromagerie l’Autre-Versant, Hébertville

Faisant référence au curé Hébert, ce fromage à pâte semi-ferme et à croûte lavée, fait de lait cru de vache, est un fromage fermier. Il développe une légère acidité lactique pouvant varier en fonction de chaque arrivage mais sa signature est celle d’un fromage offrant de belles notes levurées, rappelant la mie de pain. Devant la Doppelbock, le fromage propose un bel accord sur la thématique du caramel au lait. On y perçoit également quelques notes de noix très agréables. Devant la Gros Mollet, la bière offre une belle sensation de toast au beurre. Quant à la Nuit d’automne, le sucre confit se marie bien avec les saveurs automnales de l’accord, effaçant un peu le fromage.

Abbaye de Belloc – Abbaye Notre Dame de Belloc – France

Affiné trois mois, ce fromage de lait de brebis à la pâte pressée non cuite offre des arômes légèrement terreux sur des notes lactiques et grasses. Sur la croûte, la Doppelbock rencontre des arômes de champignons et de bois. C’est la balade en forêt. La Gros Mollet aime ce fromage. La finale est sucrée, laissant même une légère impression piquante, typique de ce genre d’affinage. Quant à la Nuit d’automne, son sucre résiduel vient titiller le fromage, laissant une impression de domination dans un jeu de textures et d’arômes.

Maroilles à la bière – Le Pic, France

Affiné à la Maudite, ce fromage est importé de France, est jeune et affiné par l’équipe de la fromagerie Hamel. Le Maroilles est reconnu pour ses arômes et caractères forts, et celui-ci n’échappe pas à la règle. C’est aussi un fromage avec lequel il est très plaisant de faire des accords. À la première bouchée, le fromage prend beaucoup de place. Devant la Doppelbock, c’est au dessert que l’on pense. L’alcool se manifeste, laissant place à votre imagination. On y a vu un baba au rhum. Devant la Gros Mollet, le fromage s’efface un peu et l’accord s’équilibre également sur la crème tout en enlevant l’acidité du fromage. C’est tout en douceur. La Nuit d’automne transforme le fromage en expérience. L’accord est rond, chaleureux et agréable. Un fromage qui apprécie sans contexte les bières d’automne.

Bleu Bénédictin – Abbaye Saint-Benoit-du-Lac

Affiné à l’air libre, ce bleu fait de lait de vache pasteurisé offre des belles notes de champignons et de noix. Sa texture est légèrement plus élastique qu’un Roquefort et son arôme également plus discret. En bouche, il est assez végétal. Devant la Doppelbock, il s’équilibre pour offrir un bel accord sur la noix, le penicillium roqueforti et le sucre d’orge. Avec la Gros Mollet, ça rappelle la main dans le sac à bonbon. La bière développe son fruit et le fromage s’efface un peu. Quant à la Nuit d’automne, le fromage s’efface devant le caractère de la bière pour ne réapparaître qu’à la fin, discret et intimidé.