Sures aux fruits

bières sures

L’été, la bière se veut le rafraîchissement par excellence pour une grande majorité de Québécois. La tendance est aux bières légères, acidulées, rafraichissantes et surtout agréables à partager au soleil sur une terrasse. Le contexte est taillé sur mesure pour les bières sures aromatisées aux fruits, et ça, nos brasseurs l’ont compris!

Vous l’avez remarqué, les bières sures, ou Sour Ale, sont désormais partout et le phénomène n’est pas près d’arrêter. Bien que certains styles de bières sures existent depuis longtemps dans des traditions brassicoles étrangères, leur apparition au Québec date de quelques années à peine. C’est le cas de le dire, la tendance s’est rapidement répandue, et pour cause, ces bières proposent des saveurs distinctes de la panoplie d’autres styles qui défilent sur nos tablettes.

L’Allemagne et la Belgique

Les styles de bières sures les plus communs demeurent des inspirations allemandes et belges. La Berliner Weisse qu’on agrémente à l’occasion d’un sirop de fruit afin d’atténuer son côté sur, de même que la Gose qui est aromatisée à la coriandre et se veut légèrement saline, puisent leur origine en Allemagne. Les Belges, quant à eux, proposent depuis belle lurette le Lambic qui est issu d’une fermentation spontanée, la Kriek dans laquelle des cerises ont macéré, la Gueuze, un assemblage de jeunes et vieux Lambics, la Rouge des Flandres et la Oud Bruin qui partagent un profil au caractère fruité tout en demeurant aigre et acidulé.

Avec les équipements d’aujourd’hui, les techniques de brassage qui se perfectionnent, l’information qui est de plus en plus disponible et l’accessibilité aux différentes levures et bactéries, les brasseurs peuvent maintenant aisément expérimenter avec diverses recettes afin de créer des produits surs qui se démarquent des styles plus classiques. Sour mash, sour wort, fermentation spontanée, refermentation en barrique, assemblages; il existe différentes façons pour le brasseur de concocter des bières sures.

De même, les créations peuvent se décliner dans plusieurs styles établis ou improvisés qui partagent cette acidité, celle-ci pouvant être mordante ou bien subtile. Ajoutez maintenant à cela l’utilisation de fruits, épices et autres aromates, et vous vous retrouverez avec des possibilités presque infinies au grand plaisir du brasseur et de ses fidèles assoiffés.

L’apport du fruit

Pommes, framboises, cerises, griottes, abricots, pêches, mangues, ananas, agrumes, mûres, limes, citrons, bleuets et fruits des champs; il ne semble pas exister de limite à ce que les brasseurs sont en mesure d’utiliser pour créer des bières sures aux fruits qui se démarquent. On peut aussi utiliser le fruit sous plusieurs formes; frais, congelé, en purée, en jus, déshydraté ou en extrait. Dans tous les cas, la forme apportera quelques avantages et inconvénients à considérer au préalable.

Évidemment, certains ne se contentent pas de simplement brasser une bière sure aux fruits, mais cherchent aussi à intégrer des houblons aromatiques aux effluves fruités pour créer des accords de résonance ou agencements particuliers avec le fruit utilisé.

Et si le fruit se marie si naturellement avec la bière sure, c’est qu’il partage naturellement son acidité, ce qui aide à mettre ses flaveurs à l’avant-plan dans le résultat final. N’oublions pas non plus que depuis des siècles l’homme fermente des fruits pour concocter des boissons diverses; l’intégrer à la bière ne pourrait faire plus de sens.

Parmi les multiples sures aux fruits que l’on retrouve au Québec actuellement, la Solstice d’été de Dieu du Ciel!, sur une base de Berliner Weisse, est l’une des premières embouteillées dans la province. On se rappelle également la Lollipop de Pit Caribou qui avait fait un malheur sur les réseaux sociaux à sa sortie il y a quelques années. Les bières sures aux fruits sélectionnées dans notre dégustation vous permettront de constater les déclinaisons possibles et les divers fruits pouvant être exploités.

Notre dégustation à l’aveugle

La Bière de Balcon porte bien son nom; légère, mais néanmoins gouteuse, elle est juste assez sure pour bien mettre en valeur le côté fruité de la framboise et s’avère fort rafraichissante avec une agréable finale sur la céréale.

L’Empêchement est non seulement la moins sure du lot, mais elle se démarque également par l’utilisation de la pêche, un fruit plus rarement utilisé pour ce type de bière. Les arômes de pêche sont intenses au nez et s’amalgament bien avec le côté sur et l’acidité en bouche. Surprenant et agréable.

La Cerisette du bretteux se distingue par son profil sur beaucoup plus intense. Inspirée d’une Kriek, on s’approche de flaveurs vinaigrées qui dominent nettement le fruit. Elle offre un profil plus chaleureux que les concurrentes.

Riverbend propose quelques Berliner Weisse, celle-ci est à la cerise griotte, ce qui amplifie son côté sur, mais qui marie le tout à merveille aux saveurs du fruit et à la base céréalière. L’agencement se fait tout naturel et le résultat est fort apprécié de tous.

La Joannès propose un nez typique de Berliner Weisse agrémenté de pointes d’acidité et de fruit qui fusionnent naturellement pour créer une bière rafraichissante, sure et fruitée des plus réussies. Le cassis est bien servi par le blé qui le soutient jusqu’en finale, c’est très frais. C’est d’ailleurs cette dernière qui l’emporte après un vote déchirant.