Prendre un verre de bière, mon minou…

Au bar

Un verre de bière noire avec un sapin de noël flou en arrière plan
Photo Ivanmollov | Dreamstime

C’est le temps des Fêtes qui arrive, et le froid extérieur nous donne envie de donner et de profiter d’un peu plus de chaleur humaine et de générosité. Mais nul besoin de le faire dans l’excès!

Par Pascal Guguy, collaboration spéciale, membre du personnel de service du Balthazar

Tout le monde le sait, quand vient le temps des party des Fêtes, les occasions sont nombreuses pour abuser des bonnes choses de la vie. Que les occasions soient nombreuses peut être une bonne chose; qu’on tombe dans l’excès à chacune d’elles en est une autre.

Profiter des bonnes choses de la vie

Certains parmi vous aiment probablement boire à l’occasion une bière vraiment intense et débordante de saveurs variées. On s’entend généralement pour dire que ce sera l’occasion de prendre le temps de la déguster doucement, du moins si on veut pleinement l’apprécier. Le même principe s’applique aux soirées folles et intenses du temps des Fêtes; la meilleure façon de profiter agréablement des nombreux plaisirs qui nous sont offerts est d’y aller doucement, avec modération. Profiter de trop de bonnes choses n’est pas nécessairement une bonne chose!

L’amour de son prochain

Concept très chrétien dans notre société laïque mais qui illustre bien mon point, l’amour démontré envers les gens qui nous entourent est un concept bien présent (ou du moins, censé l’être) dans les célébrations de Noël. Mais que signifie l’amour de son prochain dans le contexte d’un bar? Oui, je sais, il y a l’amour que l’on peut porter à son prochain verre de bière, mais ce n’est pas de lui dont je veux vous entretenir…

D’abord, l’amour peut signifier partage : pourquoi ne pas partager une bonne bouteille de bière avec un ami, un conjoint ou un collègue au lieu de la prendre seul? C’est une bonne façon de faire preuve de générosité avec votre entourage, et aussi de modération pour vous-même. Vous pouvez même la partager avec votre serveur ou barman, s’ils ont le droit de boire dans l’établissement que vous fréquentez.

Ensuite, une façon de démontrer son amour pour soi en même temps qu’on en fait preuve pour les autres est de prendre l’argent que vous auriez pris pour votre dernier verre et l’utiliser pour payer quelque chose à quelqu’un qui n’en reçoit pas souvent. Offrir l’équivalent de votre dernier verre à la cuisine peut être une façon très agréable et inattendue de remercier ceux qui vous ont bien nourri ce soir-là, en plus de possiblement donner congé aux marteaux-piqueurs dans votre cuir chevelu le lendemain matin! Et si l’occasion d’être généreux avec autrui ne se présente pas, pourquoi ne pas prendre une bière sans alcool, du kombucha, une bouteille d’eau gazeuse ou un autre produit sans alcool lorsque vous auriez pris un dernier verre d’alcool? La modération dont vous ferez preuve sera une belle façon de vous dire à vous-même que vous vous aimez autant que vous aimez vos proches.

Finalement, si jamais on se laisse entraîner dans de légers abus, l’amour de son prochain signifie ne pas prendre le volant, afin de protéger tout le monde des conséquences de notre abus. En effet, en cet âge quasi utopique de maturité technologique où des robots reçoivent la citoyenneté et où des taxis volants commencent à faire leur apparition, il est difficile de justifier que les humains soient encore trop irresponsables pour utiliser une des multiples options qui sont offertes dans ces situations; demander à un proche de nous raccompagner chez nous, prendre un taxi, un Uber, profiter des transports publics, faire appel à un des multiples services de raccompagnement (Nez Rouge et Tolérance Zéro, pour ne nommer que ceux-là), les choix sont nombreux. Dans le doute, plusieurs établissements ont un appareil, souvent près des salles de bains, dans lequel on peut souffler pour mesurer le taux d’alcool. Cela peut aussi être un très beau geste de payer un tel test à quelqu’un qui s’apprête à partir avec sa voiture si vous doutez de ses réflexes au volant.

En terminant l’année 2017

Toi! Oui, toi, lectrice ou lecteur de ce journal, que tu sois simplement en phase de découvrir le monde de la bière ou que tu sois un vétéran toujours et encore passionné, sache que ton bien me tient à cœur et que je veux que tu passes un magnifique temps des Fêtes rempli de magnifiques moments en non moins magnifique compagnie! Car exprimer l’amour de son prochain fait aussi partie des plaisirs de cette période de l’année, tant qu’on ne pousse pas jusqu’à l’étape du « Toé, là, ch’taiiiiiime! » qui caractérise un trop plein d’alcool!