est-ce qu’il est présentement possible pour les microdistilleries québécoises de survivre en s’appuyant uniquement sur le marché provincial, ou doivent-elles nécessairement se tourner vers l’exportation?
Pour lire ce contenu, vous devez être abonné au Club - Bières et Plaisirs. Cliquez-ici pour en savoir plus