La Distillerie de la Chaufferie s’installe à Granby

Dix des onze associés dans leurs installations.
Photo La distillerie de la Chaufferie

Une toute nouvelle distillerie a ouvert ses portes sur les rives de la Yamaska, dans le vieux quartier industriel de Granby. L’entreprise a choisi un ancien bâtiment en brique rouge, la chaufferie de l’Imperial Tobacco, construite il y a plus d’un siècle.

Depuis un bon moment déjà, Bryan Furlong rêvait de créer un spiritueux authentique, digne des meilleurs gins anglais. À l’origine, il songeait faire cela directement dans sa vieille grange. C’est son épouse, son ami Jean Nicolas Dupéré ainsi que Jean-Philippe Provost qui l’ont plutôt convaincu de regarder ailleurs. C’est à ce moment que les deux comparses rencontrent Vincent Van Horn, un distillateur de talent fraîchement arrivé des Îles Caïman, où il produisait un rhum d’une grande qualité.

Vingt-quatre heures plus tard, ils avaient trouvé l’endroit et le nom de la distillerie. Après avoir convaincu le propriétaire de leur louer l’ancienne chaufferie, et que la ville de Granby ait accepté de modifier le zonage, la Distillerie de la Chaufferie était née. Le bâtiment ayant été vidé et décontaminé depuis son abandon, il était prêt à subir une cure de rajeunissement et les rénovations nécessaires afin de complètement changer sa vocation. Ce qui n’a toutefois pas été si simple, ni gratuit.

En tout, 11 associés font partie de l’aventure alors que Sylvain Gougeon, Mathieu Couture, Patrick Lemay, Jean-Pierre Tremblay, Éric-Gabriel Beauchamp, Louis-Philippe Légaré ainsi que Benoit Galipeau se sont joints au quatuor afin de faire de ce projet une réalité. Chacun apportant son talent et ses connaissances, qu’ils soient notaires, avocats, comptables, hommes d’affaires ou spécialistes en alcool.

Tous ces gens étaient fiers d’accueillir leurs premiers clients à la toute fin de l’année dernière afin de leur proposer le Furlong dry gin ainsi que la vodka Lemay. Tous deux sont élaborés sur place, du grain à la bouteille. Vous pouvez d’ailleurs profiter de votre visite pour explorer les lieux et en apprendre davantage sur les méthodes et ingrédients utilisés.

Chose rarissime, la distillerie devrait sous peu posséder un permis de bar et offrira une carte comportant, en plus de ses deux produits, une sélection intéressante de spiritueux et de cocktails.