La Distillerie L & M ouvre ses portes au Cap-de-la-Madeleine

Les boueilles des produits de L & M Distillerie
Photo Distillerie L & M

L’Érablière Lefebvre et Fils existe depuis déjà quatre générations et possède encore et toujours une véritable passion pour l’érable. C’est cette passion qui amène la famille Lefebvre à créer de nouveaux produits. En 2019, elle ajoute officiellement la distillation à son portfolio.

Gaetan Lefebvre exporte en Europe depuis de nombreuses années le fruit de son érablière. C’est là-bas, plus précisément à Amiens, en France, qu’il a développé son expertise en spiritueux avec son ami Gaël Mordac, caviste de métier. Ce dernier marie le précieux sirop de la famille Lefebvre à du brandy, du whisky et du rhum afin de créer des liqueurs à l’érable qui jouissent d’une belle popularité auprès des amateurs européens. C’est ainsi environ 12 000 bouteilles qui y trouvent déjà preneurs chaque année.

Ensemble, ils ont décidé de fonder la Distillerie L & M afin de rapatrier la production ici même au Québec. Ce qui leur permet d’accroître celle-ci tout en se rapprochant de la matière première, et ce, dans le but de mieux répondre à la demande toujours grandissante.

Entre l’équipement de fermentation, de distillation, le bâtiment et les barils, c’est plus d’un demi-million de dollars qui leur a été nécessaire. Sans compter près de 30 mois pour obtenir la clef de voûte : leur alambic au gaz fait à la main Stupfler de 800 litres. Celui-ci a été installé dans une nouvelle annexe en pièces sur pièces, taillée sur place et construite expressément pour eux à l’érablière de la rue Courteau.

La salle de brassage leur permet de préparer plus de 4 000 litres à la fois. « Nous remercions nos collègues des microbrasseries de la Nouvelle-France et Cassel Brewery qui nous ont transmis leurs connaissances et nous ont permis d’améliorer nos compétences dans le domaine », ajoute M. Lefebvre.

Ils prévoient donc être en mesure de produire entre 20 000 et 30 000 bouteilles par année avec leurs installations artisanales. Ils distillent depuis environ six mois dans ce but.

On retrouve déjà en SAQ deux de leurs liqueurs à l’érable, soit la Baraque, à base de whisky canadien âgé de cinq ans, et Le Caribou des bois qui utilise plutôt du brandy français. À cela s’ajoute l’If Gin et Épices, un dry gin comportant pas moins de neuf aromates québécois, dont du thé du labrador, de l’épinette et du myrique baumier. On y macère aussi des agrumes; seuls aromates importés, avant de le rectifier dans leur alambic.

Mais les deux associés ne s’arrêteront pas là. Ils développent ensemble un whisky single malt et un rhum arrangé. Ils planifient entrer à la LCBO cette année, pour ensuite viser le reste du Canada.