Le Prospecteur

La microbrasserie au cœur de Val-D’Or

Photo Philippe Lord

Située en plein cœur de Val D’Or, et ouverte il y a maintenant cinq ans, Le Prospecteur est depuis devenu en quelque sorte le cœur de la ville minière de l’Abitibi.

Installée à un jet de pierre de la 117 (en fait, la 3e avenue est pratiquement LA 117), cette microbrasserie est, pour plusieurs, un arrêt obligatoire une fois sorti ou bien avant d’entrée dans la réserve faunique de La Vérendrye. 

La clientèle est donc variée, mais tous arborent un sourire semblable. Un sourire heureux, certes, mais comportant une sorte de connivence. Comme s’ils partageaient un secret. Peut-être celui d’avoir trouvé quelque chose d’unique, un trésor caché? Pourtant, on est sur une artère importante, juste entre l’Église et la caisse Pop. Il n’y a pas plus évident que cela dans la ville… Bon peut-être la mine… Alors pourquoi cet air?

La visite

Notre passage n’était pas imprévu : on participait à un voyage organisé par David, le sympathique représentant commercial du Trèfle Noir. Nous avion quitté Montréal le matin même et étions en route vers les célébrations du dixième anniversaire du Trèfle Noir (NDLR : voir pages 44 à 46). 

Il était prévu que l’on y ramasse Philippe Lord, le copropriétaire du Prospecteur. Il nous attendait donc de pied ferme. Mais pas parce qu’on avait fait une pause un peu trop longue à Mont-Laurier. Non : il avait juste franchement hâte de nous faire faire le tour du proprio. On était une vingtaine de touristes brassicoles, la salle principale était pas mal vide, mais pas la terrasse sur le toit.

La visite nous a permis d’apprécier l’efficacité de la petite salle de brassage, l’ingéniosité des systèmes de transfert vers le chai et la salle de conditionnement et d’embouteillage, et aussi, le charme du magasin général. Oui, car, comme à Disney, la sortie passe par la boutique. Tant pis pour Banksy.

Des bières droites et franches

On s’assoit ensuite pour déguster la véritable raison de notre passage (‘scuse Phil) : la bière. La Trifopoivrée, une Saison aux trois faux poivres (cubèbe, Voatsiferipery et des dunes), est rafraîchissante. On avait vu au sous-sol l’impressionnant chai de où est issu l’Impérial Ulrick Cognac, un Stout impérial café, cacao et vanille ayant séjourné sept mois en barrique de cognac. Un dessert bien balancé qui cache assez bien ses quelque 11,2 % d’alcool.

Mais, la Tête de Pioche (brassin 171), une IPA à l’américaine inspirée de la côte ouest, nous a séduits. Solide, droite, rafraîchissante et à la complexité intéressante, cette bière houblonnée possède des notes agréables d’ananas et de subtil sapin. Et que dire de sa longue finale? Chaque brassin est différent. Celui-ci est magnifique.

C’est là que j’ai compris… Et comme un con, je me suis aussi mis à sourire.

Bières 

Le bar offre 16 lignes, dont une de leur kombucha, un cidre, trois brassins collaboratifs (Auval, Bas-Canada et Ras l’Bock lors de notre passage), leurs quatre bières régulières et sept saisonnières. En bouteille, une vingtaine d’importations privées en plus d’une quinzaine provenant de leur cellier.

Autres alcools 

Vins d’importation privée, dont plusieurs bio ou nature : rouges (6), blancs (9), bulles (1) et rosé (1). Gins (23), une bonne vingtaine de whiskys, des apéritifs classiques et des cafés alcoolisés (6). Cocktails à la bière (9), autres cocktails (8) dont un du jour.

Boissons sans alcool 

Kombucha (5), jus, boissons gazeuses (industrielles et artisanales), limonade maison, mocktails, café glacé, bière sans alcool, etc…

Nourriture 

Soupe du jour (4 $/7 $). Entrées : napoléon de betteraves, bretzel, crab cakes, macaroni au fromage, tartares : 7 $ à 14 $. À partager : trempette, charcuteries et fromages, nachos : 11 $ à 28 $. Plats principaux : pains plats, tartares, burgers, poutine, salade, poulet de Cornouaille, côtes-levées, plat du jour à l’ardoise : 17 $ à 30 $. À-côtés et grignotines. Desserts : tarte et gâteaux à la bière et un étagé : 5 $ à 9 $. À noter : on n’a rien essayé, pas le temps…

Clientèle 

Des couples de tous âges, des chums, des habitués et une gang de fous de Montréal…

Ambiance 

Un décor entre tradition et modernisme très accueillant nous met rapidement à l’aise. La terrasse est simple, mais tout aussi avenante et une belle vue sur la ville de Val D’Or.

On aime 

L’ambiance animée, le staff sympathique et connaisseur, la visite, la terrasse et la bière. Le magasin général avec une sélection impressionnante de bières en bouteille, de verres, de chandails, de casquettes et autres marchandises de toute sorte. 

On aime moins 

C’est loin. 

À noter 

Une demi-douzaine des membres du personnel de service possèdent la certification Cicerone.

Microbrasserie Le Prospecteur,
585, 3e avenue,
Val-d’Or,
(819) 874-3377
microleprospecteur.ca