Ouverture à Limoilou de la Distillerie Stadaconé

Les trois premiers gins de la Distillerie Stadaconé
Photos Distillerie Stadaconé

Le samedi 22 juin dernier voyait s’ouvrir les portes d’une autre microdistillerie dans la région de la Capitale-Nationale. Elle est située en plein cœur de Limoilou, à mi-chemin entre le village iroquoien de Stadaconé, découvert par Jacques Cartier et son équipage en 1535, et le campement de ceux-ci. 

Cette nouvelle distillerie est l’aboutissement de l’obsession de trois collègues : Jean-Pierre Allard, président et fondateur de la distillerie; Jonathan Chrétien, directeur des opérations et fondateur de la distillerie et; Alexandre Thomas, directeur marketing et fondateur de la distillerie. Tous trois partagent la même passion pour les spiritueux et les voyages.

Le frère de Jean-Pierre a lancé l’International Whisky Competition, ce qui l’a amené à quitter son poste au sein d’une entreprise en haute technologie pour démarrer l’entreprise avec Jonathan et Alexandre; les deux étant particulièrement intéressés par les gins et désirant se partir en affaire.

Fait inusité, et puisque les producteurs de spiritueux ont le droit de vendre leurs boissons sur le lieu de production, ils ont décidé d’organiser une activité dont leurs hôtes se souviendront : «C’est pour cela que nous avons approché À Double Tour, experts en expérience immersive et jeux d’évasion, et avons créé un partenariat avec eux pour que chaque visite guidée inclue un jeu d’énigmes éclair», explique M. Thomas.

Ce ne sont pas moins de trois gins aux profils différents qui sont déjà disponibles à la distillerie. Le Stadaconé Bleu, un gin boréal à base d’aromates québécois (poivre des dunes, thé des bois et thé du labrador), le Stadaconé Rouge qui utilise de la fleur de sureau et de la canneberge biologique du Québec et, finalement, le Stadaconé Noir aux influences asiatiques.

«C’est un clin d’œil au fait que Jacques Cartier recherchait la route des Indes, et serait donc passé par l’Asie s’il l’avait réellement découvert. » 

ALEXANDRE THOMAS

Ils sont distillés à partir de leur alambic hybride (distillation simple et fractionnée) d’une capacité de 1200 litres. Tous trois seront très prochainement disponibles dans les SAQ. Et ce n’est qu’un début. «Nous comptons bientôt commencer la production de Whisky et Moonshine», termine Alexandre.