Édimbourg

Du houblon au pays du kilt

Un canal à Édimbourg
Photos Alexandre Guertin-Pasquier

À découvrir : en couple ou en famille
Durée du voyage : minimum 3 jours, 10 jours pour l’Écosse
De Montréal : Avion (environ 8 h)
Transport urbain conseillé : marche ou vélo

Le visiteur qui pose les pieds à Édimbourg est immédiatement submergé par la puissante culture écossaise. Au son des joueurs de cornemuse, on s’amuse à y explorer les détours des artères étroites de la vieille ville et à flâner le long du Royal Mile, reliant son célèbre château à la résidence de la reine d’Angleterre en Écosse, symboles contradictoires de cette région à la fois attachée à ses racines et à sa volonté d’indépendance. 

Au-delà de ses deux symboles omniprésents – le whisky et Harry Potter (J.K. Rowling y a écrit plusieurs de ses romans) – Édimbourg est une ville que l’on ne finit jamais de découvrir. La capitale est riche en attractions de tous genres, y compris sa scène brassicole artisanale bien implantée et dont la popularité ne cesse de croître.

Joyau d’architecture et de la riche histoire de la région, ce petit coin de paradis saura vous charmer par son dynamisme et ses nombreux festivals, dont son célèbre Fringe de réputation internationale. 

Une histoire riche et omniprésente

Simple bourgade, Édimbourg prit réellement son essor au 12e siècle avec son nouveau statut de siège de la royauté écossaise. On assiste alors à l’implantation à ses extrémités de son célèbre château et de l’abbaye de Holyrood, aujourd’hui en ruines. La ville fortifiée à partir du 15e siècle durant les conflits anglo-écossais voit ensuite sa population exploser; on assiste alors à l’apparition d’immeubles surpeuplés pouvant atteindre 15 étages, lui donnant aujourd’hui son apparence si caractéristique. 

C’est uniquement à la suite de l’unification des deux royaumes en 1707 qu’elle pourra enfin s’étendre, par l’assèchement des milieux humides environnants ainsi que par la création de la Nouvelle Ville soixante ans plus tard. Le résultat? De nos jours, Édimbourg est une agglomération à deux vitesses, entre une vieille ville fourmillant de touristes et une nouvelle ville, plus citoyenne et plus moderne, où les espaces verts prédominent. La capitale écossaise est aussi cosmopolite, étudiante et ouverte sur le monde, accueillant tous les ans, près de deux millions de visiteurs.

Une longue tradition brassicole et une gastronomie sous-estimée

L’histoire brassicole d’Édimbourg remonte à l’inauguration de l’abbaye de Holyrood, alors prise en charge par les moines. Initialement réalisé à petite échelle, le brassage commercial commence à s’organiser bien plus tard avec la création, en 1598, de la Edinburgh Society of Brewers. C’est cependant la réunification avec l’Angleterre en 1707 (et l’absence de taxe locale sur l’alcool) qui stimulera fortement les brasseries locales. Fort de cette situation, la ville atteindra des sommets en 1850, faisant d’elle un des grands centres brassicoles du monde. 

Encore aujourd’hui, cette industrie représente une activité économique importante; les pubs pullulent à Édimbourg et, avec une centaine de microbrasseries à l’échelle nationale, la variété et la qualité des bières y sont plus grandes que jamais. Les connaisseurs n’ont qu’à penser à Brewdog, dont la créativité a stimulé fortement la curiosité des locaux pour de nouvelles saveurs. Bien au-delà des idées reçues, Édimbourg est aussi reconnue comme un haut lieu gastronomique! La proximité de l’océan et des collines verdoyantes des basses terres en fait, en effet, une ville reconnue pour la qualité de sa viande de bœuf et de ses fruits de mer. 

S’y rendre

L’avion est le seul moyen d’atteindre Édimbourg, qui n’est pas connecté au Québec par des vols directs. Le trajet comprend donc un minimum de 8 h de vol, auquel il faut ajouter la durée des escales, via Toronto ou la plupart des grandes villes européennes. Cela se traduit par des prix généralement élevés (autour de 1000 $). Une option intéressante est de prendre un vol vers Glasgow – située à une heure de train – qui dessert Montréal avec des vols directs et relativement abordables tout au long de l’année.

S’y déplacer 

Édimbourg est une ville qui se révèle facilement à pied, mais la tentation est grande d’embarquer dans un des nombreux et typiques autobus à étages qui fourmillent aux quatre coins de la capitale. La ville est également très bien équipée pour la navigation à vélo, incluant de très plaisantes pistes de long du Water of Leith, par exemple. Un tramway connecte aussi de façon efficace le centre-ville et l’aéroport.

À découvrir

Culture – Musée National d’Écosse

Arborant une galerie victorienne à l’architecture spectaculaire, le musée national d’Écosse fut créé à la suite de la fusion du musée de l’Écosse (consacré à la culture du pays) avec le musée royal (dédié aux sciences naturelles). Le résultat est un cabinet de curiosités qui plaira à toute la famille, où les dinosaures côtoient notamment la première brebis clonée, Dolly, et une grande collection de masques autochtones. Le site est aussi l’hôte de nombreux événements, dont le Edinburgh Science Festival à la fin du mois d’avril. Pour les gastronomes, le chic Tower Restaurant qui y est annexé permet d’y siroter un verre en profitant d’une des plus belles vues sur la ville.

Nature – Holyrood Park

Énorme espace vert de 260 hectares adjacent au parlement écossais, le Holyrood Park est le poumon de la ville d’Édimbourg. Tapissé de fleurs d’un jaune éclatant et entouré de falaises majestueuses, les lieux sont célèbres pour l’ascension du Arthur’s Seat, un ancien volcan éteint d’une altitude de 251 mètres. Une fois au sommet, après une petite demi-heure de montée douce, il est possible de profiter d’une superbe vue panoramique de la ville et de sa région. Au détour d’un des nombreux sentiers, les visiteurs pourront également contempler les ruines de la chapelle St-Antoine datant du 15e siècle ou pique-niquer par beau temps sur les berges du superbe St Margaret’s Loch.

Histoire – Le Cimetière de Greyfriars

Pour les nombreux amateurs de la série, rien ne représente davantage Harry Potter que l’Écosse. Mais pour vraiment comprendre la genèse du célèbre sorcier, ce lieu lugubre est un incontournable! Mondialement réputé comme le cimetière le plus hanté du monde, notamment en raison des vols de cadavres qui y ont eu lieu pour alimenter les écoles de médecine de la ville, l’endroit abrite également les tombes des personnages de Voldemort et Dumbledore! C’est en effet au Elephant House, situé à deux pas, que J.K. Rowling a écrit le premier tome de sa célèbre saga, s’inspirant de plusieurs noms inscrits sur les pierres tombales en contrebas. Nombreuses visites guidées disponibles.

Notre sélection bières

Brouepub – Six Degrees North

Amateurs de bières de qualité, si vous n’aviez qu’un endroit à visiter en ville, ce serait celui-ci! Ouvert depuis 2016, l’endroit saura séduire tout amateur sérieux : une sélection inégalée en Écosse avec pas moins de 40 fûts (l’endroit brasse lui-même des élixirs très réputés), mais aussi une énorme sélection de bières en bouteille, dont plusieurs Lambics. Au sous-sol, le One Degree Below abrite ni plus ni moins qu’un cellier contenant plusieurs centaines de bières rares, surtout belges. Un incontournable pour tout biérologue! 

24 Howe St
sixdnorth.co.uk/edinburgh

Bar à bières – Holyrood 9A

Près du très achalandé Royal Mile se dresse ce bar élégant aux plafonds blancs et aux murs lambrissés de bois sombre. On y retrouve une vingtaine de fûts – dont plusieurs des meilleures bières écossaises – auquel s’ajoute une sélection de cask et un large éventail de bouteilles à des prix très raisonnables. Si y choisir une bière sera difficile, la qualité de la nourriture n’aidera pas votre cause :  une quinzaine de burgers gastronomiques, au haggis, végétariens ou à la viande de gibier, viendront compléter votre séjour.

9A Hollyrood Rd
theholyrood.co.uk

Brouepub – Hanging Bat

L’endroit très apprécié du quartier Fountainbridge propose une gamme de bières artisanales, comprenant une vingtaine de fûts et une centaine de bouteilles. Le bar, aux allures de crypte parsemée de canapés de cuir rouge, est éclairé aux chandelles dont la cire blanche inonde les murs et les tables. Les boissons y sont parfaitement assorties de burgers, de plateaux de fromages et de gâteaux, lesquels sont d’une qualité bien supérieure aux repas de pub habituels. Un joyau parmi les nombreux bars de qualité inégale de Lothian Road.

133 Lothian Rd
thehangingbat.com

Bar à bières / Boutique spécialisée – Salt Horse

Au cœur de la vieille ville, ce lieu de rencontre sans prétention fait parler de lui pour les bonnes raisons. Heureux mélange de bar de quartier et de boutique (plus de 400 bouteilles), l’endroit respire l’expertise. Douze fûts offrent régulièrement des bières de brasseries lointaines et des conseillers compétents vous accompagnent dans les subtilités de la tradition brassicole européenne. Ailes de poulet à la main, il ne vous restera plus qu’à choisir entre la musique entraînante de l’intérieur ou leur coquette cour arrière!

57-61, Blackfriars St
salthorse.beer

Bar à bières – The Cumberland Bar

En mettant les pieds dans ce bar au détour d’une rue tranquille de Bonnington, on y découvre un superbe comptoir en bois massif et un décor victorien, lesquels nous transportent au pays du malt et du houblon. Dehors au printemps, un invitant beer garden permet de siroter une belle sélection régionale de bières et de whiskys, à l’abri d’un énorme saule en fleurs. L’excellente sélection de nourriture vous surprendra : ne manquez pas le couscous végétarien aux aubergines ainsi que les rouleaux impériaux! 

1-3 Cumberland St
cumberlandbar.co.uk