La cuisine allemande

Soupe à la choucroute traditionnelle de Slovaquie avec saucisses fumées et bacon sur table
Photo Dreamstime

La cuisine allemande tourne principalement autour du porc, des patates et des légumes fermentés comme le chou. Si vous trouvez que ma description est réductrice face à la culture gastronomique allemande, je vous invite à y séjourner quelques jours… Ceci dit, on peut faire de très belles choses avec du porc, des patates et des légumes fermentés….

Choucroute

Pour bon nombre d’entre vous, la cuisine allemande est surtout connue pour sa choucroute. C’est tout à fait vrai. On y retrouve un chou lacto-fermenté qu’il faudra rincer plusieurs fois, avant de le cuire doucement avec un ajout de liquide – du vin ou de la bière – quelques aromates et de la viande de porc sous plusieurs formes. On peut y retrouver des jarrets, de la saucisse et de la viande fumée. On y pose quelques pommes de terre et le tour est joué. Attention, faire une bonne choucroute est un art en soi. 

L’accord de circonstance est, sans aucun doute, la bière blonde amère brassée dans de très nombreuses brasseries allemandes. Qu’elle soit de type Helles, Kellerbier, Pilsner ou tout autre qualificatif, on apprécie sa légère amertume et son caractère rafraîchissant qui rincent le palais entre chaque bouchée. N’oubliez pas la moutarde pour le plaisir de l’accord. 

Le schnitzel

Historiquement, il provient de Vienne en Autriche, mais les allemands en ont fait un plat presque national. De fines escalopes de viande – très souvent du porc – panées et frites. On peut le servir dans un pain accompagné de moutarde, mayonnaise, pickles et salade. Le plus souvent, il est servi sur assiette avec un peu de citron comme seul assaisonnement. 

C’est justement ce citron avec la panure frite et la viande qui décide de l’accord. Allez-y avec des bières légèrement acidulées pour rebondir sur le citron, c’est un accord rafraîchissant. Évitez toutefois les bières trop maltées, qui créent un contraste entre la panure et la bière, au risque de rendre l’expérience désagréable. 

Weisswurst

Probablement la saucisse la moins connue sur le sol nord-américain, mais qui mérite de se retrouver dans votre assiette. D’ailleurs, si vous avez déjà fréquenté un buffet déjeuner en Allemagne, vous avez fait la rencontre de cette saucisse qui figure régulièrement au menu. Composée de viande de porc, de veau, d’écorces de citron – à quelques occasions – de persil et d’oignons, on ajoute également de la cardamome ou des épices propres à chaque recette. 

Elle est appréciée avec une bière blanche légèrement acidulée qui rebondira sur le citron et la fraîcheur de cette préparation culinaire qui se mange le matin ou comme pause dans la journée. 

Hareng mariné

Le fameux rollmops, ce hareng mariné enroulé autour d’un oignon, et qui a baigné pendant quelques jours dans une préparation à base d’eau, de vinaigre, de sel et de sucre. On l’apprécie nature ou sur une tranche de pain de seigle, à la pause déjeuner. 

L’amateur d’accords de caractère sera, sans aucun doute, comblé! Il est temps de sortir vos meilleures bières acidulées pour vivre un accord de résonance ou de servir une blonde douce légère et croquante pour se rincer le palais et recommencer l’expérience à chaque bouchée.