La Brasserie Alpha, qui devrait commencer sa production en février et ouvrir au public en mars, se spécialisera dans les produits avec une bonne base de houblon.

Les propriétaires David Martel, Étienne Ouellet, Alexandre Ouellet et Marie-Christine Bilodeau ont commencé à travailler sur ce projet en 2015. Il s’agit d’une brasserie avec vente sur place en fût et via sa boutique.

Il y aura un salon de dégustation avec une capacité de 10 lignes dont quatre de leurs produits seront offerts au départ, à la fois en fût et en canet­tes de 473 ml. Il s’agit d’une Session IPA, la Zéphyr, une Pale Ale Américaine aux agrumes, l’Alizée, une Pale Ale Américaine résineuse et sèche, la Squa­mish et une IPA Américaine, la Solano. Brasser à contrat, à la Brasserie Générale, leur a permis de sortir des produits sur les tablettes en attendant de produire dans leurs propres installations, et ce, depuis la mi-novembre.

Partout à travers la province

Ils se sont associés avec des distributeurs dès le départ, et ont donc déjà 170 points de vente à travers la province. Sur place, ils vendront uniquement leurs propres produits et pourront accueillir une cinquantaine de personnes. On n’y sert pas de nourriture, mais il est possible d’apporter son lunch.

« On se démarque en offrant beaucoup de produits houblonnés, avec un côté aromatique, et par la fraîcheur de nos produits. On ne s’éparpille pas dans les styles », affirme Étienne Ouellet. Les deux frères Ouellet sont les brasseurs de l’établissement. Les trois hommes avaient, par le passé, tous travaillé dans d’au­tres brasseries.

« On met beaucoup d’emphase sur la visibilité de la brasserie à partir du salon de dégustation pour offrir une proximité avec le processus de brassage. Il n’y a pas de terrasse, mais on a une porte de garage qu’on peut ouvrir comme si c’était une porte-patio. Le décor est industriel avec des matériaux bruts. On s’est inspiré des brasseries de la Côte Ouest des États-Unis pour nos produits, le look de l’endroit et l’ambiance », ajoute M. Martel. Des expositions d’artis­tes seront éventuellement au program­me. On vise aussi une clientèle universitaire et de travailleurs.

C’est un rendez-vous au 1510, rue Semple, à Québec.