Deux microbrasseries pionnières ont récemment changé de mains : alors que la famille Filion a récupéré la Microbrasserie du Lièvre à Mont-Laurier, dans les Hautes-Laurentides, c’est Pol Brisset qui reprend les rênes de l’Alchimiste à Joliette. Des changements qui apporteront un vent de fraîcheur, mais dans la poursuite des traditions.

« C’est pas mal un rêve qui se réalise », s’excla­me au bout du fil Danny Filion, nouveau copropriétaire de la Microbrasserie du Lièvre. Passionné de bière, brasseur maison et autodidacte, Danny Filion collaborait avec la Microbrasserie du Liè­vre depuis déjà trois ans. Il y avait développé la biè­re le Sentier perdu avec le maître brasseur Bruno Ouellette, et s’impliquait lors des festivals l’été, tout en gardant en parallèle son emploi. « J’ai fait goûter les produits à ma famille; ce sont eux aussi des passionnés, et ils ont embarqué », raconte-t-il.

Entreprise familiale

C’est ainsi que toute la famille a joint l’aventure lorsque Jonathan Sabourin a décidé de vendre, et a approché Danny Filion pour lui transmettre les clés de sa microbrasserie. « J’ai seulement 25 ans! Mon père Luc est actionnaire principal et je suis à la tête de la gestion », explique Danny. La mère de Danny est aussi copropriétaire, et sa sœur Marianne ai­de du côté réception et nourriture. Il faut dire que les Filion n’en sont pas à leurs premières armes en entrepreneuriat : propriétaire des Entreprises Luc Filion depuis 30 ans, une compagnie forestière importante de la région, la famille possède également, depuis environ sept ans, une érablière dans les Hautes-Laurentides où ils ont acquis une expérience en restauration.

Les clients ont peut-être déjà constaté quelques changements du côté pub, alors que le menu a été revampé. De plus, la 20e, une bière en édition limitée qui souligne les 20 ans de la microbrasserie, est depuis peu disponible partout au Québec : « C’est une Scotch Ale au miel à 11,9 % », décrit M. Filion.

La Microbrasserie du Lièvre a été fondée par Jonathan Sabourin en 2000 pour créer un attrait touristique au motel Le Riverain. Elle s’est relevée d’un important incendie en 2013. Forts de cet héritage, les nouveaux propriétaires désirent rester à l’écoute de leur clientèle et assurer une certaine continuité : « On ne veut pas faire de grosse coupure », assure Danny Filion. « Nos bières sont plus douces, mais on fait des essais de plus en plus, et on voit si notre clientèle aime ça ». Bruno Ouellette, maître brasseur depuis 17 ans à la Microbrasserie, restera par ailleurs aux commandes. Le jeune propriétaire souhaite augmenter la production et développer le marché de la distribution et de la canette, pour mieux faire connaître aux Québécois les produits de la Mi­crobrasserie du Lièvre.

L’Alchimiste 3.0

Du côté de Lanaudière, un vent de renouveau souf­fle chez l’Alchimiste. Démarrée en 2001 par Karl Dufour, la microbrasserie avait changé de main en 2011. « La grosse cassure a été faite à ce moment-­là », croit le nouveau propriétaire, Pol Brisset.

Avec sa longue feuille de route dans le milieu brassicole, Pol Brisset veut redonner ses lettres de noblesse à l’institution de Joliette. En effet, en plus d’avoir travaillé dans des postes de marketing pour de grandes brasseries, Brisset est également proprié­taire des Vilains Brasseurs, du HELM, de Broken 7 ainsi que de La Compagnie de Bière Brisset. « Ça fait longtemps que je suis dans la bière. J’ai plus de 20 ans d’expérience avec les grandes brasseries, et j’ai parti mes propres projets de microbrasserie il y a 10 ans », raconte Brisset.

En 2017, Brisset fait la rencontre de Michel Bérard, président sortant et ancien actionnaire de l’Alchimiste, alors qu’il cherche un endroit où brasser les bières des Vilains Brasseurs. « Quand j’ai visité l’Alchimiste, je suis tombé amoureux. La marque est connue, mais leur usine, immense, ne l’est pas. C’est vraiment impressionnant », relate Pol Brisset.

Échaudé par des problèmes de distribution, Michel Bérard décide de vendre l’Alchimiste. « L’en­tente de distribution qu’ils avaient a fait mal à la marque. Lorsque M. Bérard m’a dit qu’il se mettait en vente, je lui ai tout de suite dit que j’étais intéressé… Même si ce n’était pas dans mes projets d’acheter une microbrasserie dans Lanaudière! », confie Brisset, qui cherchait depuis quelques années à se diversifier et à ouvrir un salon de dégustation à Montréal. Après 10 mois de négociation, le changement de propriétaire s’est officialisé.

Projets à la pelle

Avec l’équipement déjà en place, Pol Brisset veut apporter du renouveau à la marque bien connue. « Tout est là : une ligne de canette, deux lignes de bouteilles… Ce qui manquait, c’était le côté commercialisation, et c’est une de mes forces », ajoute Brisset.

Plusieurs changements seront visibles au printemps prochain. L’image de marque de la gamme authentique (la Bock de Joliette, la Claire, l’IPA et l’Écossaise) sera modernisée et épurée. Certaines recettes seront modernisées, et de nouvelles collaborations avec des microbrasseries de Lanaudière et d’ailleurs permettront d’offrir de nouveaux produits à faire déguster, comme une bière de style Milkshake. Deux nouvelles lignes avec des noms bien à elles seront offertes. « Je crois vraiment en la marque. Plusieurs gens ont commencé à boire des bières de microbrasserie en achetant l’Alchimiste, mais peu de nouveautés leur ont été proposées depuis quelques années. Je veux un peu redonner une raison aux gens d’en racheter », souligne l’homme d’affaire.

La construction d’un petit salon de dégustation permettra par ailleurs aux clients de goûter les produits sur place. La construction de l’espace d’une cinquantaine de places a débuté en janvier, et son ouverture est prévue pour le mois d’avril. Un menu proposera quelques bouchées et des produits de Lanaudière, et des lancements de produits exclusifs pourront y être organisés.

« Les gens de Lanaudière sont attachés à la marque et étaient tristes de ne pas avoir eu de nouveauté. Ils ont hâte de voir ce qu’on va faire », confie Pol Brisset.