Lorsque j’ai débuté dans le brassage amateur il y presque dix ans, la formation était rare, les communautés francophones balbutiantes, les réseaux sociaux naissaient à peine, les vidéos en ligne étaient plutôt louches et l’accès aux ingrédients locaux était (plus que) limité. 10 ans d’évolution Depuis dix ans, l’information a explosé. Il est possible de […]
Pour lire ce contenu, vous devez être abonné au Club - Bières et Plaisirs. Cliquez-ici pour en savoir plus